U.E. 2.10 Infectiologie et hygiène

Sommaire

Vous trouverez dans la liste ci-dessous :

  • Les mesures d'isolement
  • Les précautions complémentaires d'hygiène
  • Transmission (précaution) air
  • Transmission (précaution) gouttelettes
  • Transmission (précaution) contact 
  • Hygiène des mains
  • Friction Antiseptique 
  • Lavage Antiseptique
  • Antisepsie chirurgicale
  • Exercice d'évaluation

Ceete page permet de donner à l’étudiant les règles d’hygiène nécessaires à son arrivée en stage.
 Dès le début de la formation sont donc posés la compréhension des risques infectieux, l’intérêt de leur prévention par l’usage de mesures adaptées, réglementées. Ces règles seront reprises  , tout le long de la formation.

Décrire les mécanismes d’action des agents infectieux,
Identifier les règles d’hygiène utilisées dans les établissements de soins et en argumenter l’usage

Definir la contamination

La contamination (du latin souillure) est le terme médical utilisé pour désigner l'envahissement d'un organisme vivant ou d'une chose par des micro-organismes pathogènes.

Différencier infection et colonisation

Infection : Pénétration dans un organisme d'un agent étranger (bactérie, virus, champignon, parasite) capable de s'y multiplier et d'y induire des lésions pathologiques. L'infection peut s'accompagner de manifestations cliniques

Colonisation : Envahissement d'un germe dans une région du corps. Les patients colonisés contrairement aux patients infectés n'ont aucun signe d'infection

Distinguer les voies de transmission

Transmission par voie sanguine (HIV, HEPATITES VIRALES…)

Transmission par voie aeroportée (GRIPPE, TUBERCULOSE…)

Transmission par voie manuportée (STREPTOCOQUE, STAPHYLOCOQUE, BMR, VIRUS DE L’HEPATITE A, SALMONELLES…)

Définir les différentes flores 

Flore bactérienne commensale = Flore résidente 

Ensemble des micro-organismes vivant naturellement sur la couche superficielle de l'épiderme, la partie supérieure des follicules pileux et des conduits des glandes sébacées. 
Les micro-organismes sont profondément enchassés et adhérents à la surface de la peau. Les espèces bactériennes les plus représentatives sont les staphyloccoques à coagulase négative, lesStaphyloccocus aureus et les corynébactéries.

Flore saprophyte

Ensemble des micro-organismes hôtes habituels de l'organisme. Les micro-organismes saprophytes sont en général dépourvus de pouvoir pathogène.

Flore transitoire

Ensemble des micro-organismes de passage acquis au contact des personnes, des surfaces ou objets touchés au cours des gestes quotidiens.

Elle est surtout importante au niveau des parties découvertes notamment les mains. 

Les espèces bactériennes les plus représentatives sont les entérobactéries, les Pseudomonas spp…

Ensemble des micro-organismes de passage acquis au contact des personnes, des surfaces ou objets touchés au cours des gestes quotidiens.

Définir Aspesie et Antisepsie

Aspesie :

Ensemble des mesures préventives pour empêcher la contamination par des micro-organismes et/ou des virus

Antisepsie :

Opération permettant sur les tissus vivants d'éliminer ou de tuer les micro-organismes et/ou d'inactiver les virus.

Définition Bactérie 

• Etre vivant, unicellulaire, de petite taille (généralement 1 micro de diamètre et quelques microns de longueur).
• Cellule procaryote (dépourvue d’un véritable noyau) : absence de membrane nucléaire, chromosome unique en général.

Structure d'une bactérie

La taille d’une bactérie varie entre 1 à 10 µm. Le poids d’une bactérie est d’environ 10-12 g. Elle contient 70% d’eau. Rapporté au poids sec, une bactérie est constituée de protéines (55%), de lipides (10%), de lipopolysaccharides (3%), de peptidoglycane (3%), de ribosomes (40%), d’ARN (20%) et d’ADN (3%).

Composition d'une Bactérie

• Le principal composant est l'eau, elle représente environ
80% du poids de la bactérie.
• L'analyse sur un poids sec donne les résultats suivants :
• Carbone 50%
• Azote 15%
• Hydrogène 10%
• Oxygène 20%
• Phosphore 3%
• Soufre
• Mg++, Mn++, Zn++, Cr, Na+, K+... etc

Modes de transmissions

 Contact direct
• toux, éternuement, contact corps
• Contact indirect
• Dispersion par l’hôte dans l’environnement
• Survie
• Transmission à un nouvel hôte (oro-fécale)
• Véhicule
• Par matière (sol, eau, nourriture…)
• Par organisme (insectes, animaux, plantes…)

Voies de transmissions

Voie digestive : ingestion d’eau ou aliments souillés
Voie respiratoire : inhalation d’aérosols contaminés
Voie cutanée : inoculation par contact (plaie souillée)
Voie transcutanée : inoculation iatrogène ( injection, cathéter) ou par piqûre d’insecte vecteur de bactéries
Voie sexuelle : maladies sexuellement transmissibles

Structure des virus

Structure simple :
- 1 acide nucléique =génome soit un ADN, soit un ARN
- 1 coque protéique = capside assure la protection et le transport du génome 

Cycle virale

Le cycle d'infection d'une cellule par un virus peut être décomposé en trois grandes étapes:<br />1. L'attachement, la pénétration, et la décapsidation qui conduisent à l'internalisation du génome viral dans la cellule cible.<br />2. L'expression des gènes et la réplication qui vont, respectivement, assurer la synthèse des protéines codées par le génome viral et permettre la multiplication de ce génome.<br />3. L'assemblage et la sortie qui vont mener à la production et la libération de particules virales infectieuses, capables de propager l'infection à d'autres cellules.    

Transmission des virus

La transmission d'affections respiratoires
La transmission féco-orale
Les transmissions parentérales
La transmission sexuelle
La transmission mère enfant
La transmission par arthropodes
Zoonoses 
Maladies iatrogènes

Le virus de la grippe

La grippe est une maladie infectieuse causée par des virus respiratoires, de la famille des orthomyxoviridae, qui s’attaquent surtout aux voies respiratoires supérieures (nez, gorge, bronches), rarement aux poumons. Les virus grippaux pathogènes pour l’homme appartiennent à deux groupes, A et B. 

Le virus du VIH

VIH désigne le Virus de l’Immunodéficience Humaine. Il est transmis par voie sexuelle, sanguine, et de la mère à l’enfant. Il cible les lymphocytes T, cellules essentielles au bon fonctionnement du système immunitaire. Sur le long terme, le VIH affaibli le système immunitaire et les personnes infectées développent de graves maladies. Ces maladies sont qualifiées de « maladies opportunistes » car elles sont causées par des micro-organismes inoffensifs pour les personnes dont le système immunitaire fonctionne normalement.
 Le syndrome de l’immunodéficience acquise (sida) est le dernier stade de l’infection par le VIH. Il correspond au développement d’une ou de plusieurs maladies opportunistes chez les personnes infectées.

Les virus des hépatites virales (VHA, VHB, VHC)

Une hépatite est une inflammation du foie causée par des substances toxiques, ou par des virus (majorité des cas). A ce jour, 5 virus provoquant une infection ciblée et une inflammation du foie ont été identifiés. Ces virus, désignés par les lettres A, B, C, D, et E, diffèrent par leur mode de transmission (féco-orale pour les virus A et E ; parentérale pour les virus B et C) et leur agressivité. 

Structure de champignons

C’est un eucaryote, qui possède donc un noyau, un réticulum endoplasmique, des mitochondries. La membrane contient de l’ergostérol et non du cholestérol. La différence avec les mammifères est dans la paroi, qui est rigide et qui contient de la chitine, des glycoprotéines et des béta glucanes et qui permet au champignon d’être lui-même rigide.

Les levuroses

Les levuroses sont des affections cutanées, muqueuses, viscérales et septicémiques dues à des levures. 

Exemples de champignons : Candida

Résident normal de la muqueuse du tube digestif (de la bouche à l’anus). Il ne rend pas malade mais probablement indispensable à  l’homme.
S’il y a un déséquilibre, lié à un traitement antibiotique par exemple, il peut devenir pathogène

Exemples de champignons : Dermatophytes

Les dermatophyties sont des mycoses dues aux dermatophytes, concernant l’épiderme et les phanères (ongles, cheveux, poils), très exceptionnellement les tissus profonds.

Qu'est ce qu'un parasite

Un parasite est un organisme qui devient alimentaire et l'abri sur ou dans un autre organisme, mais ne donne rien à la survie de l'hôte. Par exemple, un parasite dans notre corps vivrait aux frais de nos cellules, notre énergie ou l'alimentation que nous mangeons et en conséquence, emportons de la nourriture et de l'énergie que nous
exigeons pour être actifs et demeurer sain. Quand il y a un parasite à l'intérieur de notre corps nous sommes en sommes en danger ( maladie, malaises et des défis de santé différents)

Qu'est ce qu'un parasite protozoaire

Un protozoaire est ce que nous appelons un organisme eukaryotic parce que c'est une cellule qui contient un vrai noyau et est limitée par une membrane nucléaire. Un parasite protozoaire est essentiellement un protozoaire qui s'est adapté pour envahir et vivre dans des cellules et les tissues d'autres organismes. danger pour la maladie, des malaises et des défis de santé différents

Qu'est ce qu'un parasite Helminthe

Helminthe est un nom vernaculaire synonyme de vers parasites.
Les helminthes, selon l'espèce considérée et leur étape de développement, parasitent différents organes, dont : intestin,réseaux sanguin et lymphatique,tissus conjonctifs, organes creux : cavités urogénitales, poumons

Le paludisme

Le paludisme est une maladie infectieuse potentiellement mortelle due à plusieurs espèces de parasites appartenant au genre Plasmodium. Le parasite est transmis à l’homme par la piqûre de moustiques infectés.

La toxoplasmose

La toxoplasmose est l'infection par un parasite nommé Toxoplasma gondii. Non contagieuse, elle reste le plus souvent bénigne et asymptomatique. Toutefois, elle peut causer des complications parfois graves chez :

les patients souffrant d’immunodépression ;
les fœtus des femmes enceintes n’ayant pas été au contact du parasite avant leur grossesse.

Les Amibes

L’amibiase est provoquée par l’amibe Entamoeba histolytica, parasite spécifique de l’homme. Il s’agit d’un protozoaire qui peut s’entourer d’une fine coque pour former un kyste de quelques microns de diamètre. Lorsque ces kystes sont ingérés, ils germent dans l’intestin grêle pour donner lieu à la forme végétative, les trophozoïtes, qui gagnent le gros intestin, y prolifèrent et se re-enkystent. C’est sous cette forme, plus résistante, que E. histolytica est rejeté dans les matières fécales et est susceptible de contaminer d’autres personnes. 

La gale

 Il s'agit d'une affection contagieuse bénigne (sans gravité), qui se transmet par le contact et dont le principal symptôme chez l'homme est la démangeaison.
Maladie infectieuse de la peau causée par un parasite de type acarien microscopique, le sarcopte (Sarcoptes scabiei)

Caractéristiques des prions

Un prion est un type d’agent pathogène de nature protéique (constitué d’une protéine ayant adopté une conformation ou un repliement anormal) qui au contraire des agents infectieux conventionnels tels que les virus, les bactéries ou encore les parasites, est exempt d’acide nucléique (ADN et ARN) comme support de l’information infectieuse. 

Les différentes formes de maladies à prions

Il existe trois grandes formes de maladies à prions :

les formes acquises, qui s'acquièrent par contamination ;
les formes sporadiques, qui apparaissent spontanément ;
les formes génétiques, qui sont héréditaires.

Les caractéristiques du système immunitaire

Le système immunitaire d'un organisme est un système biologique constitué d'un ensemble coordonné d'éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le « soi » du « non-soi ». Il est hérité à la naissance, mais autonome, adaptatif et doué d'une grande plasticité, il évolue ensuite au gré des contacts qu'il a avec des microbes ou substances environnementales étrangères au corps

L’immunité non spécifique : réaction inflammatoire

La réaction inflammatoire donne des symptômes qui sont causés par la libération de médiateurs chimiques. C'est l'histamine qui est le plus actif dans l'inflammation. Libéré par des mastocytes situés dans le tissu conjonctif, il va provoquer la dilatation des vaisseaux. Les quatre signes de l'inflammation sont : rougeur, chaleur, douleur et œdème.

Mécanismes de défense moins-spécifique (innée)

Barrières physiques
La peau est le premier, le plus grand et le plus important élément du système de défense : il prévient l'entrée de la plupart des corps étrangers. Les personnes qui perdent trop de peau, par brûlure par exemple, risquent de succomber à des infections. Pour éviter cela, elles sont placées dans des chambres hospitalières maintenues aussi stériles que possible.
Les muqueuses (ou tissus continus) qui recouvrent les voies oro-pharyngiennes et digestives, les voies respiratoires et urogénitales constituent également une barrière physique. Les cellules très étroitement juxtaposées sont imperméables à la plupart des agents infectieux. En surface de certaines muqueuses, un film de mucus animé par les battements de cils vibratiles permet de fixer, enrober puis évacuer vers l'extérieur la plupart des particules ou êtres vivants intrus.
Les cellules possèdent divers systèmes « passifs » de défense chimiques et biochimiques (enzymes, acides gras, acide lactique, pH du corps, etc.).
La peau et les muqueuses sont recouvertes d'une flore bactérienne dite « normale » qui protège, souvent par concurrence, des micro-organismes pathogènes.
Les muqueuses (ou tissus continus) qui recouvrent les voies oro-pharyngiennes et digestives, les voies respiratoires et urogénitales constituent également une barrière physique. Les cellules très étroitement juxtaposées sont imperméables à la plupart des agents infectieux. En surface de certaines muqueuses, un film de mucus animé par les battements de cils vibratiles permet de fixer, enrober puis évacuer vers l'extérieur la plupart des particules ou êtres vivants intrus.
Les cellules possèdent divers systèmes « passifs » de défense chimiques et biochimiques (enzymes, acides gras, acide lactique, pH du corps, etc.).
La peau et les muqueuses sont recouvertes d'une flore bactérienne dite « normale » qui protège, souvent par concurrence, des micro-organismes pathogènes.

Retrouver l'ensemble du cours Infectiologies & Hygiènes dans notre programme ESI je valide le semestre 1

Esi valider le semestre 1

Objectifs du tutoriel:

  • Décrire et exécuter le processus de ponction veineuse, notamment:

    1. Vêtements et équipements de protection appropriés

    2. Assurer le confort du patient

    3. Procédures appropriées d'identification des patients.

    4. Sélection et utilisation appropriées de l'équipement.

    5. Procédures d'étiquetage appropriées et exécution des demandes de laboratoire.

    6. Ordre de tirage pour le prélèvement à tubes multiples.

    7. Sites d'accès veineux préférés, et facteurs à prendre en compte dans la sélection du site, et capacité à différencier la sensation d'une veine, d'un tendon et d'une artère.

    8. Soins aux patients après la fin de la ponction veineuse.

    9. Procédures de sécurité et de contrôle des infections.

    10. Problèmes d'assurance qualité.

  • Identifier les considérations relatives à l'additif, à la fonction additive, au volume et à l'échantillon à suivre pour chacun des différents tubes à code couleur.

  • Énumérez six domaines à éviter lors de la ponction veineuse et les raisons des restrictions.

  • Résumez les problèmes qui peuvent être rencontrés lors de l'accès à une veine, y compris la procédure à suivre lorsqu'un échantillon n'est pas obtenu.

  • Énumérez plusieurs effets de l'exercice, de la posture et de l'application de garrot sur les valeurs de laboratoire.

PROCÉDURE 

  • La procédure de ponction veineuse est complexe, nécessitant à la fois des connaissances et des compétences. 

    Plusieurs étapes essentielles sont nécessaires pour chaque procédure de collecte réussie:

    1. Confort du patient. Le siège est-il confortable et le patient a-t-il été assis pendant au moins 5 minutes pour éviter d'être précipité ou confus?

    2. Effectuer une hygiène des mains avant et après chaque intervention du patient, avant de mettre et après avoir enlevé les gants.

    3. Identifiez le patient à l'aide de deux identifiants différents, en posant des questions ouvertes telles que "Quel est votre nom?" et "Quelle est votre date de naissance?"

    4. Évaluer la disposition physique du patient (c.-à-d. Régime alimentaire, exercice, stress, état basal).

    5. Vérifiez le formulaire de demande pour les tests demandés, les informations sur le patient et toute exigence particulière.

    6. Étiquetez les tubes de prélèvement au chevet ou dans la zone de dessin.

    7. Sélectionnez un site approprié pour la ponction veineuse.

    8. Préparez l'équipement, le patient et le site de ponction.

    9. Effectuer la ponction veineuse en collectant le ou les échantillons dans le ou les récipients appropriés.

    10. Reconnaissez les complications associées à la procédure de phlébotomie.

    11. Évaluer la nécessité de récupérer et / ou de rejeter l'échantillon.

    12. Envoyez rapidement les échantillons avec la demande au laboratoire.

      BON DE COMMANDE

    13. Un formulaire de demande doit accompagner chaque échantillon soumis au laboratoire. Ce formulaire de demande doit contenir les informations appropriées afin de traiter le spécimen. Les éléments essentiels du formulaire de demande sont:

    14. Nom, prénom et initiale du deuxième prénom du patient.

    15. Numéro d'identification du patient.

    16. Date de naissance et sexe du patient.

    17.  
       
    18. Nom complet du médecin demandeur.

    19. Source du spécimen. Ces informations doivent être fournies lors d'une demande de microbiologie, de cytologie, d'analyse de fluide ou d'autres tests où l'analyse et le rapport sont spécifiques au site.

    20. Date et heure de la collecte.

    21. Initiales de phlébotomiste.

    22. Indiquant le (s) test (s) demandé (s).

ÉTIQUETAGE DE L'ÉCHANTILLON

  1. Un échantillon correctement étiqueté est essentiel pour que les résultats du test correspondent au patient. Les éléments clés de l'étiquetage sont:

    • Nom de famille du patient, premier et milieu.

    • Numéro d'identification du patient.

    • REMARQUE: Les deux éléments ci-dessus DOIVENT correspondre au même sur le formulaire de demande.

    • La date, l'heure et les initiales du phlébotomiste doivent figurer sur l'étiquette de CHAQUE tube.L

    • systèmes automatisés peuvent inclure des étiquettes avec des codes à barres.

  2. Des exemples de tubes de prélèvement étiquetés sont présentés ci-dessous:

Extrait du cours prélèvement sanguins contenu dans 

ESi je valide le semestre 1 catégorie infectiologie et hygiène?

Les mesures d'isolement ont pour objectif d'établir des barrières à la transmission de micro-organismes d'un patient à un autre patient, d'un patient à un personnel soignant, d'un personnel soignant à un patient ou encore de l'environnement au patient.

L'isolement septique a pour but de faire barrière à la diffusion d'un agent infectieux, connu ou présumé, à partir d'un patient ou de son environnement immédiat. L'isolement protecteur a pour but d'éviter la transmission de tout agent potentiellement infectieux issu de l'environnement, d'autres patients ou des membres du personnel à des patients immuno-déprimés.

Dans tous les cas et quels que soient les patients et leur statut infectieux, il convient d'appliquer les précautions standard et les mesures d'hygiène de base.

Des précautions particulières sont à mettre en oeuvre dans certaines situations en complément des précautions standard .Ces mesures d'isolement sont définies en fonction de la nature de l'agent infectieux, de sa localisation, de ses modes de dissémination et des caractéristiques des éventuels patients ou personnels à protéger. Ces mesures portent essentiellement sur l'isolement géographique (chambre seule ou regroupement des patients) et sur l'isolement technique hygiène des mains, port de tenue de protection, gestion du matériel, des déchets, des excréta et du linge et maîtrise de l'environnement du patient).

Les précautions  standard  sont à mettre en oeuvre des l'entrée des patients et durant toute la durée de leur hospitalisation. Les précautions particulières sont mises en place dés leur prescription médicale.

Les précautions complémentaires d'hygiène

Ces précautions sont mises en œuvre sur prescription médicale dès l’apparition de tableaux cliniques évocateurs et lors de l’identification de certains micro-organismes.

Ces précautions sont basées sur le mode de transmission des micro-organismes.

Les précautions air et gouttelettes sont nécessaires pour les micro-organismes transmis selon un mode air ou gouttelettes.

Les précautions contact peuvent être indiquées pour des résidents porteurs de micro-organismes transmis par contact direct ou indirect à fort pouvoir de dissémination ou préoccupants sur le plan épidémiologique.

En complément des précautions standard 

Transmission (précaution) air

Définition : Transmission à distance de germes par de fines particules de taille inférieure à 5 μ (dropplet nucleï, poussières) et qui restent en suspension

Mesures techniques

  • Porter un masque respiratoire spécifique type FFP avant d’entrer dans la chambre
  • Aérer la chambre plusieurs fois par jour

Mesures géographiques

  • Chambre individuelle obligatoire • Porte fermée
  • Limitation maximale des visites (port de masque type FFP pour les visiteurs)

Transmission (précaution) gouttelettes

Définition :Transmission à moins d'un mètre de micro-organismes par des sécrétions oro-trachéo-bronchiques de taille supérieure à 5 μ (salive, sécrétions des voies aériennes supérieures, éternuements, toux)

Mesures techniques

  • Porter un masque chirurgical ou masque de soins à proximité du résident (<1m) et pour les soins directs
  • Réaliser une friction ou un lavage simple suivi d’une friction en cas de mains souillées en fin de prise en charge du résident

Mesures géographiques

  • Hygiène des mains et port de masque par le résident lorsque il se déplace
  • Isolement géographique en cas d’épidémie et à discuter au cas par cas en fonction de l’évaluation du risque de transmission
  • Information et hygiène des mains des visiteurs


Transmission (précaution) contact 

Définition:Transmission de micro-organismes par l'intermédiaire du contact (surface des mains, de la tenue, du linge, environnement

Mesures techniques

  • Porter un tablier à usage unique lors des soins directs au résident
  • Privilégier le matériel dédié au résident
  • Réaliser une friction, ou un lavage simple suivi d’une friction en cas de mains souillées, après tout contact avec le résident ou son environnement proche et en fin de prise en charge du résident

Mesures géographiques

  • Hygiène des mains du résident lorsque il se déplace
  • Changement des protections et réfection des pansements lors des déplacements
  • Isolement géographique : à discuter au cas par cas en fonction de l’évaluation du risque de transmission et en cas d’épidémie
  • Information et hygiène des mains des visiteurs

Dans tous les cas, assurer l’identification des résidents par une signalisation adaptée et respecter les procédures de l’établissement concernant la gestion de la vaisselle, du linge, des déchets et le bionettoyage. Dans la plupart des situations, le portage d’une bactérie multirésistante aux antibiotiques ne justifie pas de la mise en place de précautions complémentaires de type géographique.

Gisèle cabre 

Formatrice IFSI

Source : https://nosobase.chu-lyon.fr/recommandations/Ministere/isolement.pdf

Les micro-organismes capables de provoquer des maladies infectieuses sont tout autour de nous. Ils peuvent même être trouvés sur des choses et des endroits que nous pensons être les plus propres. Si notre système immunitaire chute, ces agents pathogènes peuvent pénétrer dans notre système et provoquer des maladies graves. Cependant, le lavage des mains permet d'éviter la transmission de ces microbes nocifs.

Le lavage des mains est le fait de se laver les mains avec l'utilisation de tout liquide avec ou sans savon dans le but d'éliminer la saleté ou les micro-organismes. C'est la mesure la plus efficace pour réduire le risque de transmission de maladies infectieuses.

On ne peut pas dire trop souvent que le lavage des mains est la technique la plus importante et la plus fondamentale pour prévenir et contrôler les infections. C'est la mesure de prévention des infections la plus efficace .

Le lavage des mains est sous l'égide de l' hygiène des mains . L’Organisation mondiale de la santé définit l’hygiène des mains comme un terme général qui s’applique au lavage des mains, au lavage antiseptique des mains, au désinfectant antiseptique pour les mains ou à l’antisepsie chirurgicale des mains.

Pour mieux comprendre  familiarisez-vous avec les termes utilisés:

  • Hygiène des mains. C'est un terme général qui s'applique au lavage des mains, au lavage antiseptique des mains, au désinfectant antiseptique pour les mains ou à l'antisepsie chirurgicale des mains.
  • Lavage des mains.  Il est défini comme le lavage des mains avec du savon et de l'eau ordinaire (c'est-à-dire non antimicrobien).
  • Lavage Antiseptique. Un terme qui s'applique au lavage des mains avec un savon antimicrobien et de l'eau.
  • Antisepsie chirurgicale des mains. Cela permet de retirer autant de micro-organismes des mains que possible avant la procédure stérile.

Les concepts

Principes et concepts relatifs à l'hygiène des mains:

  • Vous devez utiliser de l'eau courante dans un évier .
  • Vous pouvez utiliser du savon - savon antibactérien si nécessaire.
  • Vous devez vous frotter les mains les unes contre les autres pendant au moins 30 secondes pour faciliter le retrait des micro-organismes.
  • Les ongles longs et les bijoux piègent les germes. Il est préférable de garder les ongles courts. Si vous portez une bague, il est préférable de la retirer 
  • Il est toujours préférable d'utiliser des serviettes en papier jetables que d'utiliser une serviette en tissu pour sécher les mains afin de ne pouvoir les utiliser qu'une seule fois.
  • Le robinet est toujours considéré comme sale et il est recommandé de fermeravec une serviette en papier en l’absence du capteur ou idéalement d'une pédale .
  • Les distributeurs de savon doivent être utilisés jusqu'à ce qu'ils soient complètement vides. Une fois vidé, il faut le laver avant de le remplir à nouveau.

Les objectifs de l'hygiène des mains sont les suivants:

  • Le lavage des mains peut prévenir l'infection
  • Eviter les microorganismes pathogènes et éviter de les transmettre

>Types d'hygiène des mains

Voici les types d’hygiène des mains:

  • Lavage manuel Utilisation d'eau et de savon non antimicrobien dans le but d'éliminer les microorganismes transitoires.
  • Lavage des mains antiseptique. Utilisation d'eau et de savon antimicrobien (p. Ex. Chlorhexidine, iode et iodophors, chloroxylénol [PCMX], triclosan) dans le but d'éliminer ou de détruire des microorganismes transitoires et de réduire la flore résidente.
  • Antiseptique Utilisation de solution à base d'alcool.
  • Antisepsie chirurgicale. Utilisation d'eau et de savon antimicrobien (p. Ex. Chlorhexidine, iode et iodophors, chloroxylénol [PCMX], triclosan) dans le but d'éliminer ou de détruire des microorganismes transitoires et de réduire la flore résidente. La durée recommandée est de 2 à 6 minutes.

>Indicateurs d'hygiène des mains

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il existe cinq moments pour l'hygiène des mains:

  1. Avant le contact avec le patient.
  2. Avant et tâche antiseptique.
  3. Risque après exposition aux fluides corporels.
  4. Après contact avec le patient.
  5. Après contact avec l'environement du patient.

Les matériaux ou équipements suivants sont nécessaires pour effectuer le lavage des mains:

Savon ou détergent

Eau courante

Serviettes en papier

Solution hydro alcoolique

En option: nettoyant antiseptique, brosse pour les ongles, bâton de cuticule en plastique

 

>Friction Antiseptique 

L'utilisation de solution à base d'alcool.

1. Assurez-vous que les bijoux ont été enlevés

2. Appliquez une quantité de produit d'hygiène pour les mains à base d'alcool conformément aux recommandations du fabricant dans la main en forme de coupe.

3. Frottez les mains paume à paume

4. Paume droite sur le dos gauche avec les doigts entrelacés et vice versa.

5. Paume à paume avec les doigts entrelacés

6. Dos des doigts aux paumes opposées avec les doigts entrelacés

7. Frottement en rotation du pouce gauche joint dans la paume droite et vice versa

8. Frottement en rotation, en avant et en arrière avec les doigts serrés de la main droite dans la 
paume gauche et vice versa

9. Se frotter les mains jusqu'à ce que les mains soient sèches avant de poursuivre les soins, ne pas enlever le produit en excès

Lavage Antiseptique

Aussi connu comme technique propre, comprend les procédures utilisées pour réduire le nombre d'organismes sur les mains.

1. Rassemblez les fournitures nécessaires. Tenez-vous devant l'évier.

2. Mouillez les mains et la zone du poignet. Gardez les mains plus basses que les coudes pour permettre à l'eau de s'écouler vers le bout des doigts.

3. Couvrez toutes les zones des mains avec du savon.

4. Avec un frottement ferme et des mouvements circulaires, lavez les paumes et le dos des mains, de chaque doigt, des jointures, des poignets et des avant-bras. Continuez ce mouvement de friction pendant 30 secondes.

5. Rincer abondamment avec de l'eau qui coule vers le bout des doigts.

6. Séchez les mains en commençant par les doigts et en remontant vers les avant-bras avec une serviette en papier et jetez-les immédiatement.

7. En l'absence de capteurs ou de pédale, utilisez une autre serviette en papier propre pour éteindre le robinet.

Antisepsie chirurgicale

Aussi connu sous le nom de technique stérile, empêche la contamination d'une plaie ouverte, sert à isoler la zone opératoire de l'environnement non stérile et maintient un champ stérile pour la chirurgie .

1. Retirez tous les bijoux.

2. Mouillez-vous les mains avec de l'eau stérile et de l'eau au plus près de votre température corporelle.

3. Se laver les mains avec un savon antimicrobien et / ou de la povidone-iode.

4. Nettoyez les zones sous-cutanées avec une lime à ongles .

5. Frotter chaque côté de chaque doigt entre les doigts et le dos et le front des mains pendant au moins 4 minutes.

6. Continuez à frotter les mains, en gardant toujours la main plus haute que le bras pour éviter que l'eau et le savon chargés de bactéries ne contaminent les mains.

7. Rincer les mains et les bras en les faisant passer dans l’eau courante dans une seule direction, du bout des doigts au coude.

8. Passez à la salle d'opération en tenant les mains au-dessus des coudes.

9. Sécher les mains et les bras avec une serviette stérile en observant la technique aseptique.

Bon à savoir

  • Le lavage des mains est le fait de se laver les mains avec l'utilisation de tout liquide avec ou sans savon dans le but d'éliminer la saleté ou les micro-organismes. C'est la mesure la plus efficace pour réduire le risque de transmission de maladies infectieuses.??
  • Dans le lavage des mains, nous essayons de réduire ou d'éliminer les microorganismes, notamment les virus, les bactéries et les champignons
  • Il existe deux types de flore normale: transitoire et résident. La flore transitoire est une flore normale qu'une personne prend en contact avec des objets ou une autre personne (par exemple, lorsque vous touchez un pansement souillé). Vous pouvez les enlever avec le lavage des mains. La flore résidente vit profondément dans les couches cutanées où elle vit et se multiplie sans danger. Ils sont des habitants permanents de la peau et ne peuvent généralement pas être enlevés lors du lavage des mains. Retirer tous les micro-organismes de la peau (stérilisation) n'est pas possible sans endommager les tissus cutanés. Pour vivre et prospérer chez les humains, les microbes doivent pouvoir utiliser l'équilibre précis des aliments, de l'humidité, des nutriments, des électrolytes, du pH, de la température et de la lumière. La nourriture, l'eau et le sol qui fournissent ces conditions peuvent servir de réservoirs non vivants.

  • L'asepsie médicale ou la technique stérile comprend des procédures utilisées pour réduire le nombre d'organismes sur les mains.

  • La technique stérile empêche la contamination d'une plaie ouverte, sert à isoler la zone opératoire de l'environnement non stérile et maintient un champ stérile pour la chirurgie.

 

Autres exercices Infectiologie et hygiène sur :

Élèves en soins infirmiers valider le semestre 1?

200 Exercices avec corrigés

Faire un essai

Gisèle Cabre

Formatrice IFSI

Rédaction : soignantenehpad.fr

Date de dernière mise à jour : 16/03/2022

  • 11 votes. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam