Retrouvez l'estime de soi

Sommaire

<< RETROUVER L'ESTIME DE SOI >>

il y a des regards qui font vivre

PROJET D'ACTIVITE

  • - Origine du projet
  • - Créativité, objectif - Raison du choix - Support
  • - Déroulement projet - Méthodologie

MOYENS MIS EN OEUVRE

  • - Lieu
  • - Matériel
  • - Coût
  • - Technique
  • - Présentation des résidents - Evaluation

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Projet

 

Projet d'activité

C'est lorsque j'ai accompagné chez l'esthéticienne une résidente de la maison de retraite où je travaille que j'ai eu l'occasion de découvrir la joie qu'elle éprouvait.

J'ai réalisé que beaucoup de personnes ne pouvant pas se déplacer pourraient éprouver cette joie. J'ai eu l'idée que je pourrai monter dans les chambres et redonner le goût de la beauté aux personnes isolées.

II -- OBJECTIFS

Demander aux résidents valides qui voudraient participer à cette activité en n'imposant personne.

Les résidents pourraient me demander de leur faire les ongles, les maquiller, les coiffer puis j'ai pensé à inviter des résidentes à m'aider. Cela permettrait aussi des échanges et des partages sur les vécus des uns et des autres afin que chacun se sente écouté et puisse avoir une idée de l'histoire des uns et des autres.

Je les laisse libres de leurs choix et volonté, les visites que nous ferions offriraient la possibilité de réaliser des objectifs faciles : celui de renouer des contacts avec les autres, le plaisir d'écouter des souvenirs anciens tout en redonnant le plaisir de prendre soin de soi au niveau esthétique, pouvoir se regarder, se trouver belle ou beau à travers le regard des autres.

Pour ceux qui m'aideraient, cela leur permettrait de se sentir utiles, d'accomplir quelque chose qui leur ferait plaisir et qui ferait plaisir à l'autre.

III -- RAISON DU CHOIX

Les résidents de la maison de retraite où j'exerce ont des capacités variables.

Certains sont valides, d'autres sont alités et très dépendants. Beaucoup d'autres personnes sortent plus de leur chambre, ils ne supportent pas le regard des autres, ne se sentent pas écoutés. Ils ont l'impression de ne plus être utiles, de ne plus exister.

L'esthétique est un moyen d'essayer d'aider les résidents(es) à se sentir bien dans leur corps, à s'accepter telles qu'ils (elles) sont pour être mieux dans la vie de tous les jours.

J'ai voulu essayer de travailler sur le vieillissement du corps en trouvant la petite astuce qui mettra une étincelle dans le regard et dans le coeur de la personne prise en charge. Il semble que certains résidents manquent de confiance en eux et doutent de la gentillesse des autres. ils ont besoin d'être rassurés sur leur physique, recommencer à échanger leurs impressions, recommencer à apprendre, à accepter ce qu'est devenu leur corps sans se sous-estimer. La façon dont nous acceptons notre corps intervient dans la confiance en soi.

IV - SUPPORT

L'activité esthétique est généralement considérée comme un facteur positif de la volonté de montrer autrement, en trichant un peu, c'est aussi un moyen d'épanouissement sur le plan physique ; cela aide donc à avoir un bon équilibre sur le plan psychologique.

V — DEROULEMENT DU PROJET

A - Périodicité

Il m'a s'emblé important de faire quelque chose de régulier et qui puisse durer. Nous avons donc réfléchi à quelque chose qui puisse être mis en place sans trop s'imposer. L'activité serait menée une fois par semaine. Les résidents volontaires pour participer à cette activité ont été choisis sur leur motivation.

Dans un premier temps, nous avons essayé de nous occuper de l'étage où nous avions remarqué que deux personnes étaient très isolées.

3 — Attendus

J'étais là pour guider cette activité. Cette dernière a commencé donc avec trois résidents volontaires pour m'aider. Nous avions décidés que je les présente aux deux autres personnes isolées pour que la rencontre provoque des échanges et des liens.

Méthodologie

C'était important pour moi de commencer avec un petit groupe pour pouvoir bien les encadrer. En effet, j'ai pensé qu'un groupe trop grand risquait très vite l'abandon si il n'y avait pas un minimum d'observation de cadre pour éviter l'éparpillement.

Je voulais favoriser l'échange, le partage, la possibilité de faire autrement, le toucher est important chez les personnes âgées, et je voulais travailler cet aspect avec eux autant pour les donneurs de soins que pour les "receveurs".

Mon rôle d'AMP dans ce projet

Essayer de les seconder, les encourager afin que notre projet aboutisse, fixer leur attention, développer leur application. Je voulais essayer de leur permettre d'avoir un comportement positif afin que tout se passe au mieux pour éviter les conflits.

Il était important que les deux personnes isolées puissent se resocialisées, être écoutées et à travers ce projet, je voulais donner un but aux autre membres du groupe.

Moyen mis en oeuvre

Lieu :

Deux chambres à l'étage où se trouvent les résidentes qui ne sortent plus. La structure est composée de quatre étages ; pour ne pas se chercher, nous nous donnons rendez-vous à 14 h à l'accueil avec les trois personnes volontaires.

J'ai posé la question aux cinq personnes concernées. Elles ont pensé que le dimanche serait le mieux car c'est le jour le plus calme, beaucoup de résidentes sortent en famille.

Matériel

  • Shampooing
  • Peigne, brosse (individuel) 
  • Miroir
  • Maquillage, vernis à ongles
  • Crèmes de touts sortes

Je me suis renseignée auprès de l'infirmière pour savoir si ces personnes avaient des allergies ainsi que pour les peaux sensibles.

Coût

  • 1 palette de maquillage : 30 €
  • Nécessaire de manucure: 38 € qui a été payer par la direction. Pour certaines, nous nous servons de leurs affaires personnelles.

Les crèmes "échantillons" ont été offertes par le pharmacien qui livre dans l'établissement.

Technique

Dans un premier temps, je me suis renseignée pour en savoir plus sur les techniques de maquillage en lisant des revues féminines avec les personnes attachées au projet. Je suis aussi allée rendre visite à mon esthéticienne, je lui ai expliqué mon projet et j'ai demandé des conseils, des petits trucs.

Au début, les personnes ne se parlaient pas trop, il semble que les "esthéticiennes" étaient un peu intimidées...

Nous avons donc commencé par nettoyer les visages en utilisant laits et lotions puis j'ai encouragé les participantes à s'appliquer les soins entre elles. Cela n'a pas été facile pour certaines de confier leur visage aux mains de quelqu'un d'autre et de lui faire confiance.

Cette première partie des soins était donc la prise de contact par le toucher. C'est un instant très important car par l'intermédiaire des mains ,un courant passe, quelque chose est ressenti de la part des femmes qui recevaient des soins. Les autres donnaient aussi une part de leur motivation et peu à peu de leur plaisir à faire du bien.

Après plusieurs séances, un petit conseil de la part des unes et des autres se fait entendre, il commençait à y avoir de l'échange, de la communication, des sourires qui s'échangent. Est venu alors le moment où elles se sont mises à parler des couleurs qui leur iraient le mieux, à se faire des compliments.

Tout devenait plus simple et naturel lorsqu'elles laissaient parler leur coeur.

"Tout être humain a besoin de parler, d'être entendu, écouté, pour se sentir relié aux autres et finalement se sentir exister".

Présentation des résidents

A — Les trois personnes aidantes :

- Madame B set âgée de 81 ans, n'a pas de handicap particulier. Elle est entrée en maison de retraite pour échapper à sa solitude. Elle est très serviable, patiente, volontaire.

- Madame J, âgée de 75 ans se déplace en fauteuil roulant, apporte la bonne humeur, elle adore rire. Elle souffre de la paralysie d'une ses mains. Elle se révèle experte en couleurs de maquillage.

- Madame R, âgée de 70 ans, se plaint du manque de compagnie, elle adore chanter, parler, raconter son passé. C'est un délice de travailler auprès d'elle entendant les chansons d'Edith Piaf qu'elle fredonne tout le temps.

B - Les personnes en chambres

- Madame S, âgée de 75 ans alitée, sans famille, atteinte de tétraplégie. Elle a conservé toutes ses capacités intellectuelles, se fait comprendre en clignant des yeux (aphasie).

- Madame F, c'est repliée sur elle-même, ne veut plus s'habiller, elle reste allongée sur son lit, semble très déprimée. Elle pense que personne ne l'aime. Elle pourrait se lever, marcher seule, mais refuse tout contact avec l'extérieur.

Voilà pourquoi toutes ces personnes avaient tout pour se compléter. Elles avaient des besoins différents qui pouvaient à travers ce projet se rejoindre.

Evaluation

De séance en séance, le changement est observable.

- Madame F s'habille, ne reste plus en chemise de nuit. Elle est très intéressée par Madame R, elle partage les mêmes goûts musicaux et la même passion pour Edith Piaf.

Elles se rencontrent en dehors des séances de maquillage et j'espère que Madame F s'intégrera bientôt aux autres personnes et élargira ainsi son groupe de contact.

- Madame J et Madame B éprouvent beaucoup de plaisir à s'occuper de Madame R qui clignote des yeux pour dire oui ou non, c'est sa façon de communiquer. Dès qu'elle sent un contact physique sur sa peau, elle sourit.

- Madame J et Madame B se sentent utiles et racontent ce qu'elles font aux autres  résidents de la Maison de Retraite.

Plusieurs d'entres eux sont venus me voir en me demandant si ils pouvaient participer à cette activité, j'ai senti que vraiment quelque chose se passait et c'était très encouragent. Une réelle envie se faisait sentir. Je notais la fierté de celles qui participaient et les demandes marquées des autres. Nous allions pouvoir peut-être réfléchir à une activité plus large, qui touchait plus de monde que ce que je croyais.

Ceci dit, aucun Monsieur ne s'est manifesté. Il faudrait que je pense à trouver ce qui pourrait les intéresser pour les intégrer à une activité portée sur leur esthétique.

J'ai trouvé cette expérience très enrichissante, cette activité permet d'avoir des relations privilégiées avec les résidents et de ce fait, de mieux les connaître ; la relation physique par le contact, le toucher, la douceur, le soin lui-même suscite une ambiance de calme et de détente qui amène aux échanges.

Cette relation privilégiée qui permet d'aller voir l'autre, fait que chacun s'ouvre aux autres et a envie de connaître l'autre.

Cette expérience m'a réservée beaucoup de surprises, les compliments, les sourires ont provoqué certaines impressions positives et agréables, des sensations de reconnaissance, de complicité, de partages. Aider, c'est accompagner : c'est-à-dire se laisser prendre par la main se laisser étonner des découvertes qu'on fait chez les autres, et sur ça aussi.

Laisser l'autre nous mener sur la route qu'il veut nous faire suivre. Ce que nous ne pouvons pas entendre de lui à travers ce geste, nous lui permettront de l'exprimer. C'est comme cela que les personnes se sont découvertes, ont découvert les autres sous un nouveau visage, un nouveau jour.

Se laisser donner des soins a été difficile, mais se rendre compte qu'on intéresse quand même les autres, c'est réconfortant, rassurant.

On se regarde alors autrement, avec le regard des personnes en face de nous. Ces personnes nous voient différemment de nous, et alors, nous aussi, on se donne la possibilité de se regarder avec plus de tolérance, de gentillesse.

Une petite étincelle peut nous aider à nous remonter le moral. Cette étincelle, c'est celui qui s'occupe de nous qui peut nous la montrer.

Cette petite lumière refait "attre notre coeur" et nous aide à penser qu'on peut quand même se laisser voir et ne pas avoir honte de nous. Cela peut revigorer une personne âgée qui se laissait aller, qui ne se portait plus d'intérêt. Pendant cette activité et grâce à tout ce que j'entendais se dire, j'ai trouvé que les personnes se trouvaient mieux.

Elles étaient contentes et avaient envie de continuer à prendre soin d'elles, même si les années les marquaient. Je me suis dit alors que notre but était atteint.

Auteur : V Soriano

aide médicaux psychologique

Menu

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 24/01/2020