Inde la violence cachée dont personne ne parle.

  • Par soignant
  • Le 05/10/2014
  • Commentaires (0)

 

«Je suis vieille, veuve et je vit toute seule. Je suis financièrement à l'abri, mais j'ai une problème grave, c'est la solitude. Mes enfants sont établi en Angleterre  et ont professionnellement réussi , mes petits-enfants sont investit dans leurs études. Des appels téléphoniques hebdomadaires de temps en temps c'est tous ce que je reçois  d'eux. Chaque année, je souhaite ardemment qu'ils viennent me rendre visite mais la ville de Bhubaneswar est tout simplement pas assez festif  pour passer des vacances », explique Archana Mohanty, 65 ans, avec des yeux humides.

Cela fait cinq ans que Mohanty a pris sa retraite. Quelques mois plus tard, elle a perdu son mari. C'est à cette occasion qu'elle a vu son fils la dernière fois . Il étais venu  pour deux jours seulement pour effectuer les derniers sacrements et compléter les rituels. Même à ce moment-là sa fille avocate et petits-enfants ont été incapables de le faire en raison de leurs études et d'autres engagements professionnel. En fait, pour Mohanty, le temps était tout simplement arrêté jusqu'à ce qu'elle rejoint un club pour personnes âgées dans sa région, qui  rassemble de nombreuses personnes âgées qui, comme elle, se sentent seuls, s’ennuie ou devenus vulnérables.

Soudamini Mohapatra, 75, aussi, reste seule dans un appartement loué à Bhubaneswar, la capitale de l'Etat de Orissa. Ses enfants   un fils et fille  vivent à l'étranger et se portent bien. Tous les deux ont de bons emplois . Même si elle participe à des rassemblements religieux , des conférence, et, bien sûr, de regarder des feuilletons quotidiens à la télévision,  la nuit elle commence à se sentir nerveuse et effrayé.«Être seul, je crains toujours pour ma sécurité. Que faire si quelqu'un s'introduit dans ma maison et m'attaque  la nuit; je n'ai  aucun moyen pour me défendre. Je sais que mes enfants sont investit dans leur vie et qu'ils ne peuvent pas venir si j'ai besoin d'eux . 

Selon un récent sondage mené par la Fédération des associations de citoyens seniors (ACSE) de Odisha, il ya environ 12000 personnes de plus de 60 ans vivant dans la ville de  Bhubaneswar. Parmi ceux-ci, près de huit pour cent vivent loin de leurs familles. Étonnamment, la majorité d'entre eux sont des femmes, qui sont particulièrement vulnérables à la violence et aux abus. Observe Krupasindhu Sahu, président, de l'ACSE, "Il ya un grand nombre de personnes âgées séjournant seuls à Bhubaneswar aujourd'hui et se débrouille par eux-mêmes . Une des principales raisons de cette réalité sociale malheureuse, c'est que il n'y a pas beaucoup d'opportunité de travail ou de carrière pour les jeunes . De leur côté, les aînés  préfèrent rester dans cette petite ville car la plupart croient qu'ils ne pourraient pas s'adapter au rythme des grandes villes  ".

La sécurité est l'une de leurs plus grandes préoccupations à l'heure actuelle. Au cours des dernières années, Bhubaneswar a été témoin d'une augmentation du nombre de cas d'agressions sur les personnes âgées. Ils sont des cibles faciles et c'est souvent le chauffeur, l'aide domestique qui sont impliquée dans le crime. Le motif habituel est vol d'argent, des bijoux en or et autres biens coûteux.

Afin de protéger les personnes âgées et de fournir une protection, en particulier pour les femmes âgées, le commissariat de police a mis en place des cellules spéciales dans les commissariats . Chaque cellule est dirigée par un officier, désigné comme l'agent de référence et assisté par au moins un agent de police.

Les principaux objectifs de ces cellules de sécurité comprennent la coordination des mesures de sécurité pour les personnes âgées avec l'aide de la police locale, la sensibilisation sur les différentes aides,  assurer de régulière visites à domicile Actuellement, il y a 905 personnes âgées enregistrés dans les différentes cellules, mais la surveillance et le suivi des actions de la police fait défaut.

 «Il est nécessaire de mettre en place un service d'assistance téléphonique sans frais où les personnes âgées peuvent appeler et demander de l'aide à la police . La police du la ville de Kerala et de la ville de Tamil Nadu offrent déjà ce service sans frais pour aider les personnes âgées qui sont seules à la maison pour l'accès aux soins médicaux d'urgence et d'autres services essentiels ».

Ancien diplomate Abasara Beuria, qui séjourne seul dans la ville aprèsavoir pris sa retraite, remarque: «Comme la science médicale fait des progrès importants et l'espérance de vie augmente, le nombre de personnes âgées est de plus en plus important à travers le monde. En Inde, nous devons changer notre mentalité traditionnelle et accepter l'ouverture des maisons de retraite, même sur de petites villes comme Bhubaneswar. Bien sûr, vivre dans une maison de retraite n'est pas une idée farfelu ni dénudé de bon sens .Au contraire, il peut être un moyen de passer sa vieillesse avec dignité et respect en compagnie d'amis partageant les mêmes idées. Ces maisons peuvent être conçus de manière convivial afin d’apporter sécurité et confort et  fournir divers services médicaux. Je pense que c'est un besoin essentiel . "

Sangeeta Rath psychologue est d'accord, " les gens vieillissent quand leurs vie n'a plus de sens. S'ils sont capables de se débarrasser des leurs sentiments d'anxiété, de la peur, du stress et de l'insécurité qui est  souvent en prise avec leur génération alors ils peuvent se livrer à des activités qu'ils ont dû abandonner. Ils peuvent à nouveau se distraire avec leurs passe-temps et passer du temps avec des amis et membres de la communauté. Malheureusement, les femmes ont tendance à être obsédé par le fait qu'elles ne sont plus en mesure de contribuer activement à la sphère domestique, et tombent dans le piège de l'apitoiement. "

Alors que les personnes âgées ont leurs charges physiques et émotionnels à gérez, l'attitude des gens n'est pasnon plus favorable . "Même au sein de la famille, il ya une tendance à négliger et ignorer ce que les membres les plus âgés ont à dire. Plus d'une fois, leurs plaintes constantes de se sentir malade et fragile n'est pas pris en considération. C'est alors que des rapports avec d'autres personnes âgées donne un énorme sentiment de confort. 

L'histoire de Surekka Pati, 67, exprime la douleur et la lutte de tous ceux qui n'ont personne vers qui se tourner au crépuscule de leur vie. Après avoir perdu son mari, Pati, qui n'avis pas  d'enfants, avait une vie tranquille. Mais  quand elle a eu une attaque cardiaque elle est devenu grabataire. Sans personne pour s'occuper d'elle, elle a succombé à sa maladie. En fin de compte, c'est des employés municipaux qui ont fait ses derniers rites.

 

personnes âgées Inde

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Exercices corrigés du DEAS Module 1 à 8

Animaatjes dokter 70912+ de 230 exercices avec corrigés 

Contenue E.learning 

Obtenez un mot de passe aprés paiement et comencez à réviser 

Je teste