Proposé par : Sultan.julien Formateur IFSI

Bonjour M

Connexion membre

La violence entre les résidents

Quand on parle de violence dans les maisons de retraite, ont fait généralement référence à des membres du personnel et les victimes sont les personnes âgées.

Mais il existe un problème encore plus répandue qui pourrait être la violence qui éclate entre les résidents.

Selon une étude de l'Université Cornell, près de 1, 5 personnes âgées en maison de retraite sont impliqués dans au moins une altercation agressive chaque mois.

"Ces altercations sont répandu et commun dans la vie quotidienne des maisons de retraite", a déclaré un des auteur de l'étude .

La maltraitance entre résidents  sont sous-déclarée à tel point que, dans certaines maison de retraite, "les membres du personnel ne semblent presque pas au courant de se qui se passe tellement, c'est une situation à leurs yeux banal," .

La recherche sur la maltraitance à surtout portée sur les personnes âgées qui ont été maltraités par leur famille; les aidants ou par les membres du personnel soignant, 

Mais la maltraitance entre résidents est un problème beaucoup plus important, avec des conséquences qui peuvent être tout aussi dévastateur,.

En plus des morsures, des ecchymoses et des fractures, la violence verbale et psychologique peut conduire à la dépression et à des sentiments de désespoir  et dans le pire des scénarios, à la mort,

Le mois dernier, par exemple, une femme de 66 ans a étranglé son colocataire de 67 ans dans une maison de retraite de Géorgie. Ce surcroît de violence n'est pas quelque chose à prendre à la légère»

Dans le cadre de l'étude, l'équipe de Cornell a examinée les dossiers des patients de 10 maisons de retraite sur New York. 

Le groupe a également interrogé les résidents et les soignants. 

Sur les plus de 2000 résidents interrogés, 16 pour cent ont été impliqués dans des incidents verbaux tels que les injures, crie ou hurlement; environ 6 pour cent ont été impliqués dans de la violence physique, y compris les coups, coups de pied ou morsures; et 1 pour cent ont été impliqués sur des actes sexuelles telles que l'exhibition des organes génitaux, attouchement  sur d'autres résidents ou tentative d'obtenir des faveurs sexuelles.

Un autre incidents significatifs de maltraitance entre résidents,c'est les intrusions indésirables de résidents dans les chambres ou  vols de biens qui représentent 11 pour cent. Tous les événements étaient indésirables avec une forte probabilité de causer de la détresse physique ou psychologique".

Les jeunes résidents atteints de démence ou d'un trouble de l'humeur, mais sont physiquement assez bonne santé pour se déplacer sont plus susceptibles d'être impliqués dans des incidents agressifs. La dépression semble également être un facteur.

Des conditions de surpeuplement, le manque de personnel et les conflits en cours entre les résidents peuvent alimenter les conflits, 

Les résidents de maison de retraite subissent souvent des complications médicales et comportementales qui peuvent causer des changements de personnalité. 

Ce sont des citoyens vulnérables, et à bien des égards, l'agresseur et l'agressée sont deux victimes",

Publicité

Lorsque des incidents surviennent, les soignants devraient essayer de tracer les signes avant-coureurs et causes sous-jacentes pour éviter les altercations futures.

Si, par exemple,le manque de personnel est une partie du problème, les établissements devraient embaucher plus d'employés et envisager de les payer plus pour éviter le turn over. Si deux résidents ne s'entendent pas, ils ne devraient pas vivre dans la même pièce ou manger à la même table.

En Août, les autorités sanitaires de l'Etat  on déplacés 37 résidents d'une maison de retraite" Gahanna" qui avait été en proie à des maltraitance entres résidents,aprés avoir constatées que des coups de poing, coups de pied et des bousculades avaient eu lieu..

"Nous avons des gens qui ne font pas intentionnellement les choses qu'ils font", a déclaré un directeur de maison de retraite. "Mais la réalité est, que rien de tout cela est acceptable, et notre but est que cela ne se produise jamais."

"Les établissements sont conscients du problème», a déclaré , un chercheur principal au Centre de gérontologie à l'Université de Miami Scripps qui a étudié le phénoméne.

Les questions sont de savoir si les maisons de retraite vont trouver des moyens de réduire les mauvais traitements infligés entres résidents.

L'équipe Cornell recommande que les membres du personnel des maisons de retraite doivent être entrainés pour reconnaître et signaler les mauvais traitements,et fournissent des directives pour que en cas d'incident, des actions soient conduite qui tiennent compte des besoins et des capacités individuelles des résidents.

"Je pense que la réponse réside dans des approches thérapeutiques qui ne reposent pas sur des médicaments", a déclaré l'auteur de l'étude

auteur ashley.L

Infirmière

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire