Diagnostic infirmier Mode de respiration inefficace

Mode de respiration inefficace

Respiration inefficace: Inspiration et / ou expiration qui n'assurent pas une ventilation adéquate.

Lorsque l'excursion de la paroi abdominale pendant l'inspiration, l'expiration ou les deux ne maintient pas une ventilation optimale pour l'individu, le diagnostic infirmier  modèle de respiration inefficace est l'une des questions sur lesquelles les infirmières doivent se concentrer. Il est considéré comme l'état dans lequel le rythme, la profondeur, le rythme et le rythme, ou le schéma de respiration sont modifiés. Lorsque le rythme respiratoire est inefficace, le corps n'obtient probablement pas suffisamment d'oxygène aux cellules. L'insuffisance respiratoire peut être corrélée avec des variations de la fréquence respiratoire, du schéma abdominal et thoracique.

Une altération du schéma respiratoire peut également survenir dans un certain nombre de circonstances, à savoir insuffisance cardiaque , hypoxie, obstruction des voies respiratoires, paralysie diaphragmatique, infection , déficience neuromusculaire, traumatisme ou chirurgie entraînant une déficience et / ou une douleur musculo-squelettique , une déficience cognitive et de l' anxiété , une acidocétose diabétique , une urémie, dysfonction thyroïdienne, péritonite , surdosage, sida , sevrage alcoolique aigu , chirurgie cardiaque, cholécystectomie , cirrhose du foie , traumatisme craniocérébral, chirurgie du disque, lymphomes, dialyse rénale, convulsionstroubles, lésions de la moelle épinière , assistance ventilatoire mécanique et inflammation pleurale.

Il est essentiel d'avoir des voies respiratoires claires et efficaces dans les soins aux patients. La prise en charge appropriée des patients souffrant de difficultés d'oxygénation consiste à maintenir ou à améliorer la ventilation pulmonaire et l'oxygénation, à favoriser le confort et la facilité de respiration, à améliorer la capacité de participer à des activités physiques et à prévenir les risques associés aux problèmes d'oxygénation tels que la dégradation de la peau et des tissus, la syncope, l'acide -des déséquilibres de base et des sentiments de désespoir et d'isolement social.

Facteurs associés

Voici quelques facteurs qui peuvent être liés au schéma respiratoire inefficace :

  • Modification du rapport O2 / CO2 habituel du patient
  • Anxiété
  • Diminution de l'énergie
  • Diminution de l'expansion pulmonaire
  • Fatigue
  • Hypoxie
  • Processus inflammatoire: viral ou bactérien
  • Insuffisance musculo-squelettique
  • Dysfonctionnement neuromusculaire
  • Douleur
  • Perception ou déficience cognitive
  • Lésion de la moelle épinière
  • Obstruction trachéobronchique

Définition des caractéristiques


Un schéma respiratoire inefficace se caractérise par les signes et symptômes suivants:

  • Excursion thoracique altérée
  • Apnée
  • Hypothèse d'une position à trois points pour respirer (se pencher en avant tout en se soutenant en plaçant une main sur chaque genou)
  • Changements dans la fréquence et la profondeur respiratoires
  • La toux
  • Cyanose
  • Diminution de Po2 et Sao2; Pco2 accru
  • Dyspnée
  • Fremitus
  • Retenir son souffle
  • Augmentation du diamètre thoracique antéropostérieur
  • Agitation, appréhension et taux métaboliques accrus
  • Travail respiratoire accru, utilisation des muscles accessoires
  • Ailes du nez
  • Respirations bruyantes
  • Respiration labiale ou phase expiratoire prolongée
  • VC réduit / volume pulmonaire total
  • Capacité vitale réduite
  • Modifications de la profondeur respiratoire
  • Tachypnée / bradypnée ou arrêt des respirations lorsque le ventilateur est éteint
  • Utilisation des muscles accessoires

Buts et résultats


Voici les objectifs communs et les résultats escomptés du schéma de respiration inefficace .

 
  • Le patient maintient un rythme respiratoire efficace, comme en témoigne une respiration détendue à une fréquence et une profondeur normales et l'absence de dyspnée.
  • La fréquence respiratoire du patient reste dans les limites établies.
  • Les niveaux d'ABG du patient reviennent et restent dans les limites établies.
  • Le patient indique, verbalement ou par son comportement, se sentir à l'aise en respirant.
  • Les patients rapportent se sentir reposés chaque jour.
  • Le patient effectue une respiration diaphragmatique à lèvres pincées.
  • Le patient présente une expansion pulmonaire maximale avec une ventilation adéquate.
  • Lorsque le patient effectue des ADL, le rythme respiratoire reste normal.

Évaluation des soins infirmiers


Une évaluation continue est nécessaire afin de connaître les éventuels problèmes qui peuvent avoir conduit à un schéma respiratoire inefficace ainsi que de nommer toute préoccupation pouvant survenir pendant les soins infirmiers.

Évaluation Raisonnement
Évaluez et enregistrez la fréquence et la profondeur respiratoires au moins toutes les 4 heures. Le taux de respiration moyen des adultes est de 10 à 20 respirations par minute. Il est important de prendre des mesures en cas de modification du schéma respiratoire pour détecter les premiers signes de troubles respiratoires.
Évaluez les niveaux d'ABG, conformément à la politique de l'établissement. Cela surveille l'état d'oxygénation et de ventilation.
Analyser les gaz du sang
1. Notez le pH. Déterminez s'il s'agit d'une acidose ou d'une alcalose.
2. Notez le PaCO2. Est-ce normal, augmenté ou diminué?
3. Notez le HCO3. Est-ce normal, augmenté ou diminué?
4. Notez la base. Excès ou déficit?
5. Notez la PaO2. Pour déterminer s'il y a hypoxie.
Valeurs normales des gaz du sang
pH 7,35 - 7,45
PaCO2 35 - 45
PaO2 Adultes:
80-100 Nourrissons: 60-80
HCO3 20 - 26
Observez les schémas de respiration. Des schémas respiratoires inhabituels peuvent impliquer un processus pathologique sous-jacent ou un dysfonctionnement. La respiration de Cheyne-Stokes signifie un dysfonctionnement bilatéral dans le cerveau profond ou le diencéphale lié à une lésion cérébrale ou à des anomalies métaboliques. L'apnée et la respiration ataxique sont liées à une défaillance des centres respiratoires des voiles médullaires.
Taux et profondeurs de respiration
  • Apnée
Arrêt temporaire de la respiration, surtout pendant le sommeil
  • Apneusis
Inspiration profonde et haletante avec une pause à pleine inspiration suivie d'une libération brève et insuffisante
  • Motifs ataxiques
Irrégularité complète de la respiration avec des pauses irrégulières et une augmentation des périodes d'apnée
  • Respiration de Biot
Groupes d'inspirations rapides et peu profondes suivies de périodes d'apnée régulières ou irrégulières (10 à 60 secondes).
  • Bradypnée
Les respirations tombent en dessous de 12 respirations par minute selon l'âge du patient
  • Respiration de Cheyne-Stokes
Respiration progressivement plus profonde et parfois plus rapide, suivie d'une diminution progressive qui se traduit par une apnée. Le schéma se répète, chaque cycle prenant généralement de 30 secondes à 2 minutes.
  • Eupnée
Ventilation normale, bonne et non développée, parfois appelée respiration calme ou repos, fréquence respiratoire
  • Hyperventilation
Augmentation du rythme et de la profondeur de la respiration
  • Respirations de Kussmaul
Respirations profondes avec une vitesse rapide, normale ou lente associée à une acidose métabolique sévère, en particulier une acidocétose diabétique (ACD) mais aussi une insuffisance rénale
  • Tachypnée
Respiration rapide et superficielle, avec plus de 24 respirations par minute
Une respiration auscultée retentit au moins toutes les 4 heures. Il s'agit de détecter les bruits respiratoires diminués ou accidentels.
Bruits de souffle anormaux
  • Bronchospasme
Bruits respiratoires constants à la fois de rhonchi et de respiration sifflante; normalement traité avec un bronchodilatateur.
  • Grognement expiratoire
Se produit fréquemment en combinaison avec un évasement nasal et des rétractions intercostales ou sous-costales, associées à un travail respiratoire accru.
  • Rales
Clics, cliquetis ou crépitements entendus lors de l'inspiration et de l'expiration.
  • Rhonchi
Bruit de craquement grossier plus humide qu'un rale, aspiration recommandée.
  • Stridor
Son respiratoire musical aigu, provoqué par un blocage dans la gorge ou la boîte vocale (larynx).
  • Respiration sifflante
Sifflement aigu et aigu lorsque l'air se déplace dans les tubes respiratoires rétrécis des poumons. Ceci est entendu le plus souvent chez les asthmatiques et CHF
Demandez-leur s'ils sont «essoufflés» et notez toute dyspnée. Parfois, l'anxiété peut provoquer une dyspnée, alors surveillez le patient pour une «faim d'air» qui est un signe que la cause de l'essoufflement est physique.
Évaluez l'utilisation des muscles accessoires . Le travail respiratoire augmente considérablement à mesure que la compliance pulmonaire diminue.
Surveiller la fatigue ou la faiblesse musculaire diaphragmatique (mouvement paradoxal). Un mouvement paradoxal de l'abdomen (un mouvement vers l'intérieur par rapport à l'extérieur pendant l'inspiration) indique une fatigue et une faiblesse des muscles respiratoires.
Observer les rétractions ou les évasements des narines . Ces signes signifient une augmentation de l'effort respiratoire.
Évaluez la position que le patient prend pour respirer. L'orthopnée est associée à des difficultés respiratoires.
Utilisez l'oxymétrie de pouls pour vérifier la saturation en oxygène et la fréquence du pouls . L'oxymétrie de pouls est un outil utile pour détecter initialement les altérations de l'oxygénation; mais, pour les niveaux de CO2, la surveillance des émissions de CO2 en fin d'expiration ou les gaz du sang artériel (ABG) devraient être obtenus.
Renseignez-vous sur les facteurs précipitants et atténuants. La connaissance de ces facteurs est utile dans la planification des interventions pour prévenir ou gérer les futurs épisodes de problèmes respiratoires.
Évaluez la capacité de mobiliser les sécrétions. L'incapacité à mobiliser les sécrétions peut contribuer à modifier le rythme respiratoire.
Observer la présence de crachats pour la quantité, la couleur et la consistance. Ceux-ci peuvent indiquer une cause de l'altération de la respiration.
Envoyer l'échantillon pour culture et test de sensibilité si les expectorations semblent décolorées. Cela peut signifier une infection.
Évaluez le niveau d'anxiété. L'hypoxie et la sensation de «ne pas pouvoir respirer» sont effrayantes et peuvent aggraver l'hypoxie.
Remarque pour les changements de niveau de conscience. L'agitation, la confusion et / ou l'irritabilité peuvent être des indicateurs précoces d'une insuffisance d'oxygène pour le cerveau.
Évaluez la couleur de la peau, la température, la recharge capillaire; observer la cyanose centrale versus périphérique. Le manque d'oxygène provoquera une coloration bleue / cyanose des lèvres, de la langue et des doigts. La cyanose à l'intérieur de la bouche est une urgence médicale!
Évaluez les douleurs thoraciques ou abdominales supérieures. La douleur peut entraîner une respiration superficielle.
Tenir à l'écart d'une concentration élevée d'oxygène chez les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). L'hypoxie déclenche l'envie de respirer le patient chronique qui retient le CO2. Lors de l'administration d'oxygène, une surveillance étroite est très importante pour éviter des augmentations dangereuses de la PaO2 du patient, ce qui pourrait entraîner une apnée.
Évaluer l'état nutritionnel (p. Ex. Poids, taux d'albumine, niveau d'électrolyte). La malnutrition peut entraîner un développement prématuré d'une insuffisance respiratoire car elle réduit la masse et la force respiratoires.

Interventions infirmières


Voici les interventions thérapeutiques en soins infirmiers pour un schéma respiratoire inefficace :

Interventions Raisonnement
Placer le patient avec un alignement correct du corps pour une respiration maximale. Une position assise permet une excursion pulmonaire et une expansion thoracique maximales.
Encouragez les respirations profondes et soutenues en:
  • Utilisation de la démonstration: mise en évidence d'une inspiration lente, maintien de l'inspiration finale pendant quelques secondes et expiration passive
  • Utilisation d'un spiromètre incitatif
  • Obliger le patient à bâiller
Ces techniques favorisent l'inspiration profonde, ce qui augmente l'oxygénation et prévient l'atélectasie. Les méthodes de respiration contrôlée peuvent également favoriser la respiration lente des patients tachypnéiques. Une expiration prolongée empêche le piégeage de l'air.
Encouragez la respiration diaphragmatique pour les patients atteints d'une maladie chronique. Cette méthode détend les muscles et augmente le niveau d'oxygène du patient.
Évaluez la pertinence de l'entraînement musculaire inspiratoire. Cette formation améliore le contrôle conscient des muscles respiratoires et la force musculaire inspiratoire.
Fournissez des médicaments respiratoires et de l'oxygène, selon les ordres du médecin. Les médicaments agonistes bêta-adrénergiques détendent les muscles lisses des voies respiratoires et provoquent une bronchodilatation dans les voies aériennes.
Évitez une concentration élevée d'oxygène chez les patients atteints de BPCO. L'hypoxie déclenche l'envie de respirer le patient chronique qui retient le CO2. Lors de l'administration d'oxygène, une surveillance étroite est très importante pour éviter des augmentations incertaines de la PaO2 du patient, ce qui pourrait entraîner une apnée.
Maintenez une voie respiratoire dégagée en encourageant le patient à mobiliser ses propres sécrétions avec une toux réussie. Cela facilite l'élimination adéquate des sécrétions.
Sécrétions d'aspiration, si nécessaire. C'est pour éliminer le blocage dans les voies respiratoires.
Restez avec le patient pendant les épisodes aigus de détresse respiratoire. Cela réduira l'anxiété du patient, réduisant ainsi la demande en oxygène.
Ambuler le patient comme toléré avec l'ordre du médecin trois fois par jour. L'ambulation peut encore se briser et déplacer des sécrétions qui bloquent les voies respiratoires.
Encouragez les périodes de repos fréquentes et apprenez au patient à rythmer l'activité. Une activité supplémentaire peut aggraver l'essoufflement. Assurez-vous que le patient se repose entre des activités intenses.
Consulter une diététiste pour les modifications alimentaires. La MPOC peut provoquer une malnutrition qui peut affecter le rythme respiratoire. Une bonne nutrition peut renforcer la fonctionnalité des muscles respiratoires.
Encouragez les petits repas fréquents. Cela empêche l'encombrement du diaphragme.
Aidez le patient avec les AVQ, si nécessaire. Cela conserve l'énergie et évite le surmenage et la fatigue.
Avail un ventilateur dans la chambre. L'air en mouvement peut diminuer la sensation de faim.
Encouragez les interactions sociales avec les autres qui ont un diagnostic médical de respiration inefficace. Parler à d'autres personnes ayant des conditions similaires peut aider à atténuer l'anxiété et à accroître les capacités d'adaptation.
Éduquer le patient ou toute autre méthode appropriée de respiration, toux et attelle. Ceux-ci permettent une mobilisation suffisante des sécrétions.
Informer le patient sur les médicaments: indications, posologie, fréquence et effets secondaires possibles. Incorporer un examen des traitements par inhalateur et nébuliseur à dose mesurée, au besoin. Cette information favorise une administration sûre et efficace des médicaments .
Enseignez au patient:
  • respiration à lèvres pincées
  • respiration abdominale
  • effectuer des techniques de relaxation
  • effectuer des techniques de relaxation
  • prendre des médicaments prescrits (assurer l'exactitude de la dose et de la fréquence et surveiller les effets indésirables)
  • planifier des activités pour éviter la fatigue et prévoir des périodes de repos
Ces mesures permettent au patient de participer au maintien de son état de santé et d'améliorer la ventilation.
Référer le patient pour l'évaluation du potentiel d'exercice et le développement d'un programme d'exercices individualisé. L'exercice favorise le conditionnement des muscles respiratoires et le sentiment
de bien-être du patient .

Menu Diagnostics et plans de soins infirmiers

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Nouveau concours infirmier 2020 pour AS/AP/FPC 

Cocnours infirmier min

Faire un essai gratuitement►