Communiquer avec les enfants

Tables des matières

Présentation 
Les aspects clés de la communication 
Communication verbale 
Communication non verbale 
La capacité de l'enfant à communiquer 
Stade 1: l'enfant sensori-moteur (de la naissance à 2 ans) 
Étape 2: l'enfant préopératoire (2 à 7 ans) 
Étape 3: L'enfant opérationnel concret (7–11 ans) 
Étape 4: l'enfant opérationnel formel (11 à 18 ans) 
Communication créative 
Facteurs qui nuisent à la communication 
Communication écrite 
Que se passe-t-il lorsque la communication échoue?
Communication avec les enfants ayant des besoins supplémentaires 

La communication consiste à donner ou à échanger des informations, des idées ou des sentiments. C'est un processus bidirectionnel où une personne envoie un message à une autre qui le reçoit. Puisque les compétences de communication sont acquises dès la petite enfance, le praticien peut se sentir compétent dans ce domaine sans approfondir le sujet. Cependant, une mauvaise communication est à la base de nombreuses plaintes formelles concernant les soins de santé Commission pour l'audit et l'inspection des soins de santé et le travail avec l'enfant pose souvent des défis particuliers liés à la capacité de l'enfant à comprendre les informations et à exprimer ses préoccupations. Le praticien doit s'assurer que les besoins linguistiques et de communication des enfants dont il a la charge sont satisfaits d'une manière que l'enfant peut comprendre. Cette exigence est une caractéristique centrale des «grappes de soins essentiels» . Par conséquent, ce chapitre se concentrera sur les compétences interpersonnelles nécessaires pour travailler efficacement avec les enfants.
 
Des compétences interpersonnelles efficaces garantissent non seulement que les praticiens s'acquittent de leurs responsabilités professionnelles; ils assurent de nombreux avantages pour l'enfant. Dans n'importe quel contexte, un communicateur qualifié donne à l'enfant un modèle de rôle qui facilite sa socialisation, sa capacité à communiquer avec les autres et à travailler en collaboration en groupe . Une communication compétente devrait permettre au praticien de reconnaître à un stade précoce lorsque l'enfant ne se sent pas bien, a un retard de développement ou développe un handicap, et faciliter les interventions pour minimiser la gravité et les complications .
 
Lorsque l'enfant ne se sent pas bien, le praticien peut l'aider à comprendre sa maladie, lui permettre de faire face à tout traitement qui en résulte (Scott et al 2007), d'adhérer à un régime thérapeutique et, le cas échéant, d'aider à une sortie précoce et la prestation de soins à domicile . Dans certains cas, le praticien peut faciliter la discussion sur des problèmes qui affectent la santé du jeune ou qui causent des inquiétudes, mais ne peuvent être discutés avec les parents ou les tuteurs pour une raison quelconque .

LES ASPECTS CLÉS DE LA COMMUNICATION
La communication interpersonnelle a des composantes verbales et non verbales. Le praticien doit réfléchir attentivement aux deux aspects afin de fournir une communication efficace et sensible.
 
COMMUNICATION VERBALE
La communication verbale est l'utilisation de mots, parlés ou signés, pour transmettre des informations.
 
Les praticiens sont beaucoup plus susceptibles de donner des informations aux parents qu'aux enfants (Pantell et al 1982), mais ils doivent garder à l'esprit que l'enfant est leur patient. L'intérêt supérieur de l'enfant doit passer en premier ( Children's Act 1989 ), il est donc important que le praticien établisse une relation de travail confortable avec l'enfant. La plupart des enfants trouveraient angoissant et angoissant d'être ignorés par quelqu'un qui pourrait alors les soumettre à des soins embarrassants ou physiques intrusifs. Une telle détresse peut amener l'enfant à résister à la prestation de soins et / ou le laisser avec des angoisses, des phobies et des problèmes de comportement ( rapport Platt 1959 ). Cela peut réduire la capacité ou le désir de l'enfant de coopérer avec les prestataires de soins de santé à l'avenir.
 
Le praticien efficace doit:
 
Commencer l'interaction
dans un environnement chaleureux et confortable qui permettra à l'enfant de se détendre rapidement dans son environnement. Donner des jouets et des jeux adaptés à son âge facilite souvent ce processus, mais évite d'utiliser les jeux électroniques, la radio ou la télévision, car l'enfant peut être absorbé par de telles activités et sera difficile à pratiquer. Lorsque le praticien est inconnu de l'enfant, il doit se présenter et établir le nom préféré de l'enfant. Le praticien doit toujours expliquer ce dont on va parler et / ou ce qui va se passer. Jamieson (2006) suggère que les jeunes enfants ont souvent une meilleure compréhension de ce qui leur est dit qu'on ne le pense parce que la compréhension du langage dépasse généralement la capacité de verbaliser les pensées. Cependant, les enfants anxieux, malades ou ayant une faible capacité de concentration peuvent être difficiles à engager dans une interaction significative. Alors,
 
Au départ, il peut être utile de se concentrer sur le parent, laissant l'enfant détendu et orienté. L'enfant qui regarde trouvera généralement cette interaction rassurante et un signal qu'il peut participer en toute sécurité lorsqu'il est invité à le faire (Hockenberry & Wilson 2007).
 
Une fois que le praticien commence à parler à l'enfant, il est généralement utile de passer du problème le moins privé ou intrusif à des sujets plus sensibles ou à des soins intimes (Duderstadt 2006). Le pratiquant doit avoir l'air calme, confiant et sans hâte.
 
Collecter des informations
en utilisant un certain nombre de techniques, y compris la mesure et l'observation, mais la composante orale doit donner à l'enfant la possibilité de donner son opinion et de clarifier ses attentes (Carter 2007).
 
L'utilisation de questions est une méthode courante pour montrer de l'intérêt, obtenir le consentement pour la prestation des soins et étendre ou collecter des informations (encadré 2.1). Il existe de nombreux types de questions, mais le praticien travaillant avec des enfants peut trouver trois types de questions qui sont les plus utiles:
 
• Les questions ouvertes sont des requêtes générales qui indiquent à l'enfant qu'il n'y a pas de «mauvaise réponse». Ils encouragent la description et ne sont pas menaçants (Hockenberry et Wilson 2007). Ils donnent à l'enfant la possibilité de décider de la quantité d'informations à transmettre à quelqu'un, à sa manière et à son rythme ( Thomas & Monaghan 2007 ). Ils peuvent souvent fournir au praticien une compréhension globale des capacités, des besoins et des inquiétudes de l'enfant.
• Les questions marquées font une suggestion et permettent à la personne qui répond de donner son avis (Schuster 2000).
• Les questions fermées sont des demandes ciblées qui ne permettent pas ou n'encouragent pas la discussion. Souvent, la seule réponse requise est «oui» ou «non». Ils sont souvent utilisés là où le choix est limité, lorsque des informations factuelles sont requises ou lorsque la situation est urgente.
 
ENCADRÉ 2.1 Différents types de questions
 
Questions ouvertes
 
image Quels sont vos plats préférés?
image Comment votre médicament vous a-t-il fait ressentir?
image Pouvez-vous me décrire votre douleur?
image Pouvez-vous me parler de vos amis à l'école?
Questions fermées
 
image Mangez-vous beaucoup de chocolat?
image Votre médicament vous a-t-il aidé à vous sentir mieux?
image As-tu mal?
image Êtes-vous victime d'intimidation à l'école?
Marquer les questions
 
image J'aime le chocolat, n'est-ce pas?
image Calpol guérit un mal de tête, n'est-ce pas?
image L'école est un bon endroit pour se faire des amis, n'est-ce pas?
Obtenez une concentration
qui peut être établi à l'aide de phrases directionnelles. Ces commentaires mettent en évidence quelque chose que l'enfant a dit et leur dit que plus d'informations seraient bénéfiques (Schuster 2000), par exemple «Vous avez dit que vous n'aimez pas utiliser les toilettes de l'école, pourquoi? ou «Pouvez-vous m'en dire plus sur votre école. À quoi ressemblent les toilettes? ».
 
Essayez d'assurer une compréhension commune
sur le but de toute interaction. Il a été démontré que les enfants et les praticiens avaient des conclusions différentes sur le rôle de la communication et une résolution satisfaisante de la discussion. Les praticiens considèrent souvent le soutien émotionnel et l'intervention thérapeutique comme l'élément le plus important de leur rôle tandis que l'enfant accorde de l'importance au soutien pratique et s'attend à ce que le professionnel veille à ce que ses souhaits soient satisfaits (Macleod 2006). Ignorer ces attentes différentes peut nuire à la relation enfant / praticien.
 
Utilisez des commentaires et des compliments de soutien
à laquelle les enfants répondent souvent et donnent des commentaires constructifs. Les informations ainsi données leur permettent de savoir quand ils vont bien (Csoti 2001). Cette technique leur permet de ressentir un sentiment d'approbation et de validation pour les actions appropriées, par exemple «C'est vraiment bien de vous voir choisir l'option d'aliments sains du menu». Il est souvent plus efficace que critique ( Green 2000 ).
 
Soulignez les points importants,
car les enfants manquent souvent d'expérience pour savoir ce qui est le plus pertinent et le plus approprié. Quand quelque chose est important, il faut leur dire (Green 2001). Utilisez des expressions telles que «ceci est vraiment important»; «vous devez toujours vous souvenir de…».
 
Des récompenses tangibles
renforcer la rétroaction positive, les efforts et l'engagement gratifiants. Des certificats de bravoure, des badges et des aimants pour réfrigérateur peuvent être offerts (Green 2000).
 
Utilisez le silence,
Utilisez le silence avec parcimonie, car il peut donner à l'enfant le temps d'organiser ses pensées, de décrire ses sentiments et / ou de formuler des questions. Le pratiquant doit s'asseoir tranquillement en laissant l'enfant prendre les devants. Cependant, le silence ne doit pas devenir oppressant ou menaçant . Le praticien doit reconnaître quand le silence de l'enfant est un signe qu'il ne veut pas du tout parler. Les enfants peuvent avoir du mal à expliquer leur inconfort ou avoir l'impression qu'il est impoli d'exprimer leur préférence. En général, les enfants sont censés répondre aux priorités des adultes. Les signes que le silence est contre-productif peuvent inclure que l'enfant bouge, change de sujet ou introduit une distraction. Ils peuvent avoir l'air ennuyés. Les enfants plus âgés peuvent regarder leur montre ou une horloge .
 
Terminez clairement l'interaction
pour dire à l'enfant que la discussion est terminée. Mais assurez-vous que les questions de l'enfant ont été répondues; répéter tout ce dont ils ne sont pas sûrs, récapituler les décisions prises et les actions à entreprendre .
 
Assurer la cohérence des informations
et notez ce dont l'enfant a été informé ou dont il a parlé. Cela permet aux autres membres de l'équipe de s'assurer que leurs informations / conseils sont cohérents.

LA COMMUNICATION NON VERBALE
Il s'agit d'une forme de communication sans mots, même si elle inclut des expressions vocales telles que le ton, la hauteur et le rythme de la parole . L'expression faciale, les gestes de la main, la position du corps et le mouvement contribuent à cet aspect de la communicati suggère que ces actions non verbales véhiculent environ 80% de tout message.
 
Les enfants apprennent les techniques non verbales plus rapidement que la parole (Bruce 2006). Les jeunes enfants peuvent utiliser des signaux non verbaux pour démontrer nombre de leurs besoins et pour interpréter les intentions et les comportements des autres. Cette discussion présente certaines des principales caractéristiques des techniques non verbales, mais des lectures complémentaires seront nécessaires pour la pratique d'expert, en particulier lorsque l'on travaille avec des enfants issus de minorités ethniques. Certains signaux non verbaux varient dans leur signification entre les cultures .
 
Le praticien doit examiner attentivement ces aspects de sa technique de communication pour s'assurer que le message non verbal véhiculé est cohérent avec son discours et avec ce qui arrive à l'enfant.
 
Expression faciale
permet à la plupart des individus de surveiller les sentiments et les humeurs des autres. Il transmet probablement à l'enfant les informations les plus non verbales (Schuster 2000). Par conséquent, il est important que le praticien ait l'air calme, accessible et détendu. Ils devraient essayer de s'assurer que les expressions de choc, d'inquiétude et d'inconfort ne sont pas évidentes, même dans des situations difficiles ou difficiles.
 
Regard -
en général, nous regardons la personne qui nous parle, détournons le regard lorsque nous commençons à parler, puis nous regardons à nouveau lorsque nous sommes sur le point d'arrêter de parler . Cela signale à l'autre personne que nous sommes prêts à l'écouter. Ce modèle régule l'interaction sociale, signifiant l'intérêt et la convivialité. Même les jeunes bébés montreront ce modèle de contact visuel . Cependant, les enfants peuvent éviter le contact visuel s'ils sont timides ou mal à l'aise. Le praticien doit essayer de retarder la conversation jusqu'à ce que l'enfant se détende.
 
Écoute active
démontre que le pratiquant s'intéresse à ce que dit l'enfant. Il faut se concentrer sur les messages verbaux et non verbaux que l'enfant donne . Le praticien peut démontrer qu'il écoute en maintenant un contact visuel et en hochant la tête. Ils peuvent utiliser de brèves invites, par exemple «mmm» et «uh-huh» ou des commentaires réfléchis . Cela implique de répéter quelques mots de l'enfant, par exemple «j'ai mal au ventre et je veux un médicament» devient «un médicament?».
Sophie chartier Puéricultrice Puéricultrice « formatrice terrain »

Date de dernière mise à jour : 20/03/2021

  • 1 vote. Moyenne 2 sur 5.

Ajouter un commentaire

Anti-spam