Oesophagogastroduodénoscopie (EGD)

Sommaire

Vous trouverez dans la liste ci-dessous :

Définition

Objectif

Description

Diagnostic / Préparation du patient

Après l'intervention

Les complications

Résultats 

Définition

Définition

Une œsophagogastroduodénoscopie (EGD), également connue sous le nom d'endoscopie supérieure ou d'endoscopie gastro-intestinale supérieure, est une procédure de diagnostic qui est effectuée pour visualiser l'œsophage, l'estomac et le duodénum (une partie de l'intestin grêle). 

Dans un EGD, le médecin utilise un endoscope, un instrument télescopique flexible en forme de tube avec une minuscule caméra montée à son extrémité, pour examiner les images du tube digestif supérieur affichées sur un moniteur dans la salle d'examen. 

De petits instruments peuvent également être passés à travers le tube pour traiter certains troubles ou pour effectuer des biopsies (retirer de petits échantillons de tissu).

 

Objectif

Objectif

Une EGD est réalisée pour évaluer, et parfois pour traiter, des symptômes liés au tractus gastro-intestinal supérieur tels que:

douleur dans la poitrine ou le haut de l'abdomen

nausées ou vomissements

reflux gastro-œsophagien (RGO)

difficulté à avaler (dysphagie)

saignement du tractus intestinal supérieur et anémies associées

De plus, une EGD peut être effectuée pour confirmer les anomalies indiquées par d'autres procédures de diagnostic telles qu'une série de radiographies gastro-intestinales supérieures (GI supérieur) ou un scanner. Il peut être utilisé pour traiter certaines conditions, telles qu'une zone de rétrécissement (rétrécissement) ou des saignements dans le tractus gastro-intestinal supérieur.

https://www.soignantenehpad.fr/

Description

Description

L'endoscopie supérieure est considérée comme plus précise que les études aux rayons X pour détecter une inflammation, des ulcères ou des tumeurs. Il est utilisé pour diagnostiquer un cancer à un stade précoce et peut fréquemment aider à déterminer si une croissance est bénigne ou maligne. Le médecin peut obtenir des biopsies de tissus enflammés ou suspects pour examen en laboratoire par un pathologiste ou un cytologiste. Des grattages de cellules peuvent également être effectués en introduisant une petite brosse à travers l'endoscope; cette technique est particulièrement utile pour diagnostiquer un cancer ou une infection.

Outre sa fonction d'outil d'examen, un endoscope possède des canaux qui permettent le passage des instruments. Cette caractéristique donne au médecin l'occasion de traiter sur place de nombreuses affections qui peuvent être observées dans l'œsophage, l'estomac ou le duodénum. Ces traitements peuvent inclure:

élimination des polypes et autres excroissances tissulaires non cancéreuses (bénignes)

étirement des zones rétrécies (rétrécissements) dans l'œsophage

arrêter le saignement des ulcères ou des vaisseaux sanguins

retirer les objets étrangers qui ont été avalés, tels que les pièces de monnaie, les épingles, les boutons, les petits clous et les articles similaires

Certaines des maladies et affections qui sont étudiées, identifiées ou traitées à l'aide d'EGD comprennent:

douleur abdominale

achalasie, un défaut dans l'ouverture musculaire entre l'œsophage et l'estomac

L'œsophage de Barrett, un état précancéreux des cellules tapissant l'œsophage

Maladie de Crohn et maladie inflammatoire de l'intestin grêle

cancer de l'oesophage

reflux gastro-œsophagien (RGO), une condition causée par un excès d'acide gastrique

hernie hiatale

syndrome de l'intestin irritable

saignement rectal

cancer de l'estomac

ulcères d'estomac

problèmes de déglutition

Une procédure EGD est généralement effectuée par un gastro-entérologue, un médecin spécialisé dans le diagnostic et le traitement des troubles du tube digestif. 

Les patients seront invités à se gargariser à l'aide d'un anesthésique local ou à se faire vaporiser un anesthésique dans la bouche sur le fond de la gorge pour engourdir le réflexe nauséeux. 

L'endoscopiste guidera ensuite l'endoscope par la bouche dans le tractus gastro-intestinal supérieur pendant que le patient est allongé sur le côté gauche.

La lentille ou la caméra à l'extrémité de l'instrument permet à l'endoscopiste d'examiner chaque partie du tractus gastro-intestinal supérieur en observant des images sur un moniteur. 

Les photographies sont généralement prises pour référence. 

Pendant la procédure, l'air est pompé à travers l'instrument pour étendre la structure étudiée et permettre une meilleure visualisation. 

Des biopsies et d'autres procédures seront effectuées au besoin.

 La respiration du patient ne sera pas perturbée et il y aura peu ou pas d'inconfort. 

De nombreux patients s'endorment pendant tout ou partie de la procédure.

Certains patients ne devraient pas avoir d'EGD. Cet examen est contre-indiqué chez les patients qui ont:

saignement gastro-intestinal supérieur sévère

des antécédents de troubles de la coagulation tels qu'un dysfonctionnement plaquettaire ou une hémophilie

diverticules œsophagiens, qui sont de petites poches dans l'œsophage qui peuvent piéger des aliments ou des pilules et s'infecter

une perforation suspectée (ponction ou rupture) de l'œsophage ou de l'estomac

chirurgie récente du tractus gastro-intestinal supérieur (gorge, œsophage, estomac, valve pylorique, duodénum)

Un EGD est également contre-indiqué pour les patients qui sont incapables de coopérer pleinement avec la procédure ou dont l'état général comprend une maladie sous-jacente grave qui augmente le risque de complications.

Diagnostic / Préparation

Diagnostic / Préparation

Certains médicaments (comme l' aspirine et les anti-inflammatoires appelés AINS) doivent être arrêtés au moins sept jours avant une EGD pour réduire le risque de saignement. 

On demandera aux patients de ne rien manger ni boire pendant au moins six à 12 heures avant la procédure pour s'assurer que le tractus intestinal supérieur sera vide. Avant l'intervention, les patients peuvent recevoir un sédatif et / ou un analgésique, généralement par injection intraveineuse.

 

Après l'intervention

 

Après la procédure, le patient sera observé dans la salle d'endoscopie ou dans une zone de récupération séparée pendant une heure, ou jusqu'à ce que les sédatifs ou les analgésiques soient épuisés. 

Quelqu'un devrait être disponible pour ramener le patient à la maison et rester avec lui pendant un certain temps.

 Il faut éviter de manger et de boire jusqu'à ce que l'anesthésique local se soit dissipé dans la gorge et que le réflexe nauséeux soit revenu, ce qui peut prendre de deux à quatre heures. 

Pour tester si le réflexe nauséeux est revenu, une cuillère peut être placée sur le dos de la langue pendant quelques secondes avec une légère pression pour voir si le patient bâillonne.

 L'enrouement et un léger mal de gorge sont normaux après la procédure; le patient peut boire des liquides frais ou se gargariser pour soulager la douleur.

Le patient peut ressentir des ballonnements, des éructations et des flatulences après un EGD car de l'air est introduit dans le tube digestif pendant la procédure. 

Pour éviter toute blessure à l'œsophage due à la prise de médicaments par voie orale, les patients doivent boire au moins 4 onces ou plus de liquide avec n'importe quelle pilule et rester assis debout pendant 30 minutes après avoir pris des pilules susceptibles de causer des blessures.

 Le médecin doit être informé si le patient développe de la fièvre; déglutition difficile ou douloureuse (dysphagie); difficultés respiratoires; ou douleur dans la gorge, la poitrine ou l'abdomen.

https://www.soignantenehpad.fr/

Les complications

Les complications

L'endoscopie est considérée comme une procédure sûre lorsqu'elle est effectuée par un gastro-entérologue ou un autre professionnel de la santé ayant une formation et une expérience particulières en endoscopie. Le taux de complication global de la performance EGD est inférieur à 2%; bon nombre de ces complications sont mineures, comme l'inflammation de la veine par laquelle le médicament est administré. Cependant, des complications graves peuvent survenir et surviennent, près de la moitié étant liées au cœur ou aux poumons. Des saignements ou des perforations sont également signalés, en particulier lorsque des tumeurs ou des rétrécissements ont été traités ou biopsiés. Des infections ont été signalées, quoique rarement; une attention particulière au nettoyage de l'instrument devrait éviter cette complication. La perforation, qui est la ponction d'un organe,

 

Résultats 

Les résultats de la procédure ou les résultats probables sont souvent disponibles pour le patient avant la sortie de la salle d'endoscopie ou de la zone de récupération. Les résultats des biopsies tissulaires ou des tests cellulaires (cytologie) prendront de 72 à 96 heures.

Des résultats normaux montreront que l'œsophage, l'estomac et le duodénum sont exempts de sténoses, d'ulcères ou d'érosions, de diverticules, de tumeurs ou de saignements.

Les résultats anormaux incluent la présence de l'un de ces problèmes, ainsi que des infections œsophagiennes, des fissures ou des larmes. Une découverte de plus en plus courante est une lésion œsophagienne induite par des médicaments, causée par des comprimés et des capsules qui se sont logés dans l'œsophage.

On pense que ces blessures sont associées à des dommages au tissu œsophagien dus au reflux gastro-intestinal (RGO) et à l'exposition connexe de l'œsophage à de grandes quantités d'acide gastrique.


Gisèle Cabre 

Formatrice IFSI

Source :http://www.chu-rouen.fr/page/mesh-descripteur/endoscopie-digestive

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 13/12/2019

Aide soignante exercices M1 à 8

Aide soignant exercices avec corrections min

Faire un essai gratuitement►