Etude de situation 16 Accès libre

Vous êtes aide soignante en neuro-chirurgie, vous recevez en stage d'observation Mlle F Elle souhaite devenir aide soignante, elle présente le concours le mois prochain et compte sur vous pour lui permettre de découvrir les aspect pratique de votre métier

 
Question 1
Vous vous apprêtez à effectuer l'aide à la toilette de Mme G et vous effectuez un lavage des mains ,vous demandez à Mlle F de faire de même en lui expliquant les différentes étapes. Vous lui précisez que c'est une règle de base en matière d'hygiène et le meilleur moyen d'éviter les infections nosocomiales , la stagiaire vous demande de lui expliquer ce terme qu'elle ne connait pas.
Question 2
La stagiaire porte la tenue avec laquelle elle est arrivée dans le service, vous lui demandez de vous accompagner afin qu'elle puisse se changer. Elle porte notamment des manches longues. Elle ne souhaite pas le faire vous assurant que sa tenue est propre . Que lui répondez-vous 
Question 3 
Mettre dans l'ordre les 6 étapes de la friction hydroalcoolique (exercice inclus dans la correction)

Question 4
Faire l'exercice sur les règles d'hygiène (exercice inclus dans la correction)

ce document est un exemple il ne se substitue en aucun cas à l'enseignement fourni au cours de votre formation

 
 
Question 1
Vous vous apprêtez à effectuer l'aide à la toilette de Mme G et vous effectuez un lavage des mains ,vous demandez à Mlle F de faire de même en lui expliquant les différentes étapes. Vous lui précisez que c'est une règle de base en matière d'hygiène et le meilleur moyen d'éviter les infections nosocomiales , la stagiaire vous demande de lui expliquer ce terme qu'elle ne connait pas.
Les infections nosocomiales (IN) sont les infections liées aux soins et par extension acquises dans un établissement des soins, elles touchent les patients, le personnel soignant et les autres professionnels de l'établissement
Les infections nosocomiales (IN) font partie des infections associées aux soins :
elles sont contractées en milieu hospitalier alors que le patient n’en était pas porteur au moment de son admission dans l’établissement.
Ces infections peuvent être directement liées aux soins (au cours d’un acte invasif, par exemple) ou survenir lors de l’hospitalisation, indépendamment de tout geste médical (en raison d’un épisode épidémique, entre autre). Lorsque l’état infectieux du patient à l’admission est inconnu, l’infection est classiquement considérée comme nosocomiale si elle apparaît après un délai de 48 heures d’hospitalisation
 
Question 2
La stagiaire porte la tenue avec laquelle elle est arrivée dans le service, vous lui demandez de vous accompagner afin qu'elle puisse se changer. Elle porte notamment des manches longues. Elle ne souhaite pas le faire vous assurant que sa tenue est propre . Que lui répondez-vous
La tenue n'est pas adapté à l'exercice professionnel en structure de soins, la tenu doit être changée quotidiennement  et à chaque fois qu'elle est souillée, les manche des tenue doivent être courtes pour permettre une bonne technique d'hygiène des mains
 
Question 3 

Remettre dans l'ordre la procédure du lavage simple des mains


Question 4

Faire l'exercice sur les règles d'hygiène (exercice inclu dans la correction)
ce document est un exemple il ne se substitue en aucun cas à l'enseignement fourni au cours de votre formation

Objectifs de l'évaluationi

Identifier les principes d’hygiène et d’asepsie au regard d’une situation d ’hygiène vécue en milieu professionnel

• Faire les liens entre les principes d’hygiène, d’asepsie, le processus infectieux ett la situation vécue

• Démontrer ses connaissances théoriques du module 8 en les mettant en lien avec la pratique professionnelle

Dans quel situation de soins est t il recommande de porté des gants.

Comment mettre et enlever les gants?

Redaction d’une situation d’hygiène rencontrée en stage :
• Décrire la situation au travers de ce qui a été observé (réalité des faits, anonymisation et  pas de jugement de valeurs)

L'aide soignante à garder les gants pendant la réfection du lit et avant de commencer le soins à fait une friction hydro alcoolique sur les gants
• S’interroger sur les principes de bonnes pratiques en terme d’hygiène et les risques infectieux éventuels au regard de la situation décrite
• Proposer une analyse en mettant en lien vos connaissances théoriques et pratiques

4 pages maximum dont 1 page de description de la situation maximum

Sommaire et page de garde non inclus dans les 4 pages)

Travail individuel tapuscrit et paginé

Document WORD identifié à votre nom, prénom et IFAS Bourges

Style de police : arial, couleur noire, taille 12, interligne 1,5

Texte justifié

Vigilance quant à la grGammaire, l’orthographe, la syntaxe ainsi que l’utilisation du

vocabulaire professionnel

La description de la situation doit comprendre (sur 1 page maximum) :

 Le type d’établissement et la discipline de votre stage

Je suis en stage dans le service Alzheimer d'un EHPAD situé à marseille depuis 1 semaine et je dois relater une situation d'hygiène vécu en stage.

Le service Alzheimer dans lequel je suis en stage est composé de quinze chambre individuelle , toutes les chambres sont occupés à ce jour, l'équipe du service est composé de deux aides soignantes une agent du service hospitalier et  une infirmière qui se réparti entre deux service de l'ehpad , le service ou je suis en stage et un autre service de l'ehpad qui se trouve situé au 1 étage.

La situation de soins que je souhaite relater est une observation constaté lors du soin de nursing (Douche,)de Me B

Le Me B est une résidente âgée de 93 elle mesure 1m60 et son IMC est de 25 assez sociable elle est souriante et toujours d'humeur jovial, elle à besoin d'aide pour sa toilette quotidienne et pour le choix de ses vêtements en fonction de la saison

Ce matin comme à l'accoutumée nous commençons par le soins de nursing de Me Après avoir rassemblé le nécessaire pour effectuer le soin auprès de Mr B, j'ai constaté que l'aide soignante avec laquelle j'étais en binôme a'voit garder ses gants pendant toute la durée du soin

En référence à l'enseignement que j'ai reçu en formation IFAS, le port de gant est limitée à la toilette intime du résident et dans le cas où le lit serait souillés et ou une deinfection réfection serait nécessaireet n'est pas nécessaire si la peau du patient est saine.

J'ai fait part de mon étonnement à l'aide soignante, la raison qu'elle a invoqué est que elle c'était blessé avec un couteau lors du repas de la veille et qu'elle présente ce jour une lésion à la main droite

Vous pouvez bâtir votre situation d'hygiène avec ce genre d'erreur que l'on rencontre en service concernant le gant

L’ingéniosité : − mettre plusieurs paires de gants l’une par-dessus
l’autre et les enlever au fur et à mesure des soins
L’économie : − laver les gants
Le confort : − masser les patients sains avec les gants
La protection individuelle : − ne surtout pas toucher les patients à mains nues
La propreté : − six paires de gants pour la toilette d’un seul patient
Lutte anti-gaspillage : − garder la même paire de gants toute la journée
Se ménager : − prendre le matériel disponible (par exemple des gants
stériles), même si c’est inutile
Pas de contrainte : − avec les gants, moins d’attention : ça protège
Tous ces comportements ne sont malheureusement pas le fruit de l’imagination, mais
le résultat d’observations faites sur le terrain et qui ne sont surtout pas des exemples à suivre !
En fait les gants sont rarement utilisés pour se protéger des accidents d’exposition au
sang et aux liquides biologiques, alors que les consommations augmentent chaque année.
Pour éviter ces utilisations irrationnelles, voici les recommandations à suivre :
⇒ choix de matériel conforme aux normes
⇒ lavage des mains avant et après le port de gants
⇒ respect du temps : la qualité du gant s’altère avec la durée de l’utilisation
⇒ respect des indications : gestes à risque, contact avec sang et liquides biologiques, peau
lésée.
⇒ usage unique : car chaque patient est unique.

 Les acteurs

 Le contexte de la situation (profil du patient, type de soin effectué, lieux précis…)

 Description objective des principes d’hygiène que vous avez ou non mis en place

 Absence de jugements

 Implication par l’utilisation du ‘je’

• Le questionnement doit comprendre :

 L’énoncé de 2 ou 3 questions en lien avec le module 8

 Il doit vous aider à trouver des pistes de réflexion sur :

 Les agents infectieux

 Les précautions standards et complémentaires

 Le circuit du linge

 Le bionettoyage

 Les risques engendrés par la non utilisation des bonnes pratiques

L’analyse de la situation :

 Vous devez décomposer les différents éléments d’hygiène de la situation en lien avec les

bonnes pratiques

 Vous devez être capable de justifier le vocabulaire employé

 Vous devez y investir vos connaissances théoriques en les argumentant (quelles sont les

raisons qui m’amène à utiliser telle action dans cette situation)

Comment votre travail est évalué

Pertinence dans l’application des règles d’hygiène (qualité, sécurité,

traçabilité…)

• Pertinence du repérage et du traitement des anomalies

• Respect des consignes de mise en forme

Étude de situation 1

Vous êtes en stage dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)

Étude de situation 2

Vous êtes en stage en Service de Soins de Suite et de Réadaptation.

Étude de situation 3

Etude de situation sur Mme D

Étude de situation 4

Vous êtes AS en EHPAD. Vous reprenez votre travail Mercredi 5 Janvier. Madame Léonie âgée de 95 ans a été admise

Étude de situation 5

Situation d'hygiène accident d'exposition au sang

Étude de situation 6

Quel est l’intérêt de l’utilisation des gants dans les précautions standards ?

Étude de situation 7

L’hygiène hospitalière dans la lutte contre les infections nosocomiales.

Étude de situation 8

Au regard de vos connaissances en Infectiologie et en hygiène, analyser, dans cette situation, les pratiques des soignants, préciser les axes d’amélioration :

Étude de situation 9

Vous êtes en stage dans un SSR gériatrique (Soins de suite et de réadaptation) gériatrique

Étude de situation 10

Le médecin suspecte une gastro-entérite et insiste sur le respect des précautions standard

Étude de situation 11

Vous réalisez une évaluation des pratiques professionnelles dans le cadre de la semaine de la sécurité des soins.

Étude de situation 12

Le port de gants ne remplace pas remplace pas l’hygiène des mains , pourquoi ? au vue de vos connaissances expliquer ce cas?

Étude de situation 13

 J'étais en stage ce matin avec X, aide-soignante qui travaille depuis huit ans dans ce lieu de vie

Étude de situation 14

Au regard de vos connaissances en Infectiologie et en hygiène, analyser, dans cette situation

Étude de situation 15

La situation se déroule dans un établissement d’accueil pour personnes handicapées mentales
Deas bloc 4 module 8

Etude de situation 16 Accès libre

Vous êtes aide soignante en neuro-chirurgie, vous recevez en stage d'observation Mlle F

Etude de situation 17

Les gants sont-ils obligatoires? Les soignants peuvent-ils (ou doivent-ils) privilégier leur bien-être au détriment des précautions standards

Etude de situation 18

Étude de situation module 8 :Accident d'exposition au sang, Infection associée aux soins 

DE aide soignant bloc 4 Module 8

Deas bloc 4 module 8

 

DEAS Bloc 4 module 8

Prix 9€99

Obtenez vos identifiants 7jours/7 24h/24  

1 Cliquer sur acheter paiement 100% sécurisé 

2 Créez votre identifiant et mot de passe

3 Commencez à réviser

Les Précautions d’hygiène à prendre en cas de cystite à Escherichia coli

Sommaire
1. Introduction.................................................................3
2. Présentation................................................................3 
3. Analyse.........................................................................4
4. Conclusion....................................................................6
5. Bibliographie................................................................6


1. Introduction
J'ai choisi de vous présenter le cas de Madame B, âgée de 80 ans, en EHPAD, porteuse
d’un ECBLSE résistant, dû à une émergence des bactéries productrices de BLSE
(Escherichia Coli Béta-Lactamases à Spectre Elargi). Il s’agit d’une infection urinaire,
ayant pour nom cystite avec résistance à la majorité des bêtalactamines (antibiotique),
provoquée par la prolifération de bactéries intestinales de type Escherichia coli,
contaminant ainsi les urines normalement stériles.


2. Présentation
Définition :
« Escherichia coli est une bactérie intestinale présente dans notre système digestif et nos
matières fécales, sous des formes diverses et la plupart du temps non pathogènes, c’est à
dire non susceptibles d’engendrer des infections. Elle se reproduit très rapidement et peut
être responsable de plusieurs types d’infections, dont la cystite. »
C’est le cas de madame B qui a développé une infection urinaire dû à Escherichia coli,
après être allée à la selle en s'essuyant de l'arrière vers l'avant, s’infectant avec ses propres
germes (infection endogène). En effet, l’anus, proche de l’appareil génital féminin, peut
favoriser la pénétration de bactérie comme Escherichia coli, à travers l’urètre mesurant
trois à quatre centimètres. La bactérie arrive alors par sa principale porte d’entrée, l’urètre,
et va monter jusqu’à la vessie provoquant une inflammation dite cystite. Dans certains
cas, la cystite non traitée peut s’aggraver en montant par l’urètre jusqu’à atteindre les
reins et engendrer une pyélonéphrite, infection touchant les reins. La cystite peut avoir
différents facteurs favorisants, tels que les rapports sexuels ou l’incontinence urinaire.
Dans le cas de madame B, en référence aux enseignements que nous avons reçus en
formation et à la réglementation en matière d’hygiène, j’applique les précautions
d’hygiènes standards (PS) ainsi que les précautions complémentaires de type contact
(PC). La transmission de ce pathogène peut se faire de façon directe ou indirecte appelée
transmission croisée (infection exogène) : par un contact physique, par l’intermédiaire
d’une surface, d’un objet contaminé aux urines par Escherichia coli. Dans le cas de
madame B, seules ses urines ont été contagieuses. Il était donc nécessaire d’inclure des
précautions complémentaires aux précautions standards, pour limiter mais aussi prévenir
la transmission croisée de patient à patient, de patient à soignant, et de soignant à patient.
Présentation sur la base du site zavamed travaillée, voir bibliographie.

3. Analyse
Les précautions standards et complémentaires ont été rigoureusement appliquées par tout
le personnel. Madame B et sa famille (personne de confiance) ont été sensibilisées à
l’hygiène des mains par friction hydroalcoolique y compris pour tout déplacement en
dehors de la chambre. Des transmissions écrites et orales ont été ajoutés dans le dossier
de soins (PC) de madame B. Une organisation des soins a également été instaurée afin
d’éviter de transmettre la bactérie de patient à soignant et/ou de soignant à patient. Ses
soins sont donc effectués en dernier et ses sanitaires sont strictement réservés à son usage,
la famille a été informée de ne pas les utiliser (PC). Elle dispose d’une chambre seule
(isolement septique) aucun changement n’a été nécessaire (PC).
Avant et après avoir été en contact avec madame B ou son environnement, après un geste
aseptique et après exposition à un risque biologique, mais également avant et après tout
soin en sortant de sa chambre, il est nécessaire de pratiquer une hygiène des mains à la
friction hydroalcoolique (PS renforcé) pour éviter la transmission des bactéries de façon
direct et indirect (sauf sur des mains souillées, poudrées et humides où un lavage des
mains sera pratiqué). Afin de prévenir la transmission croisée de micro-organismes par
son intermédiaire et de protéger la tenue professionnelle du soignant, il faudra porter un
équipement de protection individuelle (PS renforcé). Cet équipement comprend le tablier
plastique à mettre, lors de soin, avant contact avec madame B ou son environnement (lors
de la réfection du lit). Mais également une surblouse pour tout contact étroit avec madame
B (nursing, manipulations des excréta, du linge souillé...). En cas de soin souillants et
mouillants, la surblouse et le tablier plastique seront à porter ensemble, le tablier plastique
sur la surblouse. Pour protéger le soignant, lors de soins exposant à un risque de liquide
biologique ou par contact avec les muqueuses ou peau lésée (exemple lors d’une toilette
intime), le port de gants (PS renforcé) à usage unique sera pratiqué. Ces gants protègeront
aussi à la manipulation du linge sale et du matériel souillé. Une paire de gants est utile
pour un geste seulement. Elle sera immédiatement jetée après utilisation dans un DASRI
si en contact avec les urines contaminées. Lors d’un soin à risques, la prévention des
accidents d’exposition au sang et ou liquide biologique (PS) se fait par le port
d’équipement de protection individuelle (blouse, surblouse, gants, etc.), par l’utilisation
de dispositifs médicaux sécurisés et par l’élimination des objets piquants, coupants,
tranchants, dans un collecteur DASRI.Dans le cadre de la gestion de l’environnement, un bionettoyage (combinaison de trois
actions : nettoyage au détergent, rinçage à l’eau claire et application d’un désinfectant ou
détergent-désinfectant) quotidien de la chambre et de l’environnement proche de madame
B, a été fait par les agents de service logistique et les soignants. Pour éviter la
manuportation de la bactérie d’une chambre à une autre, ce bionettoyage a été programmé
en dernier (PC). Les agents de service logistique utilisent du détergent-désinfectant en
solution à diluer, des bandeaux et lavettes à usage unique pour l’entretien globale de sa
chambre. Les aides-soignants utilisent du détergent-désinfectant prêt à l’emploi en spray
mousse, plus facile d’utilisation et à destination du bionettoyage de certains équipements
de sa chambre. Le détergent-désinfectant permet d’avoir deux actions en un. Il élimine
les bactéries mais aussi les salissures adhérentes et non adhérentes.
Le linge sale a été évacué de façon ergonomique dans une salle ventilé au plus près du
soin (chambre de madame B) à l’aide d’un sac hydrosoluble (PC), qui sera ensuite placé
dans un sac imperméable mauve afin de limiter le manuportage des bactéries à la sortie
de la chambre. Ce sac sera par la suite envoyé dans une blanchisserie en ESAT pour le
traitement du linge. Un carton DASRI (déchets d’activités de soins à risques infectieux)
a été placé dans sa salle de bain (PC) afin d’y jeter les déchets contaminés par ses urines
(les protections, les gants, le tablier plastique, la surblouse en contact avec les urines
contaminées). Les sacs DAOM (déchets assimilés aux ordures ménagères) auront servi à
jeter les déchets non contaminés par les urines ainsi que les déchets d’emballages, reste
de repas, essuie-mains, etc.
Du matériel a été dédié (PC) à madame B (stéthoscope, thermomètre, tensiomètre, etc.)
afin de limiter la transmission croisée, après utilisation du matériel un entretien au
détergent-désinfectant sera effectué. Pour la gestion des excreta, madame B est en
capacité de se rendre aux toilettes mais est incontinente, elle porte des protections qui
seront jetées dans un sac DASRI (PC) dû à la présence des urines contaminées.
Néanmoins à l’utilisation de la chasse d’eau, il faudra penser à rabattre l’abattant du wc
pour éviter la projection de la bactérie. Analyse sur la base des enseignements reçus en
formation provenant du module 8.

4. Conclusionp
Madame B n’est, à ce jour, plus porteuse de ce germe résistant et les précautions
complémentaire contact ont pu être levées. Les précautions standards sont toujours
d’actualité assurant la qualité de ses soins et protègent les soignants de tout risque
infectieux. Ces précautions standards préviennent continuellement la limitation de la
transmission croisée contribuant aussi à la maîtrise des bactéries multi résistantes. Dans
ces milieux collectifs que sont les établissements d’hébergement pour personnes âgées,
dépendantes, mais également dans la vie de tous les jours, Escherichia coli est une
bactérie parmi tant d’autres qu’il est possible de contracter, mais qu’on peut facilement
prévenir et maîtriser grâce aux précautions d'hygiène. Il est alors impératif de les
appliquer y compris tout au long du parcours de soin en les adaptant à la personne et à sa
pathologie, pour son bien-être, sa santé, sa sécurité et celle du personnel soignant.


5. Bibliographie
Page de garde
ONTAKRAI J., STOCKLIB : photo libre de droit
https://www.stocklib.fr/media-65310062/colonies-of-bacteria-in-macconkey-
agar.html?keyword=escherichia%20coli
Présentation
ALBE-LY S., Bactérie Escherichia coli et cystite : ce qu'il faut savoir, [en ligne], 2019,
[consulté le 22-02-2022]. Disponible sur internet :
https://www.zavamed.com/fr/escherichia-coli.html#:~:text=analyses%20d'urine.-
,Comment%20%C3%A9viter%20les%20cystites%20caus%C3%A9es%20par%20E.,sel

Introduction

Je suis en stage dans un EHPAD situé Tataouine les bains, 

Introduction

Pour valider le module 8,je doit présenter une situation d'hygiène rencontré en stage, j'ai choisi de vous relater le cas de Me Bernard , 81ans, atteinte de Clostridium difficile. Le clostridium « difficile » désigne une bactérie logée dans notre système digestif, plus spécifiquement dans les intestins.

Présentation

Le clostridium « difficile » désigne une bactérie logée dans notre système digestif, plus spécifiquement dans les intestins. Rien d’anormal en cette présence, car tout comme de nombreuses autres espèces de bactéries, le clostridium est en quelque sorte « hébergé » par notre organisme. En échange, la bactérie facilite la digestion et protège de l’invasion d’autres espèces. Malheureusement, il arrive que le clostridium se multiplie de façon anormale, le plus souvent suite à l’ingestion d’antibiotiques : utilisés contre d’autres bactéries, certains auront pour conséquence de permettre au clostridium de se développer. Lorsque cela se produit, il provoque des troubles tels que la fièvre, ou des diarrhées.

Dans le cas de Me Bernard, en référence au cours reçu en formation et à la réglementation, J'applique les précautions Standard complété par les précautions complémentaires de type contact

La transmission de ce pathogènes

 

D

 

 

Sujet NON FAIT

Sujet

QCM

Question 1 – Trouver chaque proposition vraie à propos de la relation hôte agent infectieux :

A. La virulence d’un agent infectieux est variable selon sa quantité
B. La virulence est la capacité à provoquer une infection
C. Les bactéries de la flore commensale humaine peuvent devenir pathogènes
D. Un agent infectieux devient pathogène en échappant aux mécanismes de défense de l’hôte
E. Une infection saprophyte survient chez les sujets aux défenses immunitaires altérées
 

Question 2 – Trouver la localisation de l’infection nosocomiale la plus fréquente :

A. Urinaire
B. Pulmonaire
C. Site opératoire
D. Bactériémie
E. Digestive
 

Question 3 – Trouvez chaque élément entrant dans la structure d’une bactérie :

A. Un ARN chromosomique
B. Un noyau délimité par une membrane
C. Une membrane cytoplasmique
D. Des ribosomes
E. Une paroi
 

Question 4 – Trouver chaque proposition vraie à propos de Escherichia coli :

A. Il s’agit d’une bactérie bacille Gram négative
B. Il s’agit de la bactérie la plus fréquemment identifiée dans les infections nosocomiales
C. Il possède un fort pouvoir pathogène
D. Il n’existe pas de porteur sain chez l’être humain
E. Il peut devenir résistant aux antibiotiques
 

Question 5 – Une infection associée aux soins est une infection qui peut être contractée :

A. Dans un établissement de santé
B. Au cours d’un soin de podologie
C. Lors de soins à domicile
D. Par un parent qui vient rendre visite à son enfant hospitalisé
E. Par un professionnel de santé lors des soins
 

Question 6 – Trouver chaque proposition vraie à propos de la chaine épidémiologique des infections nosocomiales d’origine exogène :

A. Fait essentiellement intervenir des bactéries
B. Principale porte d’entrée par voie respiratoire
C. Permet de définir les mesures “barrières”
D. Mode de transmission avec un vecteur
E. Fait le plus souvent intervenir un réservoir humain
 

Question 7 – Trouver chaque élément qui participe à la prévention des infections nosocomiales d’origine endogène :

A. Antibioprophylaxie avant une intervention chirurgicale
B. Soins de bouche en réanimation
C. Désinfection cutanéo-muqueuse
D. Traitement de l’air dans la chambre
E. Retrait d’un dispositif invasif inutile
 

Question 8 – Trouver chaque proposition vraie à propos de la chrlorhexidine :

A. Elle est bactéricide en dix secondes
B. Elle est neurotoxique
C. Elle est synergique avec la polyvinylpyrrolidone iodée (PVP-I)
D. En solution alcoolique, c’est un antiseptique majeur
E. Elle est contre-indiquée chez le nouveau-né
 

Question 9 – Parmi les antiseptiques suivants, lesquels peuvent être utilisés pour la désinfection d’une muqueuse avant un acte invasif :

A. Polyvidone iodée
B. Eau oxygénée
C. Eosine aqueuse
D. Chrlorhexidine aqueuse
E. Dérivés chlorés
 

Question 10 – Préciser les facteurs qui peuvent influencer l’efficacité antimicrobienne d’un antiseptique :

A. Le rinçage et le séchage immédiat
B. La composition
C. La quantité de microorganismes présents sur la peau
D. La présence de substances organiques sur la peau
E. Les conditions de conservation
 

Question 11 – Dans le cadre du respect des précautions standard, tout soignant :

A. Porte des gants pour réaliser la toilette intime d’un patient
B. Porte un appareil de protection respiratoire pour les soins rapprochés à un patient qui tousse
C. Vérifie que le matériel qu’il va utiliser a subi un procédure d’entretien adapté au soin
D. Porte des gants pour le contact avec un patient fortement immunodéprimé
E. Porte des gants et un tablier de protection de la tenue pour l’entretien manuel d’un bassin
 

Question 12 – Trouver chaque proposition vraie à propos de l’hygiène des mains par friction hydroalcoolique :

A. Plus efficace que le lavage des mains avec de l’eau et du savon
B. Mieux tolérée que le lavage des mains avec de l’eau et du savon
C. Nécessaire au retrait des gants de soins
D. Plus rapide que le lavage car d’une durée de 15 secondes
E. Plus efficace si elle est immédiatement précédée d’un lavage des mains
 

Question 13 – Quelles sont les consignes qui s’appliquent au port de gants non stériles à usage unique ?

A. Enfiler les gants sur des mains sèches
B. Changer de gants entre deux soins pour un même patient
C. Porter des gants pour le change d’un patient
D. Porter des gants pour tous les soins à un patient qui relève des précautions complémentaires contact
E. Réaliser une hygiène des mains à leur retrait
 

Question 14 – Lors des soins, le port d’un masque chirurgical est indiqué :

A. Pour le professionnel qui tousse
B. Pour le professionnel dans la chambre d’un patient en précaution “air”
C. Pour le patient tuberculeux qui se rend à un examen complémentaire
D. A l’entrée de la chambre d’un patient atteint de coqueluche
E. A l’entrée de la chambre d’un patient atteint de rougeole
 

Question 15 – Trouver la (ou les) réponse(s) exacte(s), concernant la tenue vestimentaire  des professionnels de santé :

A. Elle peut constituer un relais à la transmission croisée des microorganismes
B. Elle est protégée avec un tablier à usage unique pour tous les soins
C. Le port d’une sur blouse réutilisable est indiqué dans le cadre des précautions complémentaires de type contact
D. Il est recommandé aux professionnels de la laver à 30°C en machine
E. Le port de sur chaussures n’a pas d’intérêt pour la prévention des infections nosocomiales
 

Question 16 – Trouver les propositions vraies, dans le cadre des mesures complémentaires de type “air”, le masque de protection du personnel (de type FFP2) doit être :

A. Mis pour les soins rapprochés en cas d’exposition à des liquides biologiques
B. Mis avant d’entrer dans la chambre d’un patient afin de se protéger des projections de liquides biologiques
C. Mis avant d’entrer dans la chambre d’un patient tuberculeux
D. Porté par les visiteurs pour entrer dans la chambre du patient tuberculeux
E. Retiré après la sortie de la chambre
 

Analyse d’une situation

Julien est étudiant infirmier, en stage dans un service de médecine gériatrique.
 
Mr X, 86 ans est hospitalisé depuis hier pour chute, altération de l’état général (AEG) et épisode fébrile à 39°. Le diagnostic de grippe saisonnière a été posé. Il est porteur d’une voie veineuse périphérique avec une réhydratation, des précautions de type gouttelettes ont été prescrites. C’est un patient indépendant à son domicile mais qui, à ce jour, est très asthénique et reste alité. Cet après-midi, Julien, répond à la sonnette de Mr X.
Il entre dans la chambre et constate que Mr X est en sueur. Ce dernier lui demande de lui changer sa tenue ainsi que les draps de son lit car il a froid, Julien constate qu’en effet ses draps sont humides. Après avoir prévenu Mr X qu’il va revenir avec le nécessaire pour réaliser un soin d’hygiène de confort du haut du corps avant le change, Julien prépare son matériel sur le chariot de soin : des gants non stériles à usage unique, deux draps, un gant de toilette, une serviette, des sacs pour les déchets DAOM et un sac pour les DASRIA, un masque FFP2.
Julien entre dans la chambre, met le masque, puis réalise une désinfection des mains par friction.
Il met des gants non stériles à usage unique, désinfecte l’adaptable puis y dépose la bassine qu’il est allé remplir dans la salle de bains.
Il retire ses gants qu’il élimine dans un sac DASRIA. Il dépose la bassine et le linge sur l’adaptable du patient.
Julien met une nouvelle paire de gants, aide Mr X à enlever sa chemise d’hôpital puis enlève le drap de dessus qu’il pose sur le sol.
Il met une serviette sur les parties intimes. Il procède à une toilette du visage et du torse en respectant les critères de qualité d’un soin d’hygiène.
Il ôte ses gants et procède à une désinfection des mains par friction, avant de refaire le lit puis installe confortablement Mr X.
Julien vide la bassine, réalise l’entretien de celle-ci et de l’adaptable de Mr X. par essuyage humide avec un détergent désinfectant.
il ôte le masque et ferme le sac poubelle. Il sort et évacue le linge sale ainsi que la poubelle dans les chariots intermédiaires situés dans le couloir.
Il se frictionne les mains 30 secondes avec la solution hydroalcoolique.
 
 

Analyser la situation à partir des enseignements reçus, pour cela vous devez (12 pts) :

Resituer le contexte du soin vis-à-vis du risque infectieux.
Identifier si la situation est adaptée ou non aux bonnes pratiques d’hygiène à chacune des étapes du soin.
Argumenter vos réponses en faisant référence aux éléments théoriques enseignés dans l’UE 2.10 et à la situation décrite (seuls seront pris en considération dans la note, les éléments théoriques en lien avec l’UE 2.10).
Réaliser une conclusion personnelle et engageante.
 
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
 
Sujet NON FAIT
Situations
Temps 1
Elisa, étudiante de 1ère année en soins infinniers réalise son stage en service de médecine. Elle est en poste ce jour de 6h30 à 14h00. Elle a en charge les 2 patients qui lui ont été attitrés par sa tutrice :
Mme Yvette âgée de 78 ans, diabétique est entrée pour la réalisation d’un bilan suite à des chutes à répétition. Elle a besoin d’aide pour la réalisation des actes de la vie quotidienne particulièrement pour la toilette. Elle doit être aidée pour le dos, les membres inférieurs et la petite toilette mais parvient à réaliser la toilette du visage et à se coiffer en autonomie. Elle se déplace avec un déambulateur à petits pas… Mme Yvette présente une sécheresse cutanée au niveau des jambes sur lesquelles des excoriations cutanée (= lésions de grattage avec pertes de substance cutanée superficielle) sont observées. Les transmissions mettent en évidence que le médecin a prescrit l’application 2 X /jour de Déxéryl® (Protecteur cutané) matin et soir. Aujourd’hui, sa réfection de lit complète doit être réalisée. Des glycémies capillaires sont à réaliser 3 fois par jour.
 
Mr Edouard âgé de 84 ans, diabétique est entré pour infection à SARM (Staphylococcus Aureus ou Staphylocoque doré Résistant à la Méticillinel BMR\ sur PTH opérée il y a 6 mois. Il nécessite une antibiothérapie intra-veineuse par perfusions de longue durée. Celles-ci le fatiguant beaucoup, l’IDE en poste ce matin a demandé que sa toilette soit réalisée au lit et a rappelé l’application des précautions complémentaires « Contact ».
 
Question 1 (1,5 pts) – Avant de débuter les soins, l’infirmière demande à Elisa de retirer son bracelet Brésilien. Argumenter avec précision cette décision. 3 arguments sont attendus.
 
Question 2 (1 pt) – Dans son organisation de travail, par quel patient Elisa doit-elle débuter la toilette ? Argumenter votre réponse avec précision, exactitude et exhaustivité en vous appuyant sur des éléments de chaque situation. 2 arguments sont attendus.
 
Question 3 (0,5 pt ou 0) – Identifier avec exactitude le sigle BMR ?
 
Question 4 (1 pt) – Identifier avec exactitude la classe de micro-organisme à laquelle appartient BMR et citer avec précision les 3 conditions favorables à son développement.
 
Question 5 (1 pt ou 0) – Définir avec précision et exactitude l’infection.
 

Temps 2

Mme Yvette étant réveillée, Elisa lui propose de réaliser sa toilette …elle accepte. Elisa s’empresse après avoir réalisé une friction des mains, de poser le linge propre pour la réfection du lit qu’elle a préparé, sur un coin de la table.
 
Puis, elle se dirige vers la patiente :
 
Aide Mme Yvette à se lever de son lit et l’accompagne dans la salle de bain.
Mme Yvette s’assoie sur la chaise près du lavabo qu’Elisa a déplacée de la chambre dans la salle de bain et qu’elle a préalablement désinfectée.
Elisa enfile son tablier plastique et débute le soin…
Elle prépare l’eau et le gant pour que Mme Yvette réalise ses bras, le thorax et son abdomen.
Mme Yvette informe Elisa qu’elle a besoin d’aller sur les toilettes qui se trouvent juste à côté.
Elisa accompagne Mme Yvette en lui mettant une serviette sur le dos et fait son maximum pour préserver sa pudeur.
Elisa ferme l’abattant, tire la chasse d’eau et réinstalle confortablement Mme Yvette pour poursuivre la toilette du dos.
Elisa aide Mme Yvette à enfiler son maillot de corps.
Elle dépose une serviette blanche sur le sol pour que Mme Yvette puisse poser ses pieds et être en confort. Elle réalise la toilette des Jambes puis des pieds et essues ces derniers avec cette serviette blanche.
Elle roule cette serviette et la dépose dans un sac de linge qu’elle a accroché au porte manteau .
Change d’eau et enfile les gants à Usage Unique qu’elle sort de sa poche pour réaliser la petite toilette.
Celle-ci terminée, elle jette ses gants dans la poubelle se frictionne les mains à la SHA et applique avec délicatesse le Déxeryl®. Elisa se frictionne de nouveau les mains à la SHA.
Elle aide Mme Yvette à enfiler le reste de ses vêtements et la patiente nettoie son visage avec des carrés de coton et son eau micellaire (eau nettoyante). Elisa jette ces cotons dans la poubelle dont eJle touche le couvercle en la refermant. Elle installe le déambulateur devant Mme Yvette et l’accompagne jusqu’à son fauteuil.
 
 
Question 6 (6 pts) – Identifier avec exactitude 8 erreurs d’hygiène commises par l’étudiante et au regard de chaque erreur citer et argumenter avec précision la mesure qui aurait dû être appliquée.
 
Vous reporterez le tableau ci-dessous complété sur votre copie :
 
 
Erreur (0,25 pt)
 
 
Mesure qui aurait dû être appliquée (0,25 pt)
 
 
Argumentation (0,25 pt)
 
 
 
 
Question 7
 
Au regard de la situation de Mr Edouard :
 
7.1 : Définissez avec précision et exactitude l’infection associée aux soins (1,25 pts)
 
7.2 : Citer avec exactitude les 3 facteurs prédisposant Mr Edouard à développer une infection associée aux soins (0,75 pt)
 
7.3 : Parmi les éléments de protection individuelle ci-dessous, argumentez les éléments de protection que doit porter Elisa afin de réaliser la toilette complète au lit de Mr Edouard. (2 pts)
 
Gants stériles
Gants à usage unique
Tablier plastifié
Surblouse
Charlotte
Masque de soins
Masque canard
Reporter sur votre copie le tableau ci-dessous complété :
 
 
Élément de protection (0,5 pt)
 
 
Argumentation (0,5 pt)
 
 
7.4 : Définir avec précision et exactitude les précautions complémentaires (1 pt)
 
 
 
Temps 3
Suite à la réalisation de la glycémie capillaire, l’IDE propose à Elisa de l’encadrer pour l’injection sous/cutanée d’insuline de Mme Yvette.
 
Elle prépare donc son matériel :
 
La seringue à insuline préparée avec une aiguille non sécurisée
La SHA
L’antiseptique
Un plateau dans lequel elle y dépose la seringue préparée
Un haricot pour y déposer les déchets
Des compresses
 
 
Question 8
 
8.1 : Au regard des précautions standard et en prévention des AES, identifier en argumentant le matériel manquant pour réaliser le soin en toute sécurité (2 pts)
 
Reporter sur votre copie le tableau ci-dessous complété
 
 
Matériel manquant (0,5 pt)
 
 
Argumentation (0,5 pt)
 
 
8.2 : Elisa se pique avec l’aiguille venant d’être utilisée auprès de Mme Yvette. Citer avec exactitude les soins et démarches administratives que doit réaliser Elisa (2 pts)

Date de dernière mise à jour : 24/04/2022

  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Lucas support client

    1 Lucas support client Le 23/06/2022

    Bonjour
    Si vous avez déjà un programme acheté.

    Valider votre paiement et nous contacter, notre procéderons au regroupement de vos programmes déjà acheté de façon à utiliser votre compte avec un seul identifiant et mot de passe pour l'ensemble de vos programmes

    Soit vous vous inscrivez avec une nouvelle adresse mail et vous créé un nouveau identifiant et mot de passe.

    Je vous conseille la première solution.

    Il faut compter généralement une heure pour que le regroupement soit actif
    En espérant avoir répondu à votre question

    Lucas support client
    Équipe soignant en EHPAD.fr
  • Ryma121212

    2 Ryma121212 Le 23/06/2022

    Bonjour,
    je souhaiterais acheter Module 8 , situation d'hygiène ,mais ne marche pas
    il me demande me réinscrire a nouveau
    merci

Ajouter un commentaire

Anti-spam