Le mensonge dans le soin

Depuis notre enfance, on nous a dit qu'il ne fallait jamais mentir et toujours dire la vérité c'est un des principes moraux fondamentaux de notre société.

Mais que se passe-t-il si je vous dis que les gens mentent beaucoup plus qu'ils ne le pensent? Y compris les infirmières et les aides soignantes. Nous mentons ou dissimulons la vérité sans même nous en rendre compte -

Les mensonges que l'aide soignant(e) ou l'infirmière racontent

Rassurer les patients sur leurs soins

Parfois, les infirmières et les aides soignantes ont le sentiment qu’elles doivent dire un petit mensonge pour éviter aux patients une anxiété inutile . Avez-vous déjà dit à un patient avant une injection (ide), transfert (as) que cela ne lui ferait pas mal? Ou que tous va bien, sachant qu'il leur faudra probablement plusieurs mois pour se rétablir.

«Supposons que nous apprenions un débutant à insérer des IV. Le patient peut demander (avec crainte) à l'infirmière  Vous avez déjà fait cela auparavant? une réponse honnête ne servirait à rien dans cette situation. Le plus souvent la réponse est "Oh, je n'ai pas compter combien de fois il / elle a effectué cette procédure!"

Vous pouvez sûrement penser à de nombreux autres exemples tirés de votre propre pratique quotidienne.

Mentir pour plus de commodité

 Avez-vous déjà promis de faire quelque chose, sans le vouloir, pour vous débarraser de ce patient exigeant?

 Avez-vous déjà dit à un patient que quelque chose n'était pas possible ou devait être fait plus tôt que d'habitude - comme se lever tôt le matin - pour pouvoir terminer son travail plus rapidement ou parce que vous êtes trop occupé? 

Ou même pour éviter d'être dérangé par encore une autre tâche?

Peut-être avez-vous même utilisé les ordres d'un médecin comme excuse?

Les soins aux personnes atteintes de démence constituent un domaine où les mensonges sont monnaie courante:

"ne pas révéler la vérité ou être moins qu'honnête pour empêcher que les patients deviennent angoissés ou agressifs".

Parmi les infirmières et les aides soignantes en soins pour personnes atteintes de démence. 

Un nombre important d'entre elles ont déclaré avoir menti aux patients, mais plus de la moitié avoue que le fait de mentir n'est pas éthique. 

Un exemple :  le personnel de soin demande au patient de s'asseoir et d'attendre un bus imaginaire lorsque celui ci harcele les aides soignantes sur le besoin de prendre un bus.

"La compétence de l'infirmière et de l'aide soignante est de savoir quand utiliser un mensonge thérapeutique et de savoir pourquoi il est nécessaire de le faire "Mais la meilleure chose à faire est de distraire le patient afin que l'infirmière et l'aide soignante ne soit pas entraînée dans la question éthique de mentir."

Mentir à propos d'erreurs médicales

Un fait indéniable est que les soignants et les établissements médicaux ont tendance à dissimuler les erreurs médicales. 

Cela vaut en particulier pour ne pas partager les informations avec les patients et leurs familles.

Toute infirmière peut-elle affirmer en toute vérité qu'elle n'a jamais commis d' erreur de médication, même si c'est aussi simple que de consigner le moment où le médicament aurait dû être administré alors qu'il ne l'a été en fait que deux heures plus tard.

Cela inclut des entrées inexactes sur l'état du patient, ses traitements ou ses observations. 

Des exemples signalent qu'un traitement ou un médicament a été donné alors qu'en réalité il ne l'était pas; documenter les moments en termes de moment où un médicament aurait dû être administré et bien plus tard; établir des valeurs pour les observations qui n'ont pas été faites; et de signer les soins de tous les patients de l'unité à la fin de la journée sans savoir vraiment si ce qui est écrit est exact à ce moment-là.

Il y a ensuite les omissions - dissimuler les erreurs et les incidents en ne les enregistrant pas dans le dossier du patient.des documents falsifiés à une date ultérieure, car l'infirmière qui avait finalement approuvé le rapport n'était même pas en service ce jour-là.(depuis l'infomatique la tendance est en recul)

La vérité est importante parce qu’elle témoigne du respect des personnes et leur donne le droit à l’autonomie, en leur fournissant toutes les informations dont elles ont besoin pour faire leurs propres choix. 

La vérié peut être violée soit en mentant délibérément, soit en dissimulant tout ou partie de la vérité ou en la communiquant de manière à ce que l’autre personne soit induite en erreur.

Toutefois, il ressort clairement de la discussion ci-dessus que le fait de cacher toute la vérité aux patients, voire de donner de fausses informations, est enraciné dans la pratique infirmière et médicale.

Il est indéniable que dans certaines circonstances, le choix empreint de compassion, de moral est la rétention de la vérité d'un patient  vise à le protéger de la détresse mentale et émotionnelle.

Cependant, il n’ya pas de réponse simple à la question éthique de savoir si et quand il est acceptable que les infirmières et les aides soignantes mentent ou obscurcissent la vérité.

Chaque infirmière ou aide soignante doit décider pour elle-même et en toutes circonstances de ce qui est correct ou non. 

Nous devons être éthiquement et moralement sensibles pour écouter cette voix intérieure. 

Nous devrions également toujours nous demander si mentir est vraiment pour le bien de notre patient ou pour notre propre commodité.

Sjulien

Formateur IFSI

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire