Cas clinique Bloc 2 N°2

Vous travaillez dans un service de médecine de 6h à 13h45 et ce jour en collaboration avec une infirmière vous prenez en charge Mr D âgé de 65 ans arrivé la veille.

Il mesure 1m 60 pour 90 kg, il est hospitalisé pour accident vasculaire cérébral ayant provoqué une hémiplégie droite

Sa femme est très présente A ce jour on note une apraxie -une ataxie -une incontinence fécale et urinaire -un début de récupération de son membre supérieur et une légère diminution de son aphasie la persistance de troubles de la déglutition

Ce patient est droitier et il est porteur d'une prothèse dentaire bien adaptée

Le médecin a prescrit du Clopidrogrel, Préviscan et un lever quotidien, un repas mou et la pose d'un étui pénien

Question en rapport avec le module 3  :

Donnez la définition des termes surlignés en jaune

Une hémiplégie, Une Aphasie, Une Ataxie, Apraxie

Donner la psychopathologie de l'accident cardiovasculaires

Quel signes cliniques sont observables avant l'AVC

Question en rapport avec le module 4 :

Quel examen complémentaire permettra d'établir le diagnostic de l'AVC

Question en rapport avec le module 4 :

Recherchez les indications et les surveillances des traitements des cas A.V.C ischémiques pour les prescriptions suivantes :

Clopidogrel,  Lovenox, Previscan

Rôle aide soignant pour les Besoins suivants :

Se Mouvoir-Ëtre propre et protéger ses tégumentsèDormir et se reposer-Se vêtir et se dêvetir-Éliminer-Boire et Manger- Besoin de communiquer

 

Proposition de correction

Vous travaillez dans un service de médecine de 6h à 13h45 et ce jour en collaboration avec une infirmière vous prenez en charge Mr D âgé de 65 ans arrivé la veille.

Il mesure 1m 60 pour 90 kg, il est hospitalisé pour accident vasculaire cérébral ayant provoqué une hémiplégie droite

Sa femme est très présente A ce jour on note -une incontinence fécale et urinaire -un début de récupération de son membre supérieur et une légère diminution de son aphasie la persistance de troubles de la déglutition

Ce patient est droitier et il est porteur d'une prothèse dentaire bien adaptée

Le médecin a prescrit du kardegic un lever quotidien, un repas mou et la pose d'un étui pénien

Réponse

Donnez la définition des termes surlignés en jaune

Hémiplégie (Paralysie n’affectant qu’un côté)

Aphasie = Trouble de la communication

Apraxie = Incapacité à effectuer des mouvements intentionnels 

Ataxie = Perturbation de l'équilibre et de la motricité

Donner la psychopathologie de l'accident cardiovasculaires

Un accident vasculaire cérébral (AVC), également souvent encore appelé « attaque », survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique le plus fréquent) ou par un vaisseau sanguin rompu (AVC hémorragique)

Question :

Quel signes cliniques sont observables avant l'AVC

L’accident vasculaire cérébral se manifeste soudainement par :- une déformation de la bouche: lorsque la personne sourit le sourire n’est pas symétrique

- une faiblesse d’un côté du corps, bras ou jambe : lorsqu’on demande à la personne de lever les deux bras devant elle, l’un des bras ne peut être levé ou rester en hauteur, il retombe

- des troubles de la parole : lorsqu’on demande à la personne de répéter une phrase, elle a des difficultés à parler ou à comprendre

Ces 3 signes d’alerte peuvent être accompagnés, tout aussi soudainement, de troubles de l’équilibre, de maux de tête intenses ou d’une baisse de vision.

Réponse:

Quel examen complémentaire permettra d'établir le diagnostic de l'AVC

Dans le cas des A.V.C ischémiques :
La Thrombolyse :
Réalisé en urgence en milieu hospitalier, en Unité Neuro Vasculaire (UNV) et consiste à dissoudre le caillot qui bouche l’artère cérébrale.
En l’absence de contre indication, doit être réalisé dans les premières heures qui suivent l’apparition des symptômes.
Elle permet de rétablir la circulation du sang et l’apport en oxygène du cerveau et donc limiter les lésions cérébrales et les séquelles.
4h30 après l’apparition des symptômes, ce traitement n’est plus réalisable.

La Thrombectomie :
Si le caillot est coincé dans une artère de gros calibre, son retrait peut être réalisé par un dispositif mécanique introduit par voie endovasculaire sous contrôle radioscopique.

Examens

- Le Scanner cérébral sans injection de produit de contraste doit être effectué en urgence.

- Permet de reconnaître s’il est fait précocement les signes d’ischémies (comme la perte de différenciation substance grise et substance blanche).

- Permet d'éliminer la cause hémorragique.

- l’IRM (Imagerie par résonance magnétique) permet d’identifier les infarctus cérébraux de petite taille mais n’est pas adapté à l’urgence vitale.
- Il va servir à identifier la zone hypoperfusé et permet de localiser la zone de souffrance du tissu cérébral dès la première heure.

Examens complémentaires
- ECG, Bilans biologiques, écho doppler, à la recherche d’une plaque d’athérome.
- Angiographie, échographie cardiaque ou transoesophagienne et holter à la recherche d’une arythmie.

Réponse:

Recherchez les indications et les surveillances des différents traitements suivants :

Les Antiagrégants plaquettaires (Ex : Clopidogrel) prescrit dans le but de diminuer l’agrégation plaquettaire et inhibe la formation du thrombus.
Ils sont prescrits quelques jours après l’accident vasculaire cérébral ischémique en raison de nombreux effets secondaire neurologique et risque d'hémorragie.
Les Anticoagulants (Ex : Héparine, Lovenox...) afin de diminuer la coagulation du sang et diminue le risque de récidive.
Les Antivitamine K (Ex : Previscan) afin de diminuer l’action de la vitamine K qui agit sur les facteurs de coagulation dans le but de fluidifier le sang.
Il faut accentuer la surveillance des effets secondaire liés aux saignements et pour le Clopidogrel surveillance neurologique.

Rôle aide soignant pour les Besoins suivants :

Se MOUVOIR 

- Au lit, installation correcte afin d’éviter l’équinisme du pied.
- Au fauteuil, maintenir le côté paralysé dans une position bien stable.
- Balle en mousse dans la main pour éviter les rétractations irréversibles au niveau de la main.
- Maintenir le bras paralysé en écharpe si nécessaire.
- Participer à la rééducation à la marche / Chaussures adaptées et fermées.
- Éviter les positions vicieuses.
- Éduquer pour le retour au domicile : Retirer les tapis, réorganiser l’espace en libérant des passages.

BESOIN D'ÊTRE PROPRE ET DE PROTÉGER SES TÉGUMENTS

- Aide à la toilette en stimulant la personne pour qu’elle s'intéresse au côté paralysé.
- Soins de bouche plusieurs fois par jour (vomissements, risque de fausse route).
- Soins des yeux et surveillance de l’oeil du côté paralysé (risque d’ulcère de la cornée, risquede cécité).
- Douche avec utilisation des barres d’appui.
- Tapis de sol (afin d’éviter les chutes et glissades).
- Chaise en plastique.
- Vérifier la température de l’eau.
- Bien sécher la peau.
- Hydrater la peau avec des crèmes protectrices au niveau des points d’appui.
- Effleurage fréquent pour réduire le risque d’escarre.

BESOIN DE DORMIR ET DE SE REPOSER

- Changement fréquent de position (Minimum toutes les 3 heures).
- Lutte contre les escarres et l’encombrement bronchique (risques majorés la nuit...).
- Prescription et application des barrières de lit.
- Postures vicieuses à corriger avec l’aide du kiné et de l’ergothérapeute.

SE VÊTIR ET DE SE DÉVÊTIR

- Apprendre à s’habiller en commençant par le côté hémiplégique.
- Apprendre à se déshabiller en commençant par le coté sain.
- Utiliser des vêtements amples avec des fixations velcros.

ÉLIMINER

- Protection si incontinence fécale et/ou urinaire.
- Rééducation si incontinence partielle, avec proposition de bassin après avoir repéré les heures de miction.
- Lutter contre la constipation, surveillance des selles.

BOIRE ET MANGER

- Régime alimentaire adapté : Mixée / Mou Haché ...
- Boisson gélifiée ou épaissie.
- Surveillance de l’observation du régime si prescription médicale
- Éduquer le Patient sur le risque de fausse route.
- Position demi assise et pencher la tête vers l’avant.
- Mettre les aliments dans la bouche du côté non lésé.
- Favoriser les petites rations plus fréquentes.
- Éviter les aliments qui ne sont pas consistants et homogènes.
- Si impossibilité de déglutir : alimentation par sonde gastrique ou gastrostomie

BESOIN DE COMMUNIQUER

- Faire preuve de patience : Laisser le temps à la personne de s’exprimer, s’efforcer de comprendre les sons qu’elle émet, ne pas lui demander répéter plus d’une fois, reformuler pour obtenir validation.
- Anticiper les besoins de la personne, l’encourager quand elle fait des efforts.
- Rester calme et compréhensif.
- Lui procurer de quoi écrire et participer à son apprentissage d’utilisation de l’autre main.

 

 

Cas clinique Bloc 2 N°2

Exemple d'évaluation cas clinique modules 3 et 4

Cas clinique Bloc 2 N°4

Travail à faire : - Effectuer un recueil de donné structurer, ainsi qu’une démarche de soin sous forme de tableau.

Cas clinique Bloc 2 N°5

Prise en charge d'un patient avec suspicion de phlébite

Cas clinique Bloc 2 N°6

Prise en charge d'un patient en pneumologie

Cas clinique Bloc 2 N°7

Prise en charge d'une personne diabétique

Cas clinique Bloc 2 N°8

Prise en charge patient avec une BPCO

Cas clinique Bloc 2 N°9

Prise en charge d'un patient avec risque d'escarres

Cas clinique Bloc 2 N°10

Prise en charge patient sous sondage vésical avec sac collecteur d'urine

Date de dernière mise à jour : 07/08/2022

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam