Maltraitance sous contrôle

  • Par soignant
  • Le 05/10/2014
  • Commentaires (1)

 

publicité

C'est à la suite de plusieurs courriers  anonymes  de la part de famille et du personnel d'un EHPAD public situé à kergoff,  que l'agence régionale de santé a diligenté une enquête.

Il s’avère que les faits remontentà l'année dernière,et que le faisceau de présomptions  pour maltraitance verbale sont dirigé contre un aide soignant actuellement en arrêt maladie .

Ce dernier aurait, à plusieurs reprises proféré des insultes à l'égard des résidents de la maison de retraite.

Toujours est -il que la directrice a déjà été mutée, on peut s’interroger sur la gestion en catimini d'un tel évènement,  les fait ont été communiquer à la presse que récement.

Il existe dans chaque Agence Régionale de la Santé un référent bien traitance qui gère les situations de maltraitance dans les EHPAD.

La procédure consiste à transmettre par une procédure type de dysfonctionnement survenant dans un EHPAD ainsi que  tout acte de maltraitance survenant dans une maison de retraite .

Une fois que le nettoyage est fait par le gendarme de l'ARS, et dans ce cadre,

  • la mutation de la directrice,
  • le coupable est  désigné et mis à l’écart,
  • on calme les esprits
  • on laisse refroidir l'affaire et au moment opportun on lache le morceau aux journalistes pour que l'affaire soit rendue publique.

Toute l'affaire est sous contrôle et  ce n'est pas plus mal,   et tant pis pour les journalistes si prolixes à jeter l’opprobre sur des professionnels dont le dévouement à la cause des personnes âgées n'est plus à démontrer

samir aide soignant 

 

publicité

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

quéric marie
  • 1. quéric marie | 22/10/2012

bonjour,un an après cette histoire et par hasard je découvre votre message sur l'Epad de caudan Je suis dans cette affaire une des maltraitantes présumées.Il est vrai que le ménage du personnel mis en cause à été effectué avant le rapport de la gendarmerie,une forte pression à pesé sur ces agents ,demande de mutation ect....,cette affaire était puante et cela depuis le jour ou ces deux agents incriminés ont participés à dénoncés la maltraitance ( pris en compte par l'ars) de la soeur d'un élu de cette dite commune .Les articles parus dans la presses ont ravis ceux qui attendaient cette occasion depuis je pense qq années.Ceci dit le rapport de la gendarmerie à eu moins de chance et le "classé sans suite "n'apparait nul part mais par contre la douleur et la vie d'un certain nombre de soignants et d'administratifs tout le monde sans fou et bien sur celle des résidents et des familles qui pensent à ces dits soigants maltraitants leurs parents ,c'est peut être le plus douloureux à ce jour.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.