Le tabou du sexe dans les maisons de retraite

  • Par soignant
  • Le 02/07/2015
  • Commentaires (1)

Une étude récente de l'Université de Manchester a révélé que 54% des hommes et 31% des femmes âgées de plus de 70 étaient encore actifs sexuellement.

"Le contact humain et le besoin sexuel sont des fonctions de base de l'être humain», il y a une prise de conscience croissante de la façon dont cela a été préjudiciable, les attitudes sont en train de changer, la sexualité des personnes âgées fut historiquement négligée.

Le sexe et les relations ne sont pas considérées comme une priorité dans les maisons de retraite, Le personnel n'est généralement pas à l'aise avec le sujet ou ne le connaissent pas bien, donc ils sont impuissants à aider", d'ailleurs le sujet est rarement abordé dans les formations,  les directions des maisons de retraite ont souvent échouées à faciliter les relations - ne respectant pas l'intimité des résidents et ne fournissons pas de lits doubles par exemple.

« Nous stigmatisons l'âge»,  "Nous ne traitons pas vraiment les personnes comme des anciens, nous les traitons comme des personnes [qui ont] fini leurs vie."

Les personnes âgées et le sexe -  Une enquête démontre que:

(54%) des hommes et près d'un tiers (31%) des femmes de plus de 70 ans ont déclaré qu'ils étaient encore actifs sexuellement39% des hommes sexuellement actifs ont déclaré avoir des difficultés érectiles 32% des femmes sexuellement actives ont signalé des problèmes d'excitation sexuelle31% des hommes et 20% des femmes ont déclaré faire l'amour ou caresser  leurs partenaires fréquemment  

Source : « La santé sexuelle et le bien-être chez les hommes âgés et les femmes en Angleterre" - Université de Manchester / NatCen recherche sociale

En ce qui concerne le rapport de la démence et le consentement cela peut être particulièrement complexe, mais ce n'est pas une raison d'ignorer le sujet. La démence peut présenter des changements de comportement, le personnel et les familles abordent difficilement le sujet,  la victime peut présenter un comportement sexuel accru, subir un changement de l'orientation sexuelle, ou former une relation avec quelqu'un de nouveau quand ils ont encore un partenaire à la maison.

Pourtant, même si on désapprouve les actions de quelqu'un cela ne constitue pas un motif pour les interdire.

Le personnel et les familles ne doivent pas oublier que l'individu a toujours le droit de prendre cette décision, à condition qu'ils comprennent le sens de ce qu'il fait.

Le personnel pense qu'ils sont plus susceptibles d'avoir  des ennuis si un résident est maltraitées que pour arrêter un résident d'avoir une relation,"  "Mais faire valoir votre façon de penser et avoir un contrôle sur la sexualité d'un résident pourraient être considérés aussi bien comme un abus ."

samir

réflexion personnes âgées ehpad,personnes âgées famille maison de retraite sexualité

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Thomas

Je n'ai jamais compris le manque de liberté des résidents; Je sais que certaines maisons de retraite sont très ouvertes mais d'autres privent leurs résidents. La liberté est réduite. On leur impose un régime alimentaire, un traitement médical et on leur interdit les activités... C'est dommage !

Ajouter un commentaire

Exercices corrigés du DEAS Module 1 à 8

Animaatjes dokter 70912+ de 230 exercices avec corrigés 

Contenue E.learning 

Obtenez un mot de passe aprés paiement et comencez à réviser 

Je teste