Diagnostic infirmier Altération de la mobilité physique

Mobilité physique avec facultés affaiblies

Le diagnostic infirmier La mobilité physique avec facultés affaiblies est définie comme la limitation des mouvements physiques indépendants et intentionnels du corps ou d'un ou de plusieurs membres. 

Utilisez ce guide pour votre plan de soins pour personnes à mobilité réduite.

Une modification du mouvement ou de la mobilité peut être un dilemme transitoire, récurrent ou plus permanent. 

Et quand cela se produit, cela devient un problème complexe de soins de santé qui implique de nombreux membres différents de l'équipe de soins de santé. 

En fait, un certain degré d'immobilité est très courant dans la plupart des affections telles que les accidents vasculaires cérébraux , les fractures de jambe , la sclérose en plaques , les traumatismes et l'obésité morbide. 

L'incidence de la maladie et de l'invalidité continue à augmenter avec l'espérance de vie plus longue de la plupart des Fançais. 

Dans la plupart des cas, même si les patients sortent de l'hôpital plus tôt que prévu, ils sont transférés dans des établissements de rééducation ou renvoyés chez eux pour une thérapie physique.

Le vieillissement est également considéré comme l'un des facteurs d'altération de la mobilité. 

Une diminution de la fonction musculaire , une perte de masse musculaire, une réduction de la force musculaire, des modifications de la marche affectant l'équilibre, des articulations mobiles plus rigides et limitées peuvent compromettre de manière significative la mobilité des patients âgés. 

La mobilité est nécessaire, en particulier si une personne souhaite conserver son autonomie. 

Un mouvement limité affecte les performances de la plupart des activités de la vie quotidienne. 

Le corps humain est conçu pour le mouvement; par conséquent, toute restriction de mouvement affectera tous les systèmes anatomiques majeurs, entraînant ainsi une mobilité réduite.

Facteurs liés

Voici quelques facteurs pouvant être liés au diagnostic infirmier de la  mobilité physique avec facultés affaiblies. 

Physiopathologique

  • Intolérance à l'activité
  • Cancer
  • Conditions cardiaques
  • Déconditionnement
  • Diminution de l'endurance
  • Diminution de la force musculaire, du contrôle ou de la masse
  • Œdème
  • Les fractures
  • Restrictions imposées à la circulation
  • Augmentation de la pression intracrânienne
  • Déficience musculo-squelettique
  • Déficience neuromusculaire
  • Douleur ou malaise
  • Déficience perceptuelle ou cognitive
  • Repos prolongé
  • Mode de vie sédentaire
  • Déficits sensoriels
  • Tumeur

Altérations auto-immunes

  • Arthrite
  • Sclérose en plaque

Maladies du système nerveux

  • la maladie de Parkinson
  • Myasthénie

Conditions respiratoires

  • MPOC

Paralysie partielle

  • Accident vasculaire cérébral
  • La moelle épinière des blessures

Maladie du tissu conjonctif

  • Lupus érythémateux systémique

Liée à la raideur articulaire ou à la contraction secondaire à:

  • Maladie articulaire inflammatoire
  • Remplacement post-articulaire
  • Chirurgie rachidienne
  • Maladie dégénérative des articulations
  • Discopathie dégénérative

Liée au traitement

  • Équipement (p. Ex. Ventilateurs, thérapie entérale, dialyse, nutrition parentérale totale )
  • Dispositifs externes (moulages ou attelles, accolades)

Force et endurance insuffisantes pour la marche avec:

  • Prothèse
  • Béquilles
  • Marcheur

Situationnel (personnel, environnemental)

  • Fatigue
  • État d'humeur dépressive
  • Diminution de la motivation
  • Douleur
  • Déconditionnement
  • Obésité
  • Dyspnée
  • Déficience cognitive

De maturation

Les enfants

  • Insuffisance congénitale du squelette
  • Dysplasie congénitale de la hanche
  • Maladie de Legg-Calve-Perthes
  • Ostéomyélite

Les aînés

  • Diminution de l'agilité motrice
  • Diminution de la masse musculaire et de la force

Définir les caractéristiques

La mobilité physique avec facultés affaiblies se caractérise par les signes et symptômes suivants que vous pouvez utiliser dans le cadre de l'évaluation de votre plan de soins infirmiers:

  • Incapacité de se déplacer volontairement dans l'environnement physique, y compris la mobilité du lit, les transferts et la déambulation
  • Impossibilité d'effectuer l'action comme indiqué
  • ROM limitée
  • Réticence à tenter un mouvement

Buts et Résultats

Les interventions ont pour but d'éviter les risques liés à l'immobilité, de prévenir les incapacités dépendantes et d'aider le patient à restaurer, préserver ou maintenir autant que possible la mobilité et l'indépendance fonctionnelle, comme en témoignent les indicateurs suivants:

  • Le patient effectue une activité physique indépendamment ou dans les limites de la maladie.
  • Patient démontre des mesures pour augmenter la mobilité
  • Une patiente démontre l'utilisation de dispositifs adaptatifs pour augmenter la mobilité
  • Le patient évalue la douleur et la qualité de la gestion
  • Le patient utilise des mesures de sécurité pour minimiser les risques de blessure
  • Le patient ne présente pas de complications liées à l'immobilité, comme en témoignent une peau intacte, une absence de thrombophlébite , un schéma intestinal normal et des bruits de respiration clairs.

Maladies, états pathologiques et plans de soins infirmiers connexes en cas de diagnostic infirmier avec mobilité réduite

  • Maladie d'Alzheimer et démence
  • Amputation
  • Brûlure
  • Paralysie cérébrale
  • Accident vasculaire cérébral
  • Cholécystectomie
  • Dysplasie congénitale de la hanche
  • Fracture
  • Le syndrome de Guillain Barre
  • Hémophilie
  • Maladie de Kawasaki
  • Laminectomie
  • Mastectomie
  • L'ostéoporose
  • Thérapie de pacemaker
  • La maladie de Parkinson
  • La polyarthrite rhumatoïde
  • Scoliose
  • Moelle épinière Blessure
  • Remplacement total de l'articulation (genou, hanche)

Évaluation des soins infirmiers en cas de mobilité physique réduite

La mobilité physique réduite est un problème de santé complexe qui implique de nombreux membres différents de l'équipe soignante. 

Une évaluation continue est essentielle pour identifier les problèmes potentiels pouvant entraîner une mobilité physique réduite.

Évaluation Raisonnement
Vérifiez le niveau de mobilité fonctionnelle.
  • Niveau 1: Marche à un rythme régulier et indéfiniment. ou plus mais plus essoufflé que d'habitude
  • Niveau 2: Marche un pâté de maisons ou 500 pieds de niveau; monte un escalier lentement sans s'arrêter
  • Niveau 3: Ne marche pas plus de 50 pieds à plat sans  s'arrêter; incapable de monter un escalier sans s'arrêter
  • Niveau 4: Dyspnée et fatigue au repos
Comprendre le niveau particulier guide la conception du meilleur plan de gestion possible.
Évaluez la capacité du patient à réaliser les activités de la vie quotidienne de manière efficace et sûre quotidiennement.
  • 0 - Complètement indépendant
  • 1 - Nécessite l'utilisation d'un équipement ou d'un appareil
  • 2 - Nécessite l'aide d'une autre personne pour l'assistance, la supervision ou l'enseignement
  • 3 - Nécessite l'aide d'une autre personne et de l'équipement ou du dispositif
  • 4 - Est dépendant, ne participe pas à l'activité
Les mouvements restreints influent sur la capacité d'effectuer la plupart des activités de la vie quotidienne. La sécurité avec la marche est une question importante. Détermine les forces ou l’insuffisance et peut donner des informations sur le rétablissement. Cela facilite la préférence des actions puisque différentes méthodes sont utilisées pour les suivants: paralysie flasque et spastique.
 Évaluer les obstacles à la mobilité L'identification des obstacles à la mobilité (p. Ex. Arthrite chronique versus AVC versus douleur) guide la conception d'un plan de traitement optimal.
Évaluer la force nécessaire pour effectuer une ROM sur toutes les articulations. Cette évaluation fournit des données sur l'étendue de tout problème physique et guide la thérapie. Les tests par un thérapeute physique peuvent être nécessaires.
Évaluez l'enregistrement d'entrée et de sortie et le modèle nutritionnel. Les escarres se développent plus rapidement chez les patients présentant une insuffisance nutritionnelle.
Surveiller les besoins nutritionnels liés à l'immobilité. Une bonne nutrition fournit également l'énergie nécessaire pour participer à un exercice ou à des activités de rééducation.
Évaluez le besoin d'appareils fonctionnels. L'utilisation correcte des fauteuils roulants, des cannes, des barres de transfert et d'autres types d'assistance peut renforcer l'activité et réduire les risques de chute.
Évaluez la présence ou le degré de douleur liée à l'exercice et les modifications de la mobilité articulaire. Examine le développement ou la récession des complications. Peut nécessiter de retarder les exercices d'augmentation et de rester jusqu'à ce que la guérison se produise.
Évaluez la sécurité de l'environnement. Les blocages tels que les carpettes, les jouets pour enfants et les animaux domestiques peuvent contrôler davantage et limiter la capacité de se déplacer sans danger.
Évaluez la réponse émotionnelle au handicap ou à la limitation. L'acceptation de limitations temporaires ou plus permanentes peut varier considérablement d'un individu à l'autre.Chaque personne a sa propre interprétation de la qualité de vie acceptable.
Considérez le besoin d'assistance à domicile (p. Ex. Thérapie physique, infirmière visiteuse). Obtenir un soutien ou une aide appropriés pour le patient peut assurer une progression sûre et appropriée de l'activité.
Évaluez la compréhension du patient ou du soignant de l'immobilité et de ses implications. Les risques d'effets de l'immobilité, tels que la faiblesse musculaire, la dégradation de la peau, la pneumonie , laconstipation , la thrombophlébite et ladépression, doivent également être pris en compte chez les patients présentant une immobilité temporaire.
Note pour la thrombophlébite évolutive (par exemple, douleur au mollet, signe de Homan, rougeur, gonflement localisé, augmentation de la température). Le repos prolongé au lit ou l'immobilité permet la formation de caillots dans le diagnostic de soins infirmiers à mobilité physique réduite.
Vérifiez si la peau présente des signes de rougeur et d’ischémie tissulaire (en particulier au niveau des oreilles, des épaules, des coudes, du sacrum, des hanches, des talons, des chevilles et des orteils). L'inspection de routine de la peau (en particulier sur les protubérances osseuses) permettra de prévenir ou de détecter et de traiter rapidement les ulcères de pression.
Notez le statut d'élimination (par exemple, schéma habituel, schémas actuels, signes de constipation). L'immobilité favorise la constipation, diminuant la motilité du tractus gastro-intestinal.

Interventions infirmières en cas de mobilité physique réduite

L'intervention de cette condition inclut la prévention des incapacités dépendantes, la restauration de la mobilité lorsque cela est possible, ainsi que le maintien ou la préservation de la mobilité existante. 

Les soins spéciaux aux patients comprennent le changement de position, les exercices, la nutrition, la création d'un environnement sûr, etc.

Nous examinons en détail le plan de soins infirmiers pour la mobilité physique avec facultés affaiblies:

Interventions Raisonnement
Aider le patient à faire des exercices musculaires autant qu'il le peut ou s'il est autorisé à sortir du lit; exécuter des exercices de serrage abdominal et de flexion des genoux; hop à pied; se tenir sur les orteils. Augmente le sens de l'équilibre et renforce les parties compensatoires du corps.
Présentez un environnement sûr: rails au lit, lit en position basse, articles importants à proximité. Ces mesures favorisent un environnement sûr et peuvent réduire le risque de chute .
Établir des mesures pour prévenir les lésions cutanées et les thrombophlébites dues à une immobilité prolongée:
  • Nettoyez, séchez et hydratez la peau si nécessaire.
  • Utilisez des bas anti-emboliques ou des dispositifs de compression séquentielle, le cas échéant.
  • Utilisez les dispositifs de soulagement de la pression indiqués (matelas à gel).
Ceci permet d'éviter une dégradation de la peau et les dispositifs de compression favorisent un retour veineux accru pour prévenir la stase veineuse et une éventuelle thrombophlébite dans les jambes.
Exécutez des exercices de ROM d'assistance passive ou active à toutes les extrémités. L'exercice améliore le retour veineux, prévient la raideur et maintient la force musculaire et l'endurance. Cela évite également les déformations dues à la contracture, qui peuvent s'accumuler rapidement et empêcher l'utilisation de la prothèse.
Fournir un matelas en mousse ou flottant, un matelas à air ou à eau ou un lit de kinésithérapie, si nécessaire. Ces équipements diminuent la pression sur la peau ou les tissus pouvant endommager la circulation, ce qui augmente le risque d'ischémie tissulaire ou de dégradation et de formation de décubitus.
Promouvoir et faciliter la marche rapide dès que possible. Aide à chaque changement initial: jambes pendantes, assis sur une chaise, déambulation. Ces mouvements permettent au patient de fonctionner aussi fonctionnellement que possible. La mobilité précoce augmente l'estime de soi quant à la possibilité de recouvrer son indépendance et réduit les risques de débilitation.
Montrez l'utilisation de dispositifs d'aide à la mobilité, tels que les suivants: trapèze, béquilles ou déambulateurs. Ces appareils peuvent compenser une altération fonctionnelle et améliorer le niveau d'activité. L’utilisation de ces aides a pour objectif de promouvoir la sécurité, d’améliorer la mobilité, d’éviter les chutes et de conserver l’énergie.
Aide avec les méthodes de transfert en utilisant une aide appropriée des personnes ou des appareils lors du transfert des patients au lit, sur une chaise ou sur une civière. Il est nécessaire d’apprendre la bonne façon de transférer pour maintenir une mobilité optimale et la sécurité des patients.
Laissez le patient accomplir les tâches à son rythme. Ne dépêchez pas le patient.Encouragez les activités indépendantes aussi sûres que possible. Les fournisseurs de soins de santé et les proches sont souvent pressés et font plus que nécessaire pour les patients.Cela ralentit le rétablissement du patient et réduit sa confiance en lui.
Donner un renforcement positif pendant l'activité. Les patients peuvent ne pas vouloir bouger ou entreprendre de nouvelles activités en raison de la peur de tomber. Il s'agit d'augmenter les chances de guérison du patient et d'accroître son estime de soi.
Fournir au patient des périodes de repos entre les activités. Envisagez des techniques d'économie d'énergie. Les périodes de repos sont essentielles pour économiser l’énergie. Le patient doit apprendre et accepter ses limites.
Donner des médicaments au besoin. Les médicaments antispasmodiques peuvent réduire les spasmes musculaires ou la spasticité qui gênent la mobilité; les analgésiques peuvent réduire la douleur qui entrave le mouvement.
Aidez le patient à accepter les limites. Laissez le patient comprendre et accepter ses limites et ses capacités.L’aide, en revanche, doit être équilibrée pour éviter que le patient ne devienne inutilement dépendant.
Encouragez les exercices de musculation à l'aide de poids légers, le cas échéant. L'entraînement en force et d'autres formes d'exercices sont considérés comme efficaces pour maintenir un statut de vie indépendant et réduire le risque de chute chez les personnes âgées.
Aidez le patient à développer son équilibre en position assise et debout. Cela aide à recycler les voies neuronales, favorisant la proprioception et la réponse motrice.
Tournez et positionnez le patient toutes les 2 heures ou au besoin. Les changements de position optimisent la circulation dans tous les tissus et soulagent la pression.
Gardez les membres en alignement fonctionnel avec un ou plusieurs des éléments suivants: oreillers, sacs de sable, coins ou attelles préfabriquées. Cela évite les gouttes de pied et une trop grande flexion ou contraction plantaire.Maintenir les pieds en position dorsiflexée.
Encouragez les exercices de toux et de respiration profonde. utilisez la succion si nécessaire. Utiliser un spiromètre d’incitation . La toux et la respiration empêchent l'accumulation de sécrétions. La spirométrie incitative augmente l’expansion pulmonaire.
Présenter des suggestions d’apport nutritionnel en ressources énergétiques et en besoins métaboliques adéquats. Une nutrition correcte est nécessaire pour conserver un niveau d'énergie suffisant. Le patient aura besoin d'un apport adéquat, bien équilibré en glucides, lipides, protéines, vitamines et minéraux pour fournir des ressources énergétiques.
Encouragez une alimentation riche en fibres et en liquides de 2000 à 3000 ml par jour, sauf contre-indication. Les liquides optimisent l’hydratation et évitent le durcissement des selles . Cela réduit également le risque d'irritation ou de dégradation de la peau.
Établissez un programme pour les intestins (p. Ex. Liquides adéquats, aliments riches en volume, activité physique, assouplissants pour les selles, laxatifs) au besoin. Notez les niveaux d'activité intestinale. Le mode de vie sédentaire contribue à la constipation. Une variété d’interventions favorisera l’élimination normale.
Offrir des activités de diversion. Observez les réactions émotionnelles ou comportementales à l'immobilité. L’immobilité forcée peut accroître l’agitation et l’irritabilité. Une activité diversifiée aide à recentrer l'attention et favorise la gestion des limitations.
Expliquez au patient la nécessité d'appeler à l'aide, par exemple une sonnerie d'appel et un voyant d'appel sensible spécial. En cas de mobilité physique réduite, cette intervention permet au patient d’avoir le sens du contrôle et réduit la peur de rester seul.
Fixez-vous des objectifs avec le patient ou l'autre significatif pour la coopération dans les activités ou l'exercice et les changements de position. Cela renforce le sentiment d'anticipation du progrès ou de l'amélioration et donne un sentiment de contrôle ou d'indépendance.
Renforcez les principes de l'exercice progressif en insistant sur le fait que les articulations doivent être exercées jusqu'à la douleur, pas au-delà. "Pas de douleur, pas de gain" n'est pas toujours vrai! La douleur survient à la suite d'une lésion articulaire ou musculaire. Des dommages supplémentaires sont attendus si un mouvement inapproprié est poursuivi.
Enseignez au patient ou à sa famille le maintien de l’atmosphère à la maison sans risque et sans danger. Un environnement sûr aidera à prévenir les blessures liées aux chutes. La modification du domicile peut aider le patient à maintenir le niveau d’indépendance fonctionnelle souhaité et à réduire la fatigue liée à l’activité.
Donner des explications sur l'activité progressive au patient. Fournir de petits objectifs réalisables contribue à augmenter la confiance en soi et réduit la frustration.

Gisèle Cabre

Formatrice IFSI

Carpenito-Moyet, LJ . Manuel de diagnostic infirmier

 

Menu Diagnostics et plans de soins infirmiers

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Aide soignante exercices M1 à 8

Aide soignant exercices avec corrections min

Faire un essai gratuitement►