Proposé par : Sultan.julien Formateur santé E-learning

Bonjour M

Connexion membre

Sujet à l'oral corrigé N°12

Le tabagisme demeure l’une des principales causes de mortalité prématurée. Au fil des ans, cet enjeu de santé publique a poussé l’état à renforcer la législation antitabac. À force d’informations sur les méfaits du tabac, le nombre de fumeurs commence à diminuer. Peu à peu, la cigarette se désociabilise.

QUESTION 1

Quels sont les méfaits du tabagisme qui amènent à renforcer la législation antitabac ? Quelle est la grande étape de la lutte antitabac en France ?

QUESTION 2

Quelles sont les mesures antitabac destinées à réduire le nombre des fumeurs ? Pourquoi dit-on que : « peu à peu, la cigarette se désociabilise » ?

Proposition de correction Question 1

Le tabagisme est pour les fumeurs la cause de nombreuses affections chroniques des voies respiratoires

(ex. : bronchites, trachéites, toux, etc.). Il est aussi la cause de nombreux décès par cancers des voies respiratoires (en particulier le cancer du poumon).

La législation antitabac tient à exercer une prévention efficace en direction des fumeurs, mais aussi en direction des non-fumeurs, victimes du tabagisme passif, qui encourent les mêmes risques que les fumeurs actifs.

Il y a plusieurs étapes de la lutte antitabac en France. Il y a eu d’abord une directive excluant la publicité pour le tabac à la télévision puis l’interdiction de vente aux moins de 16 ans (2003), la lutte contre le tabagisme des femmes enceintes et l’interdiction de fumer en voiture avec un enfant (2015) ; mais le moment décisif c’est la loi Évin qui, en 2007, marque une avancée significative en interdisant totalement la cigarette dans tous les lieux publics et de travail, y compris les pubs et restaurants.

Proposition de correction Question 2

À force d’informations sur les méfaits du tabac, d’interdiction de la publicité, de messages sanitaires sur les paquets et de politique de hausse des prix, le nombre de fumeurs commence à diminuer.

Tout d’abord, le ministère de la Santé a informé les fumeurs sur les risques mortels qu’ils prennent en s’adonnant au tabagisme. Il a associé cette information de formules ou d’images destinées à faire peur. Le slogan « FUMER TUE » est inscrit sur les paquets de cigarettes en grosses lettres noires. De plus, la hausse des prix du tabac renforce la dissuasion et peut susciter un sevrage.

Quant à la suppression des publicités de cigarettes et l’arrivée en 2016 des nouveaux paquets « neutres » (dissuasion par l’image), elle exerce un jeu de dévalorisation : le public n’a plus à sa disposition les photos de tel ou tel acteur ou actrice associée à telle ou telle marque de cigarettes à l’inverse il voit des « photos chocs » illustrant les dommages.

On dit que la cigarette se « désociabilise » progressivement (le verbe « se désociabiliser » s’explique par l’adjectif « sociable »). Dire que « la cigarette se désociabilise » revient à affirmer qu’elle perd sa place d’agrément de la vie sociale, mondaine et plus généralement collective. Les pays les plus évolués tolèrent de moins en moins les fumeurs au niveau de la vie sociale (restaurants, dancings, cafés, etc.). Il n’est plus décent pour les responsables politiques d’apparaître en public cigarette aux lèvres. Les lois et les usages qui se développent dans les sociétés les plus modernes visent à instaurer une image de plus en plus affaiblie et dévalorisée du fumeur. Tout veut nous inviter à voir en lui un malheureux aliéné au tabac et donc victime d’une dépendance coûteuse et néfaste pour sa santé. L’avenir du fumeur, tel que le préparent les évolutions législatives de l’Europe, serait pour lui un avenir sinon de clandestinité, du moins de solitude dans un cadre privé.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire