Exercice l’hygiène hospitalière

Sommaire

Un exercice sur l'hygiène hospitalière

Les mécanismes des infections nosocomiales

Les modes d’action et d’utilisation des antiseptiques

Les modalités d’élaboration d’un protocole de soin

Les principes de la Stérilisation

Les différentes organisations de la surveillance et de la prévention des infections nosocomiales. 

Retrouvez les termes dissimulés dans la grille

Consigne :Retrouvez les termes dissimulés dans la grille

  1. PATHOGÈNE
  2. BACTÉRIES
  3. NOSOCOMIALE
  4. SEPTIQUE
  5. GERMES
  6. PROTECTEUR
  7. ASEPSIE
  8. ANTICORPS

Le mot en entier apparaît en vert, si vous maintenez le clique avec la souris sur chaque case

hygiène hospitalière

Une bonne hygiène ou propreté est une condition de base pour une bonne santé. 

L'importance devient beaucoup plus importante dans un établissement hospitalier, où des personnes malades viennent se rétablir.

Les hôpitaux soignent tous les types de maladie. 

Mais ils deviennent également une source potentielle de propagation de l'infection si les personnes concernées ne sont pas suffisamment vigilantes. 

Une personne peut être hospitalisée pour un autre problème, par exemple une insuffisance cardiaque, et peut devenir plus malade après avoir contracté une infection à l'hôpital. 

Les infections survenant en milieu hospitalier ou les infections nosocomiales, comme on les appelle, surviennent généralement selon 3 modes.

L'infection peut se transmettre d'un patient à l'autre, d'un patient à un médecin ou à une infirmière. 

Un médecin ou un personnel soignant peut également infecter un patient. 

Les microbes responsables d'infections acquises à l'hôpital provoquent généralement des maladies plus graves et résistent aux antibiotiques plus classiques utilisés. 

Les germes qui provoquent une maladie grave, sont principalement impliqués dans les infections nosocomiales. 

Il est donc important que toutes les personnes concernées soient au courant de ces infections et prennent toutes les précautions pour les prévenir.

Les patients hospitalisés sont plus sujets à ces infections que ceux qui consultent et rentrent chez eux. 

Les personnes immunodéprimées (patients atteints du VIH / sida, diabète non contrôlé, insuffisance rénale, etc.) contractent facilement et de manière plus grave les infections. 

Les maladies courantes contractées et propagées à l'hôpital sont les infections des voies urinaires, la pneumonie, les maladies diarrhéiques et même les infections chroniques telles que la tuberculose et le VIH / sida. 

En dehors de cela, les maladies de la peau, le rhume et la toux peuvent également être transmises et contractées.

Pour la prévention de l'infection d'un patient à l'autre, les lits sont séparés par une distance appropriée. 

Ceux qui souffrent d'une maladie contagieuse sont mis en isolement. 

ce qui concerne une partie de l'hôpital, il est très important de maintenir une très bonne hygiène. 

La lumière solaire doit être suffisante dans chaque pièce, car la plupart des germes pathogènes présents dans l’environnement sont détruits par la lumière intense du soleil. 

Il convient de rappeler qu’une chambre d’hôpital est toujours remplie d’agents infectieux de types variés.

Une aération adéquate et une ventilation croisée aident à réduire la concentration de germes à l’intérieur des pièces. Le lavage et le nettoyage quotidien des chambres d’hôpital avec une solution antiseptique aident à éliminer les microbes présents dans les chambres.

L’hygiène doit être respectée même pour le linge de maison et les vêtements de l’hôpital, qui tendent également à collecter les germes. 

Ceux-ci devraient toujours être propres et changés régulièrement..

L'élimination appropriée des liquides du patient, tels que l'urine, le sang, etc., ainsi que des échantillons de laboratoire, doivent être tels qu'ils ne deviennent pas une source d'infection pour les autres.

Les mécanismes des infections nosocomiales

Le mode de transmission le plus important et le plus fréquent des infections nosocomiales est le contact direct. ... Ceci s'applique aux micro-organismes transmis à l'hôte par des objets contaminés, tels que de la nourriture, de l'eau, des médicaments, des appareils et du matériel.

Les modes d’action et d’utilisation des antiseptiques

Un antiseptique est une substance qui arrête ou ralentit la croissance des micro-organismes. Ils sont fréquemment utilisés dans les hôpitaux et autres milieux médicaux pour réduire le risque d'infection lors d'opérations chirurgicales ou autres.

Comment les antiseptiques sont-ils utilisés?

Les antiseptiques ont une variété d'utilisations à la fois dans et hors des paramètres médicaux. Dans les deux cas, ils sont appliqués sur la peau ou les muqueuses.

Les utilisations antiseptiques spécifiques comprennent:

  • Lavage des mains. Les professionnels de la santé utilisent des antiseptiques pour les gommages et les frictions à la main dans les hôpitaux.
  • Désinfection des muqueuses. Des antiseptiques peuvent être appliqués sur l'urètre, la vessie ou le vagin pour nettoyer la région avant l'insertion d'un cathéter . Ils peuvent également aider à traiter une infection dans ces zones.
  • Nettoyage de la peau avant une opération. Les antiseptiques sont appliqués sur la peau avant toute intervention chirurgicale pour se protéger contre les micro-organismes nuisibles pouvant se trouver sur la peau.
  • Traiter les infections cutanées. Vous pouvez acheter des antiseptiques en vente libre pour réduire le risque d'infection lors de coupures, brûlures et plaies mineures. Les exemples incluent le peroxyde d'hydrogène et l'alcool à friction.

Quelle est la différence entre un antiseptique et un désinfectant?

Les antiseptiques et les désinfectants tuent tous les deux les micro-organismes, et beaucoup de gens utilisent les termes indifféremment. 

Ajoutant à la confusion, les antiseptiques sont parfois appelés désinfectants pour la peau.

Mais il y a une grande différence entre antiseptiques et désinfectants

Un antiseptique est appliqué sur le corps, tandis que les désinfectants sont appliqués sur les surfaces non-vivantes, telles que les comptoirs et les mains courantes. 

En milieu chirurgical, par exemple, un médecin appliquera un antiseptique sur le site chirurgical du corps de la personne et utilisera un désinfectant pour stériliser la table d'opération.

Les antiseptiques et les désinfectants contiennent des agents chimiques parfois appelés biocides. 

Le peroxyde d'hydrogène est un exemple d'ingrédient commun des antiseptiques et des désinfectants. 

Cependant, les antiseptiques contiennent généralement des concentrations de biocides plus faibles que les désinfectants.

Les modalités d’élaboration d’un protocole de soin

Dans un établissement de santé , un protocole est un ensemble de recommandations fondées sur des preuves qui aident la prise de décision en matière de soins dans des systèmes de santé et des environnements de ressources spécifiques. ...

Ils ne décrivent pas comment une procédure est effectuée, mais pourquoi, où, quand et par qui les soins sont prodigués..

Les principes de la Stérilisation

La stérilisation consiste à tuer ou à éliminer tous les micro-organismes, y compris les spores bactériennes, qui sont très résistants. 

La stérilisation est généralement effectuée par auto-clavage, qui consiste en une exposition à la vapeur à 121 ° C sous une pression de 15 lb / in 2 pendant 15 minutes

Les techniques de stérilisation classiques utilisant de la vapeur saturée sous pression ou de l'air chaud sont les plus fiables et doivent être utilisées chaque fois que possible. 

D'autres méthodes de stérilisation comprennent la filtration, les rayonnements ionisants (rayonnements gamma et faisceau électronique) et les gaz (oxyde d'éthylène, formaldéhyde).

Les différentes organisations de la surveillance et de la prévention des infections nosocomiales. 

Il existe une grande variété de méthodes appliquées à la technique de surveillance ;

chaque approche comprend ses avantages et inconvénients propres.

Celle, historiquement et scientifiquement déterminée comme faisant référence, consiste en une surveillance prospective des infections nosocomiales (tous sites infectieux confondus) et impliquant tous les patients hospitalisés dans l'institution.

Pratiquement, ce type de surveillance est extrêmement lourd à conduire et les moyens pour le faire ne sont en général pas disponibles.

C'est pour cette raison, qu'il n'est plus utilisé. 

Moins lourde, la même approche peut cependant être conduite périodiquement ou n'être réservée qu'aux secteurs de soins à haut risque infectieux.

La technique dite de prévalence permet d'effectuer des surveillances de relativement large envergure rapidement et sans que l'utilisation des ressources ne le soit pour des périodes prolongées.

Cette approche est restreinte à une période de temps donnée et les infections survenant en dehors de cette période ne sont bien entendu pas répertoriées. Il est difficile de comparer les taux de prévalence aux taux d'incidence et les enquêtes de prévalence manquent en général les foyers épidémiques d'infection.

Une surveillance orientée sur un type d'infection défini, ou sur une population spécifique, peut être conduite ; les ressources à disposition sont alors concentrées sur le secteur d'intérêt et on peut envisager ainsi d'évaluer des mesures de prévention et d'utiliser au mieux les moyens à disposition.

Cette approche ne permet cependant pas de générer d'information par rapport aux populations non surveillées.

Les avantages et désavantages des différentes méthodologies de surveillance sont illustrés dans le tableau .

Le contrôle des épidémies est une forme additionnelle de surveillance et intervient en cas de besoin.

Plusieurs systèmes de détection des épidémies ont été proposés, basés sur les données du laboratoire de microbiologie, l'utilisation des antibiotiques, ainsi que sur des indicateurs qui diffèrent d'une institution à l'autre.

Le seuil de détection des épidémies est variable d'une institution à l'autre et dépend étroitement des modes de surveillance en vigueur.

L'information issue des données de surveillance épidémiologique des infections nosocomiales permet aux membres des équipes dont la charge est la prévention de ces infections, ainsi qu'aux soignants en général, de déterminer des taux d'infections de base, de détecter des variations de la fréquence ou de la distribution des événements, de mettre en place des investigations pour expliquer l'augmentation des taux, d'instaurer des mesures de contrôle, et de déterminer leur efficacité.

Les données épidémiologiques collectées permettent également de mesurer l'observance aux recommandations établies, de détecter les situations ou les secteurs dans lesquels des déviances peuvent avoir lieu, d'évaluer les changements de pratiques et d'identifier les domaines à étudier en profondeur.

Méthodes pratiques de prévention des infections nosocomiales

Lavage à la main: aussi souvent que possible. utilisation de la solution hydroalcoolique pour les mains. ...

Stéthoscope: nettoyage avec un tampon d'alcool au moins une fois par jour.

Gants: compléter plutôt que remplacer le lavage des mains.

Cathéter intraveineux: désinfection complète de la peau avant insertion.  

Sultan julien

Formateur IFSI

file:///C:/Users/soign/Downloads/ad383641.pdf

 

Exercices corrigés du DEAS Modules 1 à 8

Animaatjes dokter 70912+ de 230 exercices avec corrigés  

En savoir plus

3 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 01/01/2020