Le mensonge dans le soin

Depuis notre enfance, on nous a dit qu'il ne fallait jamais mentir et toujours dire la vérité c'est un des principes moraux fondamentaux de notre société.

Mais que se passe-t-il si je vous dis que les gens mentent beaucoup plus qu'ils ne le pensent? Y compris les infirmières et les aides soignantes. Nous mentons ou dissimulons la vérité sans même nous en rendre compte -

Les mensonges que l'aide soignant(e) ou l'infirmière racontent

Rassurer les patients sur leurs soins

Parfois, les infirmières et les aides soignantes ont le sentiment qu’elles doivent dire un petit mensonge pour éviter aux patients une anxiété inutile . Avez-vous déjà dit à un patient avant une injection (ide), transfert (as) que cela ne lui ferait pas mal? Ou que tous va bien, sachant qu'il leur faudra probablement plusieurs mois pour se rétablir.

«Supposons que nous apprenions un débutant à insérer des IV. Le patient peut demander (avec crainte) à l'infirmière  Vous avez déjà fait cela auparavant? une réponse honnête ne servirait à rien dans cette situation. Le plus souvent la réponse est "Oh, je n'ai pas compter combien de fois il / elle a effectué cette procédure!"

Vous pouvez sûrement penser à de nombreux autres exemples tirés de votre propre pratique quotidienne.

Mentir pour plus de commodité

 Avez-vous déjà promis de faire quelque chose, sans le vouloir, pour vous débarraser de ce patient exigeant?

 Avez-vous déjà dit à un patient que quelque chose n'était pas possible ou devait être fait plus tôt que d'habitude - comme se lever tôt le matin - pour pouvoir terminer son travail plus rapidement ou parce que vous êtes trop occupé? 

Ou même pour éviter d'être dérangé par encore une autre tâche?

Peut-être avez-vous même utilisé les ordres d'un médecin comme excuse?

Les soins aux personnes atteintes de démence constituent un domaine où les mensonges sont monnaie courante:

"ne pas révéler la vérité ou être moins qu'honnête pour empêcher que les patients deviennent angoissés ou agressifs".

Parmi les infirmières et les aides soignantes en soins pour personnes atteintes de démence. 

Un nombre important d'entre elles ont déclaré avoir menti aux patients, mais plus de la moitié avoue que le fait de mentir n'est pas éthique. 

Un exemple :  le personnel de soin demande au patient de s'asseoir et d'attendre un bus imaginaire lorsque celui ci harcele les aides soignantes sur le besoin de prendre un bus.

"La compétence de l'infirmière et de l'aide soignante est de savoir quand utiliser un mensonge thérapeutique et de savoir pourquoi il est nécessaire de le faire "Mais la meilleure chose à faire est de distraire le patient afin que l'infirmière et l'aide soignante ne soit pas entraînée dans la question éthique de mentir."

Mentir à propos d'erreurs médicales

Un fait indéniable est que les soignants et les établissements médicaux ont tendance à dissimuler les erreurs médicales. 

Cela vaut en particulier pour ne pas partager les informations avec les patients et leurs familles.

Toute infirmière peut-elle affirmer en toute vérité qu'elle n'a jamais commis d' erreur de médication, même si c'est aussi simple que de consigner le moment où le médicament aurait dû être administré alors qu'il ne l'a été en fait que deux heures plus tard.

Cela inclut des entrées inexactes sur l'état du patient, ses traitements ou ses observations. 

Des exemples signalent qu'un traitement ou un médicament a été donné alors qu'en réalité il ne l'était pas; documenter les moments en termes de moment où un médicament aurait dû être administré et bien plus tard; établir des valeurs pour les observations qui n'ont pas été faites; et de signer les soins de tous les patients de l'unité à la fin de la journée sans savoir vraiment si ce qui est écrit est exact à ce moment-là.

Il y a ensuite les omissions - dissimuler les erreurs et les incidents en ne les enregistrant pas dans le dossier du patient.des documents falsifiés à une date ultérieure, car l'infirmière qui avait finalement approuvé le rapport n'était même pas en service ce jour-là.(depuis l'infomatique la tendance est en recul)

La vérité est importante parce qu’elle témoigne du respect des personnes et leur donne le droit à l’autonomie, en leur fournissant toutes les informations dont elles ont besoin pour faire leurs propres choix. 

La vérié peut être violée soit en mentant délibérément, soit en dissimulant tout ou partie de la vérité ou en la communiquant de manière à ce que l’autre personne soit induite en erreur.

Toutefois, il ressort clairement de la discussion ci-dessus que le fait de cacher toute la vérité aux patients, voire de donner de fausses informations, est enraciné dans la pratique infirmière et médicale.

Il est indéniable que dans certaines circonstances, le choix empreint de compassion, de moral est la rétention de la vérité d'un patient  vise à le protéger de la détresse mentale et émotionnelle.

Cependant, il n’ya pas de réponse simple à la question éthique de savoir si et quand il est acceptable que les infirmières et les aides soignantes mentent ou obscurcissent la vérité.

Chaque infirmière ou aide soignante doit décider pour elle-même et en toutes circonstances de ce qui est correct ou non. 

Nous devons être éthiquement et moralement sensibles pour écouter cette voix intérieure. 

Nous devrions également toujours nous demander si mentir est vraiment pour le bien de notre patient ou pour notre propre commodité.

Sjulien

Formateur IFSI

Le mensonge blanc personne âgée confuse

Entrer dans la réalité de quelqu'un n'est pas la même chose que mentir
L'honnêteté n'est pas toujours la meilleure politique lorsqu'il s'agit d'une personne atteinte d' Alzheimer ou de démence .

C'est parce que leur cerveau peut expérimenter une version différente de la réalité. La démence endommage le cerveau et entraîne une diminution progressive de la capacité de comprendre et de traiter l'information. 

C'est pourquoi forcer quelqu'un à abandonner sa version de la réalité et à rejoindre notre «monde réel» peut causer de la confusion, de la douleur, de l'anxiété, de la peur et de la colère .

Ainsi, les experts en soins de la démence recommandent souvent une technique appelée fibbing thérapeutique . Cela vous aide à entrer dans leur réalité actuelle et à leur éviter les contrariétés et la détresse inutiles.

Cette technique demande un certain temps pour s'y habituer, car suivre la nouvelle réalité de votre aîné peut donner l'impression de lui mentir.

Mais utiliser des mensonges blancs pour valider leurs sentiments et les rassurer n'est certainement pas la même chose que mentir pour une raison malveillante.

Nous expliquons pourquoi toujours dire la vérité peut être cruel, comment le mensonge thérapeutique vous aide à rejoindre leur réalité, et partageons deux exemples concrets de la façon d'utiliser les mensonges thérapeutiques pour apporter réconfort et réconfort.

Dire la vérité pourrait ê
La plupart d'entre nous apprennent dès le plus jeune âge que tout type de mensonge est horrible et malhonnête, en particulier mentir à la famille et à toute personne qui nous tient à cœur et que nous respectons.

Ainsi, lorsque nous entendons parler de l'utilisation du mensonge thérapeutique pour mentir à une personne atteinte de démence, cela semble cruel et faux.

Mais toujours s'en tenir à la vérité, en particulier sur un sujet émotionnel ou quelque chose de trivial, est plus susceptible de causer de la douleur, de la confusion et de la détresse à votre aîné.

La démence empêche les gens de traiter et de conserver correctement les informations. De plus, avoir des problèmes de mémoire à court terme signifie qu'ils oublieront probablement bientôt la conversation, donc elle reviendra.

Dire la vérité à chaque fois les oblige à ressentir une nouvelle détresse encore et encore.

Est-il nécessaire de leur causer tant de détresse, surtout lorsque la vérité que vous leur dites risque d'être mal comprise ou rapidement oubliée?

Le mensonge thérapeutique vous aide à entrer dans leur réalité
Un moyen efficace d'entrer dans la réalité de votre aîné est d'utiliser le mensonge thérapeutique .

Cela signifie accepter ou dire des choses qui ne sont pas vraies pour éviter de causer de la détresse à quelqu'un et pour qu'il se sente en sécurité et réconforté.

À bien des égards, cette technique revient à dire à un ami que vous aimez le cadeau attentionné qu'il vous a offert, même si vous ne l'aimez pas vraiment. Dire la vérité absolue dans ce cas ne change pas la situation et ne ferait que blesser les sentiments de votre ami.

Voici deux exemples qui illustrent la différence entre être complètement honnête et utiliser le mensonge thérapeutique.

Bien que vos situations spécifiques soient différentes, les mêmes principes consistant à suivre doucement leur réalité et à trouver une distraction s'appliqueront.

Exemple 1
Être complètement honnête
Votre mère: L' école est terminée. Ma maman vient me chercher maintenant. J'ai besoin de sortir pour l'attendre!

Vous: Vous avez 89 ans. Vous n'avez pas été à l'école depuis des décennies. Et tu ne te souviens pas que ta mère est décédée il y a 25 ans? Vous n'avez pas besoin de sortir parce qu'elle ne vient pas vous chercher.

Ta maman: Quoi? Que veux-tu dire que ma mère est morte? Non! Elle ne peut pas être morte !! Je l'ai vue ce matin! Elle m'a dit qu'elle viendrait me chercher !!! J'ai besoin de sortir pour attendre !! (Elle pleure, est agitée et hurle.)

Utiliser le mensonge thérapeutique
Votre maman: L' école est finie. Ma maman vient me chercher maintenant. J'ai besoin de sortir pour l'attendre!

Vous: Oh oui, il est presque temps de partir. Ta mère m'a demandé de te donner une collation d'abord pour que tu n'aies pas faim en rentrant chez toi. Prenons du jus et des craquelins en attendant.

Ta maman: Ok, je vais prendre une collation.

Vous: Utilisez cette distraction comme une occasion de l'occuper avec une collation et une activité amusante jusqu'à ce qu'elle lâche ou oublie l'idée que sa mère vienne la chercher.

 

Publicité


 

 

Exemple 2
Etre tout à fait honnête
Votre conjoint: je dois aller travailler maintenant. Je suis déjà en retard.

Vous: Que voulez-vous dire? Vous n'avez pas de travail. Vous avez pris votre retraite il y a 20 ans. Et rappelez-vous, vous avez la maladie d'Alzheimer maintenant. Arrêtez d'essayer de sortir.

Votre conjoint: Pourquoi diriez-vous ça!? Vous mentez et essayez de me garder prisonnier ! Pourquoi essayez-vous de m'arrêter! Je pars, dégage de mon chemin! (Ils sont en colère, agités et se débattent.)

Utiliser le mensonge thérapeutique
Votre conjoint: Je dois aller travailler maintenant. Je suis déjà en retard.

Exemple 2
Etre tout à fait honnête
Votre conjoint: je dois aller travailler maintenant. Je suis déjà en retard.

Vous: Que voulez-vous dire? Vous n'avez pas de travail. Vous avez pris votre retraite il y a 20 ans. Et rappelez-vous, vous avez la maladie d'Alzheimer maintenant. Arrêtez d'essayer de sortir.

Votre conjoint: Pourquoi diriez-vous ça!? Vous mentez et essayez de me garder prisonnier ! Pourquoi essayez-vous de m'arrêter! Je pars, dégage de mon chemin! (Ils sont en colère, agités et se débattent.)

Utiliser le mensonge thérapeutique
Votre conjoint: Je dois aller travailler maintenant. Je suis déjà en retard.

Vous (suggestion 1): C'est vrai, j'ai presque oublié. Eh bien, nous ne pouvons pas vous faire partir sans un bon petit déjeuner. Ne vous inquiétez pas, vous avez beaucoup de temps, j'ai oublié de changer l'horloge après le changement d'heure. Donnez-leur un repas si c'est le bon moment ou une collation si ce n'est pas le cas. Pendant qu'ils mangent, discutez agréablement d'un sujet qu'ils aiment pour les distraire de l'idée d'aller travailler. Ou, lorsqu'ils sont suffisamment distraits de manger, parlez d'une activité agréable que vous ferez ensemble lorsqu'ils auront fini de manger pour organiser la prochaine transition.

Vous (suggestion 2): C'est vrai, j'ai presque oublié. Prenons votre veste, il fait un peu froid aujourd'hui, et assurez-vous que votre déjeuner est emballé. Ici, je vais vous aider. Amenez-les doucement à récupérer leur veste et trouvez une distraction agréable en cours de route: regardez par la fenêtre et commencez à parler des oiseaux, arrêtez-vous devant une activité amusante partiellement terminée comme un puzzle, arrêtez-vous pour boire de l'eau, etc. ils sont engagés dans autre chose et deviennent distraits, ils sont susceptibles de renoncer à l'idée d'aller travailler.

Étude qualitative sur le mensonge blanc

Contexte
Garder les patients bien et pleinement informés sur le diagnostic, le pronostic et les traitements est l'un des droits du patient dans tout système de santé. Bien que tous les prestataires de soins de santé aient le même point de vue sur le fait de rendre la vérité dans le processus de traitement, parfois la vérité n'est pas dite aux patients; c'est pourquoi le personnel de santé dit plutôt «mensonge blanc». Cette étude visait à explorer l'expérience des infirmières des mensonges blancs pendant les soins aux patients.

Méthodes
Cette étude qualitative a été menée de juin à décembre 2018. Dix-huit infirmières hospitalières ont été recrutées avec une variation maximale dans dix hôpitaux d'enseignement publics Un échantillonnage ciblé a été utilisé et les données ont été recueillies par des entretiens semi-structurés qui ont été poursuivis jusqu'à saturation des données. Les données ont été classées et analysées par une approche d'analyse de contenu.

Résultats
L'analyse des données dans cette étude a abouti à quatre catégories principales et 11 sous-catégories. Les principales catégories comprenaient la crise d'espoir, les mauvaises nouvelles, la diversité culturelle et les compétences professionnelles limitées des infirmières.

Conclusion
Les résultats de la présente étude ont montré que le mensonge blanc dit par les infirmières pendant les soins aux patients peut être dû à un large éventail de facteurs liés au patient, à l'infirmière et / ou à l'organisation. La communication était le principal facteur qui influençait le rendu de l'information. La communication des infirmières avec les patients doit être fondée sur le respect mutuel, la confiance et une connaissance culturelle adéquate, et les infirmières doivent également fournir des informations précises aux patients, afin qu'ils puissent prendre des décisions précises concernant leurs soins de santé.

La littérature sur l'éthique médicale et la Charte des droits du patient soulignent le droit des patients à recevoir des informations exactes et complètes sur le diagnostic, le pronostic et les traitements. Bien que les prestataires de soins de santé et les patients aient le même point de vue sur la révélation de la vérité dans le processus de traitement , il existe parfois des barrières émotionnelles, professionnelles et / ou culturelles à la fourniture d'informations précises aux patients . Dans toutes les circonstances susmentionnées, les prestataires de soins de santé peuvent inévitablement dire des mensonges appelés mensonges blancs ou mensonges thérapeutiques 

Par définition, un mensonge blanc est une interaction trompeuse pour prévenir les blessures ou le chagrin ou pour protéger les sentiments des gens . L'histoire de la médecine montre de nombreuses preuves dans lesquelles les médecins grecs n'ont pas révélé toute l'information aux patients ou leur ont fourni une information inexacte pour les amener à accepter les traitements . Les notes d'Hippocrate montrent que dire la vérité ou fournir des informations précises aux patients sur l'issue d'une maladie peut aggraver le pronostic .

Bien que dire un mensonge soit une action contraire à l'éthique, ce n'est pas une pratique axée sur la personne et, par conséquent, sa prévention et sa gestion nécessitent certaines interventions pour gérer ses causes sous-jacentes . Les médecins sont la principale source d'information pour les patients et leurs familles . De plus, pour dire la vérité, tous les prestataires de soins de santé, en particulier les infirmières, doivent être impliqués dans ce processus . Des études ont montré que les infirmières sont dans une position qui doivent souvent cacher des vérités . Ils sont parfois placés dans des situations où il était impossible de dire la vérité, il ne leur restait donc plus d'autre moyen que de dire des mensonges blancs .

Les participants étaient 12 femmes et six hommes infirmiers avec l'âge moyen de 37 ± 4,2 ans et l'expérience de travail moyenne de 13 ± 4,6 ans. Au total, dans l'analyse des données, 314 codes ont été générés qui ont été classés en quatre catégories principales et 11 sous-catégories. Les catégories étaient la crise de l'espoir, les mauvaises nouvelles, la diversité culturelle et les compétences professionnelles limitées des infirmières. Ces catégories sont présentées ci-dessous et sont expliquées comme suit:

 

Les catégories

La crise de l'espoir
L'espoir est un antidote qui rend les maladies et leurs difficultés supportables. Nos participants ont participé à des situations où leurs clients ont vécu la crise de l'espoir après avoir entendu parler des vérités liées à leur maladie. Par conséquent, ils se sont sentis obligés de dire des mensonges blancs. Cette catégorie a été subdivisée en trois catégories: perte de croyances, manque de motivation pour les traitements et anxiété de mort.

Perte de croyances
Les croyances des patients peuvent changer pendant la maladie. La conscience de vérités amères peut remettre en question ou changer leurs croyances. Les croyances, à leur tour, affectent la perception des patients de la santé et de la maladie. Selon les participants, un mensonge blanc aide les infirmières à réduire l'importance des situations négatives et soutient les croyances des patients.

Lorsque nous les informons des vérités amères, ils perdent leur foi dans les traitements, le régime alimentaire, et même la religion et Dieu .

Manque de motivation pour les traitements
En cas de maladie grave ou de traitement à vie, la motivation est un facteur clé affectant la réussite du traitement et l'adhésion du patient aux traitements. Nos participants ont fait référence au mensonge blanc ou à éviter de dire la vérité comme stratégies pour maintenir la motivation des patients.

Une question que les patients se posent toujours est: «Vais-je guérir de cette maladie?» La réponse est parfois «non». Mais qui peut donner cette réponse sans détour? Il sera associé à une perte de motivation. Ainsi, nous devons utiliser des réponses comme: «Allez-y; ça peut aller mieux. La science progresse ».

Anxiété de mort
La prise de conscience d'une mort imminente peut provoquer une crise psychologique aiguë chez les patients et réduire leur collaboration et leur motivation. De plus, l'anxiété de la mort peut affecter négativement l'espoir et la qualité de vie. Toutes ces situations peuvent obliger les prestataires de soins de santé à dire un mensonge blanc.

Les membres de la famille peuvent nous avertir du fait que leur patient a peur du cancer et nous demander de ne pas lui dire la vérité. Ainsi, nous devrions utiliser d'autres mots dans ces cas pour éviter que l'anxiété ou la peur de la mort du patient n'affecte son espoir. Par exemple, nous pouvons utiliser des mots tels que ulcère gastrique ou tumeur au lieu du mot cancer .

Mauvaises nouvelles
L'une des situations les plus difficiles de dire un mensonge blanc est lorsque les infirmières veulent annoncer de mauvaises nouvelles aux patients et aux membres de leur famille. Dans ces situations, les infirmières peuvent choisir de dire un mensonge blanc en raison de leur manque de connaissances sur les stratégies pour annoncer de mauvaises nouvelles, de leur inquiétude quant aux dommages causés aux relations infirmières-patients, de leur méconnaissance du moral et des émotions des patients et de leur peur des fortes réactions émotionnelles des patients. . Les situations dans lesquelles les infirmières préféraient dire un mensonge blanc pour avoir donné de mauvaises nouvelles étaient liées au diagnostic d'une maladie grave, à l'inefficacité du traitement et à des pertes importantes.

Nouvelles sur le diagnostic d'une maladie grave
Se renseigner sur les diagnostics qui sont publiquement assimilés à une mort imminente rend ces situations difficiles encore plus difficiles et peuvent choquer les patients et les familles. Dans ces situations, les infirmières peuvent dire un mensonge blanc pour minimiser les effets du choc associé au fait d'entendre parler d'une mauvaise nouvelle.

En particulier, dans le cas du diagnostic de cancer, de sclérose en plaques et de maladies graves similaires, nous devons jouer avec les mots pour éviter de dire la vérité sur le diagnostic .

Nouvelles sur l'inefficacité du traitement
Des cours de chimiothérapie à long terme, des chirurgies majeures et des traitements intensifs peuvent amener les patients à penser qu'ils sont sur le point de se rétablir. Cependant, lorsque les traitements sont inefficaces, les infirmières font face à des défis et des difficultés à informer les patients de l'inefficacité du traitement et peuvent recourir à des mensonges blancs.

Lorsque des traitements futiles sont poursuivis, les patients peuvent conclure qu'ils parviennent à se rétablir. Ils peuvent nous poser des questions sur l'efficacité du traitement. A ce moment, on ne peut pas leur parler d'échec thérapeutique .

Nouvelles de pertes importantes
Les pertes importantes telles que la perte d'un enfant, d'un organe ou d'un membre de la famille sont très stressantes pour les patients et les membres de leur famille. Les infirmières qui annoncent des pertes importantes aux patients et aux membres de leur famille peuvent être confrontées à des émotions inattendues telles que le choc, la colère, la perte de croyances, le chagrin profond et la culpabilité. En conséquence, ils peuvent principalement dire un mensonge blanc pour réduire ces émotions.

Lorsqu'un patient décède et que nous voulons informer les membres de sa famille par téléphone, nous ne pouvons pas leur dire directement que le patient est décédé; nous leur disons plutôt simplement que le patient n'est pas en bon état et leur demandons de se diriger rapidement vers l'hôpital .

Diversité culturelle
Les personnes de cultures et d'ethnies différentes ont différentes méthodes pour divulguer des informations sur les réalités liées à la maladie et ont différents rituels pour faire face à la réalité. Outre la culture et l'appartenance ethnique, chaque personne a une méthode unique pour faire face à la réalité. Les deux sous-catégories de la catégorie principale de la diversité culturelle sont la culture du patient et la culture organisationnelle.

Culture du patient
Les infirmières doivent prodiguer des soins aux patients de cultures différentes. En raison de leurs croyances culturelles, les patients ont leurs comportements uniques, dont certains peuvent ne pas correspondre aux objectifs du traitement. Ainsi, les infirmières peuvent parfois se sentir obligées de dire un mensonge blanc pour atteindre les objectifs du traitement.

Il y avait un enfant dans notre salle avec une sonde nasogastrique en place et une ordonnance «Rien par la bouche». Les membres de sa famille nous ont apporté un mélange de leur ville natale et pensaient que ce mélange pouvait traiter leur enfant. Ils ont fermement insisté sur le gavage du mélange alors que l'enfant ne devrait rien recevoir par voie orale en raison de ses conditions médicales. Finalement, nous n'avions pas d'autre choix que de dire à la famille que nous avions donné la nourriture à leur enfant .

Culture organisationnelle
De plus, la culture organisationnelle, les valeurs et les croyances affectent leurs comportements. Selon nos participants, la culture et les politiques organisationnelles peuvent les obliger à dire un mensonge blanc.

Même en cas de diagnostic de maladies graves, nous ne sommes pas autorisés à dire quoi que ce soit aux familles tant que les médecins ne les ont pas informés. Dans ces situations, nous répondons aux questions des patients sans nous référer à la réalité .

Compétence professionnelle limitée des infirmières
Outre les caractéristiques des patients, des organisations de soins de santé et des autres prestataires de soins de santé, les compétences professionnelles limitées des infirmières ont également eu une incidence sur leur utilisation du mensonge blanc. Cette catégorie principale comprenait trois sous-catégories, à savoir des compétences de communication limitées, des connaissances professionnelles limitées et une expérience professionnelle limitée.

Compétences en communication limitées
La communication est au cœur des soins infirmiers. Dans les situations difficiles où les infirmières sont la seule source d'information accessible pour les patients, des compétences de communication limitées peuvent les obliger à dire un mensonge blanc.

Parfois, les patients posent des questions auxquelles je ne sais pas comment répondre. Dans ces situations, j'essaie de fournir de bonnes réponses; cependant, parfois je ne peux pas gérer la situation et je ne peux pas dire la vérité sans ennuyer le patient. Ainsi, je peux me sentir obligé d'utiliser un mensonge blanc .

Connaissances professionnelles limitées
Les sciences médicales et infirmières progressent et changent continuellement. Parfois, les infirmières n'ont pas une connaissance adéquate des patients et de leurs traitements et peuvent donc se retrouver dans des situations qui les obligent à utiliser un mensonge blanc.

Parfois, je ne connais pas les réponses aux questions des patients. Dans de telles situations, je n'ai pas d'autre choix que d'utiliser un mensonge blanc. Bien entendu, ce n'est pas vrai pour les situations critiques .

Expérience professionnelle limitée
L'expérience aide les infirmières à comprendre quelles informations doivent être données aux patients et quelles stratégies doivent être utilisées pour donner des informations. Les infirmières novices sont plus sujettes à des situations qui les obligent à dire un mensonge blanc.

Les infirmières plus expérimentées ont des phrases magiques qui ne sont ni un mensonge ni des réponses directes aux questions des patients. Au début de mon travail, je n'avais pas d'expérience et je disais la vérité directement aux patients. Une telle révélation directe de la vérité a eu des conséquences négatives. Au bout d'un moment, je me suis parfois senti obligé d'utiliser un mensonge blanc pour répondre aux questions de certains patients .

Discussion
Cette étude a exploré les expériences des infirmières des situations de mentir blanc pendant les soins aux patients. Nos résultats ont montré que les infirmières pouvaient se sentir obligées d'utiliser un mensonge blanc pendant les soins aux patients en raison de facteurs tels que la crise d'espoir, les mauvaises nouvelles, la diversité culturelle et les compétences professionnelles limitées des infirmières.

La crise de l'espoir est l'une des principales catégories de cette étude. Bien que les infirmières aient connu une crise de peur de l'espoir au cas où elles seraient obligées de dire une vérité amère, une autre étude de Seyedrasooly et al. a montré des effets neutres sur l'espoir et la qualité de vie des patients dans les situations de divulgation de la vérité . Dans Apatira et al. dans l'ensemble, 93% (166 sur 179) des mères porteuses estiment qu'éviter les discussions sur le pronostic est un moyen inacceptable de réduire l'anxiété de la mort et de maintenir l'espoir des patients. Dans une autre étude, la connaissance des mauvaises nouvelles n'a eu aucun effet sur la motivation du traitement ou les croyances des patients. Les patients et leurs familles se demandaient comment signaler les mauvaises nouvelles . Pour surmonter cette préoccupation, des techniques telles que la fourniture d'informations sur la procédure de diagnostic et les traitements disponibles, les systèmes de soutien et l'attribution de suffisamment de temps en fonction des besoins personnels de chaque patient devraient être utilisées .

Les mauvaises nouvelles sont la deuxième catégorie principale consistant à dire un mensonge blanc pendant les soins aux patients pour réduire ou éviter les réactions des patients. Les réactions des patients aux mauvaises nouvelles ne sont pas prévisibles et peuvent inclure la colère, les pleurs, le déni, la violence verbale, les comportements menaçants, la négociation et le silence. La gestion de toutes ces réactions nécessite de grandes capacités de communication .Bagherian et coll. ont montré que les infirmières hésitaient à dire des vérités amères aux patients et n'avaient pas les capacités nécessaires pour le faire . De plus, Gauthier et al. ont montré d'autres raisons de l'utilisation du mensonge blanc dans les mauvaises nouvelles comme les sentiments négatifs des soignants, la gestion du temps, la fourniture d'informations précises et la capacité de fournir des réponses logiques aux questions des patients et de leurs familles par les infirmières .

La culture est un autre facteur qui oblige les infirmières à utiliser le mensonge blanc. Dans cette étude, la culture s'est reflétée dans différents domaines des aspects médicaux, infirmiers, organisationnels et personnels du patient. Les mensonges blancs ont été utilisés pour atteindre des objectifs thérapeutiques là où les aspects culturels susmentionnés constituaient un obstacle à ces objectifs. Cependant, sur la base de la culture iranienne et islamique, dire la vérité est une vertu religieuse et fortement recommandée. Ce principe signifie l'importance de la dignité et de la latitude des patients,et met en évidence le rôle de soutien des soins infirmiers contre les mauvaises nouvelles. Malgré cette vertu religieuse et nationale, les expériences des infirmières ont montré que les limites et les différences culturelles faisaient de la révélation de la vérité une tâche complexe, en particulier dans les situations critiques des patients. Dire la vérité aux patients semble être facile dans des pays comme les États-Unis . Cependant, cela serait difficile et nécessiterait des compétences de communication plus avancées dans les pays d'Asie et du sud-est de l'Europe. Ainsi, étant donné l'impact de la culture sur l'acceptation de la vérité, les autorités éducatives médicales et infirmières doivent développer des stratégies pour améliorer les compétences des infirmières en matière de révélation de la vérité et d'information des patients.

En plus des facteurs organisationnels et liés aux patients, les compétences professionnelles limitées des infirmières ont également contribué à leur utilisation du mensonge blanc pendant les soins aux patients. Nos résultats ont également montré que les infirmières avaient des facteurs liés à l'utilisation du mensonge blanc, comme des compétences de communication limitées, des connaissances professionnelles et une expérience professionnelle. La capacité de comprendre le libellé des patients et leurs idées sur les modalités de traitement ainsi que l'environnement physique, émotionnel et social approprié peuvent tous aider à établir des techniques de communication rationnelles et efficaces et faciliter la révélation de la vérité aux patients et à leurs familles .

Dans l'ensemble, le dilemme entre dire la vérité ou le mensonge blanc est un défi éthique qui ne peut être surmonté qu'avec une capacité personnelle améliorée. Pour atteindre cet objectif, l'atmosphère de soutien de l'organisation peut conduire les infirmières à faire face aux défis éthiques du mensonge blanc dans le cadre de soins aux patients. Malloy et coll. suggèrent que l'environnement de travail des infirmières peut influer sur leurs attitudes envers les questions éthiques et leur prise de décision morale. Le soutien organisationnel et le comportement de soutien des infirmières leaders jouent un rôle clé dans la productivité des infirmières et la promotion de leur performance éthique .

Limites
L'une des limites de cette étude était le nombre limité d'hôpitaux, qui étaient des hôpitaux affiliés à l'Université des sciences médicales de Téhéran. Des études plus poussées dans d'autres contextes thérapeutiques peuvent fournir des données précieuses provenant d'autres infirmières qui mèneront à des résultats plus généraux. Cette étude a également abordé uniquement les points de vue et les expériences des infirmières, tandis que les propres expériences et perspectives des patients n'ont pas été étudiées, ce qui a limité l'examen plus complet des mensonges blancs dans le processus de soins aux patients. Par conséquent, il est recommandé de prendre en compte les opinions et les expériences des patients dans les études futures.

Conclusion
Cette étude suggère qu'un large éventail de facteurs axés sur le patient, liés à l'infirmière et organisationnels peut obliger les infirmières à dire un mensonge blanc pendant les soins aux patients. Les infirmières doivent développer leurs compétences et leurs expériences de communication pour établir une communication efficace avec les patients et leurs familles afin de leur fournir des informations exactes. La communication doit être établie sur la base des connaissances culturelles adéquates des patients et des actions de soutien à l'organisation. Nos résultats ont souligné l'importance de la révélation de la vérité et des compétences de communication efficaces pour réduire le mensonge blanc pour la fourniture d'informations dans différents contextes médicaux, en particulier dans des situations dilemmatiques. Cette étude peut être utilisée comme base pour d'autres études quantitatives et qualitatives sur le mensonge blanc et ses conséquences dans le cadre des soins aux patients.

Source
Will J. Une brève perspective historique et théorique sur l'autonomie du patient et la prise de décision médicale: partie I: le modèle de bienfaisance. Poitrine. 2011; 139: 669–73

Joolaee S, Nikbakht-Nasrabadi A, ParsaYekta Z, Tschudin V, Mansouri I. Une perspective iranienne sur les droits des patients. Éthique infirmière. 2006; 13 (5): 489–502.

isolement social dissimulation dans le soin personne âgée confuse Mensonge blanc contractualisé les désir des résident personnes âgées solitude réflexion hygiéne devie

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

Alizée
  • 1. Alizée | 24/12/2020
Bonjour, je suis étudiante infirmière en 3ème année, je fais mon travail de fin d'étude sur la dissimulation dans le soin auprès des personnes âgées confuses. Je voudrais savoir si vous savez ou je peux trouver des données épidémiologiques sur le mensonge dans les soin ou ce genre de sujet?

Merci d'avance. Alizée
bécue
  • 2. bécue | 22/07/2020
bonjour,

je suis étudiante de 3ème année en soins infirmiers. Votre sujet me parle particulièrement car il m'a conduit, pour to travail de fin d'étude, à traiter de la place de la ruse, la malice et le mensonge dans les soins. en effet, pendant mes stages, j'ai observé des pratiques qui m'ont permis de m'interroger. Jusque où peut on aller, en tant que soignante, pour faire prendre les traitements dissimulés dans du yaourt ou dire à une patiente qui ne s'est pas lavé depuis plusieurs jours:" je vais le dire à votre fille que vous ne voulez pas vous laver, et elle ne viendra plus vous voir". Ces propos ne sont pas éthiques mais comment faire autrement quand on sait que si les traitements ne sont pris, le patient décompensera. S'il ne se lave pas, des affections cutanées se présenteront, etc…

comment être une bonne professionnelle alliant les valeurs éthiques de la profession d'infirmière et ses valeurs personnelles?
Stéphanie ESI.

Ajouter un commentaire