Bonjour M

Connexion membre

Antipsychotiques et consentement éclairé

  • Par soignant
  • Le 11/08/2018
  • Commentaires (0)

Les médicaments antipsychotiques sont souvent utilisés à tort .

Afin de pouvoir calmer des personnes atteintes de démence d'une part et d'autre part pour faciliter la prise en charge, avant la douche par exemple

L'utilisation de médicaments antipsychotiques en tant que moyens de contention chimique, pour faciliter la tâche du personnel ou pour "discipliner" un résident - existe depuis longtemps dans les maisons de retraite, de tels médicaments doublent presque le risque de décès et n'ont jamais été approuvés comme sûrs ou efficaces pour traiter les symptômes de la démence. Malgré tout, les maisons de retraite administrent encore souvent des médicaments antipsychotiques de cette manière, parfois sans demander au préalable un consentement éclairé, en violation des normes relatives aux droits humains..

Trop souvent, les maisons de retraite utilisent les antipsychotiques pour leurs effets sédatifs plutôt que pour traiter un problème médical.

Ces médicaments puissants sont mal utilisés pour diverses raisons , notamment une perception erronée que les médicaments peuvent aider les personnes atteintes de démence; un manque de conscience de leurs dangers, un manque de formation dans les soins de la démence et peut-être le plus important, pour compenser le manque de personnel.

Les maisons de retraite se tournent vers les médicaments antipsychotiques, parmi d'autres classes de médicaments psychotropes, parce que la démence est associée à l'agitation, à l'irritabilité, à l'agressivité, aux délires, à l'errance, à la désinhibition et à l'anxiété. 

Bien que de tels symptômes sont effrayants pour les personnes qui les vivent et sont difficiles pour leurs soignants, les médicaments antipsychotiques ne sont pas efficaces pour les gérer. 

Dans un petit nombre de cas particulièrement complexes, les antipsychotiques peuvent être utilisés en dernier recours. Mais c'est loin de la façon dont ils sont utilisés. Les médicaments offrent «au mieux de petits avantages potentiels (tels que la réduction du risque d'automutilation chez les personnes extrêmement agitées), tandis que« dans l'ensemble, les antipsychotiques sont associés à des effets cliniquement significatifs » effets indésirables, y compris la mortalité. "

Sur le papier, les résidents ont le droit d'être pleinement informés de leur traitement et de refuser un traitement, ce qui devrait constituer un droit de consentement éclairé. Mais les établissements de soins ignorent largement les règles, en partie parce qu'ils sont rarement tenus responsables.

La façon dont les maisons de retraite obtiennent ou définissent le «consentement éclairé» peut également être un facteur dans la mauvaise utilisation des médicaments. "L'utilisation de médicaments spécifiques, en particulier pour les personnes atteintes de démence, qui n'ont pas la capacité de consentir elles-mêmes, devrait nécessiter le consentement éclairé de leur représentant légal"

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire