Intervention infirmier trouble bipolaire

Vous vous sentez petit, stagnant et sans importance? Si vous estimez que ce que vous contribuez à ce monde n'a pas d'importance, rappelez-vous que votre travail en tant qu'infirmière est essentiel pour faire de ce monde un chez-soi, en particulier pour les personnes ayant besoin d'un refuge.

Intervention infirmier trouble bipolaire

Sommaire

Types de trouble bipolaire

Physiopathologie

Statistiques et incidents

Les causes

Manifestations cliniques

Résultats d'évaluation et de diagnostic

Prise en charge médicale du trouble bipolaire

Gestion pharmacologique

Gestion des soins infirmiers pour le trouble bipolaire

Évaluation infirmière

Diagnostic infirmier pour le désordre bipolaire

Planification et objectifs des soins infirmiers

Interventions infirmières

Évaluation

Exercice sous forme de qcm 

Les troubles bipolaires sont des troubles de l'humeur caractérisés par des sautes d'humeur allant d'une dépression profonde à une euphorie extrême (manie), avec des périodes intermédiaires de normalité. En savoir plus sur la gestion des soins infirmiers, l'évaluation, le diagnostic et la planification des soins pour le trouble bipolaire dans ce guide d'étude.

Types de trouble bipolaire

  • Le trouble bipolaire I : est le diagnostic posé à une personne qui présente ou a présenté un syndrome complet de symptômes maniaques ou mixtes; le client peut également avoir connu des périodes de dépression.
  • Trouble bipolaire II. :  Le trouble bipolaire II est caractérisé par des épisodes récurrents de dépression majeure accompagnés d'épisodes épisodiques d'hypomanie; cet individu n'a jamais connu de syndrome complet de symptômes maniaques ou mixtes.
  • Trouble cyclothymique. La caractéristique essentielle est un trouble de l'humeur chronique d'une durée d'au moins 2 ans, impliquant de nombreuses périodes de dépression et d'hypomanie, mais de gravité et de durée suffisantes pour répondre aux critères du trouble bipolaire I ou du trouble bipolaire II.
  • Trouble bipolaire dû à un état de santé général. Ce trouble est caractérisé par une perturbation importante et persistante de l'humeur (symptomatologie bipolaire) qui est considérée comme le résultat direct des effets physiologiques d'une condition médicale générale (APA, 2000).
  • Trouble bipolaire induit par une substance. Les symptômes bipolaires associés à ce trouble sont considérés comme le résultat direct des effets physiologiques d'une substance (par exemple, l'utilisation ou l' abus d'un médicament ou d'un médicament , ou l'exposition à une toxine).

Physiopathologie

La physiopathologie du trouble bipolaire, ou maladie maniaco-dépressive (MDI), n'a pas été déterminée et aucun marqueur biologique objectif ne correspond définitivement à l'état pathologique.

  • La composante génétique du trouble bipolaire semble être complexe; la maladie est probablement causée par plusieurs allèles de maladies communs différents, dont chacun présente un niveau de risque relativement faible.
  • On sait maintenant que de nombreux locus sont associés au développement du trouble bipolaire.
  • Ces loci sont regroupés en loci MAFD et numérotés dans l'ordre de leur découverte.

Statistiques et incidents

À l'échelle mondiale, le taux de prévalence à vie du trouble bipolaire est compris entre 0,3 et 1,5%

  • En France, la prévalence du trouble bipolaire au cours de la vie variait de 1 à 2,5%.source
  • Pour les bipolaires I et bipolaires II, la tranche d’âge va de l’enfance à 50 ans, avec un âge moyen d’environ 21 ans.
  • BPI se produit également chez les deux sexes; Cependant, le trouble bipolaire à cycle rapide est plus fréquent chez les femmes que chez les hommes.

Les causes

Les facteurs prédisposant au trouble bipolaire comprennent:

  • Biologique. Des études sur les jumeaux ont indiqué un taux de concordance du trouble bipolaire chez les jumeaux monozygotes entre 60% et 80%, contre 10% à 20% chez les jumeaux dizygotes.
  • Biochimique. Tout comme il existe une indication d'abaissement des niveaux de noradrénaline et de dopamine au cours d'un épisode de dépression, l'inverse semble être vrai pour un individu aux prises avec un épisode maniaque.
  • Physiologique. Des lésions du côté droit dans le système limbique, les zones temporobasales, les noyaux gris centraux et le thalamus ont induit une manie secondaire.
  • Effets secondaires des médicaments. Certains médicaments utilisés pour traiter les maladies somatiques ont provoqué une réponse maniaque; les plus courants sont les stéroïdes fréquemment utilisés pour traiter des maladies chroniques telles que la sclérose en plaques et le lupus érythémateux disséminé.

Manifestations cliniques

Ce sont les symptômes du trouble bipolaire:

  • Humeur accentuée, grandiose ou agitée. L'effet d'un individu maniaque en est un d'exaltation et d'euphorie - un «high» continu.
  • Estime de soi exagérée . Les inhibitions habituelles sont écartées au profit d’indiscrétions sexuelles et comportementales.
  • Insomnie. Les habitudes de sommeil sont perturbées; le client devient inconscient des sentiments de fatigue , et le repos et le sommeil sont abandonnés pendant des jours ou des semaines.
  • Discours sous pression. La loquacité, ou la pression du discours, est si puissante et puissante qu'il est difficile d'interrompre les processus de pensée mésadaptés.
  • Vol d'idées. Il est un processus continu, rapide changement d'un sujet à l' autre.
  • Capacité réduite à filtrer les stimuli externes; facilement distrayant. Il est impossible de se concentrer en raison d'une capacité d'attention limitée. l'individu est facilement distrait par le moindre stimulus dans l'environnement.
  • Augmentation du nombre d'activités avec une énergie accrue. L'activité motrice est constante. l'individu bouge littéralement à tout moment.
  • Activités multiples, grandioses et à haut risque , faisant preuve d'un mauvais jugement; avec des conséquences graves.

Résultats d'évaluation et de diagnostic

Il existe un certain nombre de raisons pour obtenir des études de laboratoire sélectionnées chez des patients atteints de trouble bipolaire; une gamme étendue de tests est indiquée, car le trouble bipolaire englobe à la fois la dépression et la manie et qu’il existe un nombre important de causes médicales pour chaque état.

  • Numération globulaire complète . Une formule sanguine complète avec différentiel permet d’exclure l’ anémie comme cause de dépression dans le trouble bipolaire.
  • Vitesse de sédimentation. La vitesse de sédimentation des érythrocytes (ESR) est déterminée pour rechercher un processus pathologique sous-jacent tel que le lupus ou une infection ; une ESR élevée indique souvent un processus sous-jacent à la maladie.
  • Le jeûne du glucose . Dans certains cas, une glycémie à jeun indique que le diabète est exclu .
  • Électrolytes . Les concentrations sériques en électrolytes sont mesurées pour aider à diagnostiquer les problèmes liés aux électrolytes, en particulier le sodium , liés à la dépression.
  • Protéines Le faible niveau de protéines sériques chez les patients déprimés peut être dû au fait de ne pas manger.
  • Les hormones thyroïdiennes. Des tests thyroïdiens sont effectués pour exclure l'hyperthyroïdie (manie) et l' hypothyroïdie (dépression).
  • Créatinine et azote uréique du sang. L' insuffisance rénale peut présenter une dépression. le traitement au lithium peut affecter les clairances urinaires et les taux de créatinine sérique et d'azote uréique du sang peuvent augmenter.
  • Dépistage de substances et d'alcool. L'abus d'alcool et l'abus d'une grande variété de drogues peuvent se présenter sous forme de manie ou de dépression.
  • IRM La valeur totale de la réalisation de l'IRM chez un patient présentant un trouble bipolaire reste incertaine. Cependant, il existe plusieurs raisons pour mener une étude d'imagerie.
  • Électrocardiographie. De nombreux antidépresseurs, en particulier les agents tricycliques et certains antipsychotiques, peuvent affecter le cœur et causer des problèmes de conduction.

Prise en charge médicale du trouble bipolaire

Le traitement du trouble bipolaire est directement lié à la phase de l'épisode (dépression ou manie) et à la gravité de cette phase.

  • Psychothérapie. La psychothérapie aide les patients atteints de trouble bipolaire mais ne guérit pas le trouble lui-même; Lorsque Schottle et ses collègues ont examiné la psychothérapie pour les patients, la famille et les soignants, ils ont constaté que, même si les résultats étaient hétérogènes, la plupart des études ont montré des résultats positifs pertinents en ce qui concerne les taux de rechute, l'amélioration de la qualité de vie, l'amélioration du fonctionnement ou l'amélioration des symptômes.
  • La thérapie par électrochocs. La thérapie électroconvulsive (ECT) est utile dans un certain nombre de cas chez les patients atteints de trouble bipolaire, par exemple lorsqu'un traitement médical / psychiatrique rapide et définitif est nécessaire; lorsque les risques d'ECT sont inférieurs à ceux d'autres traitements; lorsque le trouble bipolaire est réfractaire à un essai adéquat avec d’autres stratégies de traitement; et quand le patient préfère cette modalité de traitement.
  • Régime. Il est recommandé aux patients de ne pas modifier de manière significative leur consommation de sel, car une consommation accrue de sel peut entraîner une diminution des taux de lithium sérique et une efficacité réduite, et une consommation réduite peut entraîner une augmentation des niveaux et de la toxicité.
  • Activité. Les patients déprimés sont encouragés à faire de l' exercice . ces personnes devraient essayer de mettre au point un horaire quotidien régulier des principales activités, en particulier au moment de se coucher et de se réveiller.

Gestion pharmacologique

Le traitement approprié pour le traitement du trouble bipolaire dépend du stade auquel le patient se trouve.

  • Anxiolytiques, benzodiazépines. En se liant à des sites récepteurs spécifiques, les benzodiazépines semblent potentialiser les effets de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA) et faciliter la neurotransmission GABA inhibitrice et l’action d’autres neurotransmetteurs inhibiteurs.
  • Stabilisateurs d'humeur. Le lithium est le médicament couramment utilisé pour la prophylaxie et le traitement des épisodes maniaques.
  • Anticonvulsivants . Les anticonvulsivants ont été efficaces pour prévenir les sautes d'humeur associées au trouble bipolaire, en particulier chez les patients appelés cycleurs rapides.
  • Antipsychotiques, 2e génération. Les antipsychotiques de deuxième génération, ou atypiques, sont de plus en plus utilisés pour le traitement de la manie aiguë et de la stabilisation de l'humeur chez les patients atteints de maladie bipolaire de type I.
  • Antipsychotiques, 1re génération. Les antipsychotiques de première génération, également appelés antipsychotiques classiques ou classiques, sont efficaces dans le traitement des épisodes maniaques et mixtes psychotiques et non psychotiques, ainsi que de l'hypomanie.
  • Antipsychotiques, phénothiazine. Les antipsychotiques phénothiazines, classés comme antipsychotiques de première génération, sont efficaces dans le traitement des épisodes maniaques et mixtes psychotiques et non psychotiques, ainsi que de l'hypomanie.
  • Agents antiparkinsoniens, agonistes de la dopamine. Les agonistes de la dopamine sont des agents sans erreur de contrôle qui se lient aux récepteurs de la dopamine D2 et D3 dans le striatum et la substance noire.

Gestion des soins infirmiers pour le trouble bipolaire

La gestion infirmière d’un patient souffrant d’un trouble bipolaire comprend:

Évaluation infirmière

L'évaluation d'un patient souffrant de trouble bipolaire comprend:

  • Histoire. Faire une histoire avec un client dans une phase maniaque s'avère souvent difficile; il peut être nécessaire d’obtenir des données au cours de plusieurs courtes sessions et de parler à des membres de la famille.
  • Aspect général et comportement moteur. Le client souffrant de manie ressent une agitation psychomotrice et semble être en perpétuel mouvement; rester immobile est difficile; ce mouvement continu a de nombreuses ramifications; les clients peuvent être épuisés ou se blesser.
  • Humeur et affect. La manie se traduit par des périodes d'euphorie, d'activité exubérante, de grandiosité et de faux sentiment de bien-être.
  • Processus de pensée et contenu. La capacité ou la pensée cognitive est confuse et mêlée à des pensées qui s'enchaînent les unes aux autres, ce que l'on appelle souvent la fuite des idées. les clients ne peuvent pas associer des concepts et sautent d'un sujet à l'autre.

Diagnostic infirmier pour le désordre bipolaire

Les diagnostics infirmiers généralement établis pour les clients en phase maniaque sont les suivants:

  • Risque de violence dirigée par d'autres liée à l'excitation maniaque, à la suspicion d'autrui, à une idéation paranoïaque.
  • Risque de blessure lié à une hyperactivité extrême et à des comportements destructeurs.
  • Nutrition déséquilibrée : moins que les besoins corporels liés au refus ou à l'incapacité de rester assis suffisamment longtemps pour manger.
  • Processus de pensée perturbés liés au processus psychotique.
  • Perception sensorielle perturbée liée à la privation de sommeil, processus psychotique.

Planification et objectifs des soins infirmiers

Les objectifs de planification des soins infirmiers pour les troubles bipolaires sont les suivants:

  • Le client ne présentera plus de mouvements potentiellement préjudiciables après 24 heures d'administration avec l'administration de médicaments tranquillisants.
  • Le client ne subira aucune blessure physique.
  • L'agitation du client sera maintenue à un niveau gérable avec l'administration de tranquillisants au cours de la première semaine de traitement.
  • Le client ne fera pas de mal à soi-même ni aux autres.
  • Le client consommera suffisamment de bouchées et de collations entre les repas pour respecter les apports journaliers recommandés en éléments nutritifs.
  • Dans un délai d'une semaine, le client sera capable de reconnaître et de verbaliser lorsque la pensée est basée sur une non-réalité.
  • Le client sera capable de reconnaître et de verbaliser quand il interprétera l'environnement de manière inexacte.

Interventions infirmières

Les interventions infirmières auprès des clients atteints de trouble bipolaire sont les suivantes:

  • Assurer la sécurité. Une des principales responsabilités des infirmières est de fournir un environnement sûr au client et aux autres; pour les clients qui se sentent incontrôlables, l'infirmière doit établir des contrôles externes de manière énergique et sans jugement.
  • Répondre aux besoins physiologiques. Une stimulation environnementale décroissante peut aider le client à se détendre; l'infirmière doit fournir un environnement calme sans bruit, télévision et autres distractions; les amuse-gueules ou les choses que les clients peuvent manger tout en se déplaçant sont les meilleures options pour améliorer la nutrition.
  • Fournir une communication thérapeutique . Les clients atteints de manie ont une capacité d'attention limitée, de sorte que l'infirmière utilise des phrases simples et claires pour communiquer; Comme ils peuvent ne pas être en mesure de traiter beaucoup d’informations en une fois, l’infirmière les divise en plusieurs petits segments.
  • Promouvoir un comportement approprié. L’infirmière peut orienter son besoin de mouvement vers de grandes activités motrices socialement acceptables telles que l’organisation de chaises pour une réunion de la communauté ou une marche.
  • Gestion des médicaments. Les concentrations sériques périodiques de lithium servent à surveiller la sécurité du client et à garantir que la dose administrée a augmenté la concentration sérique de lithium à un niveau de traitement ou l'a réduite à un niveau de maintenance.

Évaluation

Les objectifs sont atteints comme en témoignent:

  • Le client est capable de faire la différence entre la réalité et des événements ou des situations irréalistes.
  • Le client est capable de reconnaître des pensées qui ne sont pas basées sur la réalité et d'intervenir pour arrêter leur progression.
  • Le client a pris ou maintenu son poids pendant son hospitalisation.
  • Il n'y a aucune preuve de comportement violent envers soi-même et les autres.
  • Le client ne présente plus de signes d'agitation physique.

Question test

 

1. Ralph est admis à l’hôpital avec le diagnostic de trouble bipolaire, seul épisode maniaque. Lequel des comportements suivants l'infirmière s'attend-elle à évaluer?

A. Apathie, manque de perspicacité et pauvreté des idées.
B. Anxiété , plaintes somatiques et insomnie .
C. Exaltation, hyperactivité et altération du jugement.
D. Isolement social, pensée délirante et associations conflictuelles.

2. Dans un programme de traitement de jour, un client maniaque crée un chaos considérable, se comportant de manière dominante et manipulatrice. Quelle intervention infirmière est la plus appropriée?

A. Permettez au groupe de pairs d’intervenir.
B. Décrivez le comportement acceptable et fixez des limites réalistes avec le client.
C. Recommander que le client soit hospitalisé pour traitement.
D. Dites au client que son comportement est inapproprié.

3. Nadine, infirmière, évalue le trouble bipolaire diagnostiqué chez James. L'infirmière s'attendrait à trouver des antécédents de:

A. Un épisode dépressif suivi d'une tristesse prolongée.
B. Une série d'épisodes dépressifs qui se reproduisent périodiquement.
C. Symptômes de manie pouvant être suivis ou non d'une dépression.
D. Symptômes de manie comprenant des pensées délirantes.

4. L’infirmière planifie des activités pour un client souffrant de trouble bipolaire avec un comportement social agressif. Laquelle des activités suivantes conviendrait le mieux pour ce client?

A. Ping Pong.
B. Écriture.
C. Échecs.
D. Basket-ball.

5. L'infirmière évalue un client présentant le diagnostic admis d'un trouble affectif bipolaire, manie. Le symptôme présenté par le client qui nécessite l'intervention immédiate de l'infirmière est celui de la cliente:

A. Comportements étranges et vêtements inappropriés.
B. illusions grandioses d'être un descendant royal du roi Arthur.
C. Activité physique continue et faible apport nutritionnel.
D. Discutions constantes et incessantes qui incluent des insinuations sexuelles et taquiner le personnel.

 

 

Correction test

Question

1. Ralph est admis à l’hôpital avec le diagnostic de trouble bipolaire, seul épisode maniaque. Lequel des comportements suivants l'infirmière s'attend-elle à évaluer?

A. Apathie, manque de perspicacité et pauvreté des idées.
B. Anxiété , plaintes somatiques et insomnie .
C. Exaltation, hyperactivité et altération du jugement.
D. Isolement social, pensée délirante et associations conflictuelles.

1. Réponse: C.Exaltation , hyperactivité et altération du jugement.

  • Option C: Un client souffrant de trouble bipolaire, d'épisode maniaque, démontrerait une fuite d'idées et une hyperactivité dans le cadre de l'activité psychomotrice accrue. L'atmosphère est exaltante et le sentiment que l'on est invincible; par conséquent, le jugement peut être très altéré.
  • Option A: Les symptômes de l'option A seraient plus caractéristiques d'un individu atteint de schizophrénie à long terme .
  • Option B: Les symptômes de l'option B seraient plus caractéristiques d'une personne souffrant d'un trouble d'anxiété, bien qu'un maniaque puisse également ne pas dormir à cause d'une énergie excessive.
  • Option D: Les symptômes de l'option D sont plus caractéristiques de la schizophrénie .

2. Dans un programme de traitement de jour, un client maniaque crée un chaos considérable, se comportant de manière dominante et manipulatrice. Quelle intervention infirmière est la plus appropriée?

A. Permettez au groupe de pairs d’intervenir.
B. Décrivez le comportement acceptable et fixez des limites réalistes avec le client.
C. Recommander que le client soit hospitalisé pour traitement.
D. Dites au client que son comportement est inapproprié.

2. Réponse: B. Décrivez le comportement acceptable et fixez des limites réalistes avec le client.

  • Option B: Dans cette situation, il serait approprié que l'infirmière suggère des comportements alternatifs à la place de comportements inacceptables pour aider le client à acquérir la maîtrise de soi.
  • Option A: le groupe de pairs n'est pas responsable de la surveillance du comportement du client.
  • Option C: le comportement du client ne justifie pas une hospitalisation.
  • Option D: Le client n’est informé que de ce qui est inacceptable et n’a pas d’autre solution.

3. Nadine, infirmière, évalue le trouble bipolaire diagnostiqué chez James. L'infirmière s'attendrait à trouver des antécédents de:

A. Un épisode dépressif suivi d'une tristesse prolongée.
B. Une série d'épisodes dépressifs qui se reproduisent périodiquement.
C. Symptômes de manie pouvant être suivis ou non d'une dépression.
D. Symptômes de manie comprenant des pensées délirantes.

3. Réponse: C. Symptômes de manie pouvant être suivis ou non d'une dépression.

  • Option C: La définition du trouble bipolaire est un trouble de l'humeur dans lequel les symptômes de manie se sont manifestés au moins une fois. La dépression peut ou non apparaître comme un épisode distinct du trouble bipolaire.
  • Options A, B, D: Aucune des autres options n'indique une compréhension correcte du trouble bipolaire.

4. L’infirmière planifie des activités pour un client souffrant de trouble bipolaire avec un comportement social agressif. Laquelle des activités suivantes conviendrait le mieux pour ce client?

A. Ping Pong.
B. Écriture.
C. Échecs.
D. Basket-ball.

4. Réponse: B. Écriture.

  • Option B: Les activités solitaires nécessitant une capacité d'attention réduite avec un effort physique léger sont les activités les plus appropriées pour un client présentant un comportement agressif. L'écriture, les promenades avec le personnel et la peinture au doigt sont des activités qui minimisent les stimuli et libèrent de manière constructive les tensions.
  • Options A, C, D: Les jeux de compétition peuvent stimuler l'agressivité et augmenter l'activité psychomotrice.

5. L'infirmière évalue un client présentant le diagnostic admis d'un trouble affectif bipolaire, manie. Le symptôme présenté par le client qui nécessite l'intervention immédiate de l'infirmière est celui de la cliente:

A. Comportements étranges et vêtements inappropriés.
B. illusions grandioses d'être un descendant royal du roi Arthur.
C. Activité physique continue et faible apport nutritionnel.
D. Discutions constantes et incessantes qui incluent des insinuations sexuelles et taquiner le personnel.

5. Réponse: C. Activité physique continue et faible apport nutritionnel .

  • Option C: La manie est une humeur caractérisée par l'excitation, l'euphorie, l'hyperactivité, une énergie excessive, une diminution du besoin de sommeil et une altération de la capacité de concentration ou de complétion d'un seul train de pensées. La manie est une période où l'humeur est principalement élevée, expansive ou irritable. Toutes les options reflètent la symptomatologie possible du client. L’option C, cependant, pose clairement un problème qui compromet l’intégrité physiologique et doit être traitée immédiatement.

 

 

 

Menu ESI Je valide le semestre 2

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 30/10/2019