Préparation de l'enfant en vue d'une intervention

Chaque année, plus dizaines de milliers d'enfants subissent des interventions chirurgicales.

1 Le processus périopératoire peut être stressant pour les enfants, leurs parents et auxiliaire de puériculture et puéricultrice qui s'occupent d'eux. Les enfants peuvent éprouver de l'anxiété et de la peur à propos de la chirurgie, de la douleur, de la séparation des parents, d'un environnement inconnu, de l'inconnu, de la stimulation sensorielle désagréable et de la perte d'autonomie et de contrôle.

1 Les problèmes psychologiques peuvent persister pendant la période postopératoire avec une anxiété accrue, des troubles de l'alimentation et du sommeil, ainsi qu'une augmentation de la douleur et de l'utilisation d'analgésiques.

2 Les parents peuvent également éprouver de l'anxiété et des inquiétudes quant à la compétence du personnel, aux complications possibles et à la façon de soutenir leur enfant. La méconnaissance de l'environnement et des attentes de rôle ajoutent au stress des parents, et cette anxiété peut se transmettre à leurs enfants.

1 Les AP et IDE doivent avoir une compréhension de l'impact de la chirurgie sur les enfants et les familles pour aider à soulager le stress de cette période difficile. 

L'expérience passée d'un enfant avec le système de santé, en particulier si elle est perçue comme négative, peut avoir un impact sur les niveaux de stress actuels et la diffusion d'informations. Les experts recommandent que les enfants qui sont hospitalisé fréquemment l'hôpital reçoivent à la fois des informations sur les procédures et des instructions sur les capacités d'adaptation telles que les techniques de relaxation et de respiration. 

 

De plus, le stade de développement d'un enfant peut déterminer son niveau de compréhension et ses mécanismes d'adaptation concernant le processus périopératoire.

1 Une approche développementale appropriée de l'enfant est importante dans toutes les phases du processus chirurgical, ainsi que dans tous les aspects des soins postopératoires.

Les étapes mentales de développement de l'enfance ont été identifiées par Erik Erikson et Jean Piaget. Erikson a étudié l'impact des parents et de la société sur la personnalité d'un enfant. Piaget a déterminé que les enfants découvrent le monde qui les entoure grâce à leurs propres actions et explorations.

 

Les tranches d'âge identifiées dans les sections suivantes sont approximatives. Tous les enfants n'atteignent pas les étapes du développement au même âge. Par conséquent, le stade de développement, à la fois émotionnel et cognitif, devrait guider l'infirmière dans la préparation des enfants et des familles au processus chirurgical. 

 

Les nourrissons

Les nourrissons (de la naissance à 1 an) développent des relations basées sur la confiance et dépendent des parents et des soignants pour répondre à leurs besoins. La séparation des parents peut causer de la détresse, qui s'exprime principalement par les pleurs.

4 Encouragez les parents à rester avec l'enfant le plus longtemps possible, car ils tirent du réconfort de visages et de voix familiers. Encouragez les parents à apporter un objet de sécurité comme une couverture ou un animal en peluche pour aider à apaiser l'enfant lorsqu'il est séparé de ses parents.

3 Réunissez l'enfant avec ses parents dès que possible après la procédure pour minimiser la détresse. Limitez le nombre d'aidants, si possible, car les étrangers provoquent également la peur. 

 

D'autres mesures de confort telles qu'une musique douce, une sucette, des câlins, des caresses douces ou des balançoires peuvent aider à calmer les nourrissons. Les nourrissons apprécient également les comptines et le jeu rythmique simple. La préparation à ce stade se concentre sur le parent en raison des capacités cognitives limitées de l'enfant. Informer les parents de la procédure et leur apporter un soutien; leur enfant sera probablement moins anxieux si les parents sont calmes. 

 

Les tout-petits

Les tout-petits (1 à 3 ans) diffèrent des nourrissons car ils commencent tout juste à gagner en autonomie en essayant de faire les choses par eux-mêmes. Il s'agit d'une période active avec de courtes durées d'attention. Bien que les compétences verbales soient limitées, ils comprennent plus qu'ils ne peuvent dire. 5 Donnez des explications simples et concrètes sur ce que l'enfant entendra, ressentira, sentira, goûtera et verra. Il n'est pas nécessaire de couvrir tous les détails de la chirurgie.

 

En général, la préparation doit être effectuée un jour ou deux avant la chirurgie à un niveau que l'enfant comprendra.

3 Les tout-petits ont une notion limitée du temps, alors utilisez des explications avec lesquelles l'enfant est familier. Par exemple, dites à l'enfant: «La chirurgie aura lieu avant le déjeuner». 

Des visages inconnus, des routines et des équipements effrayants peuvent causer du stress.  Encouragez les membres de la famille à apporter ses activités ou jouets préférés pour distraire l'enfant de l'ennui, des peurs et de la nouvelle routine. Les tout-petits ont peur de l'abandon; par conséquent, la séparation de la famille peut être extrêmement stressante.

Minimiser la séparation d'avec un parent peut renforcer la capacité d'un tout-petit à faire face à une situation stressante. Un jouet préféré, un animal en peluche ou une photographie que l'enfant peut tenir pendant qu'il va à la chirurgie peut offrir du réconfort. Les tout-petits peuvent parfois perdre temporairement des compétences nouvellement acquises telles que la marche ou l'apprentissage de la propreté.

Rassurez-vous que tout va bien et encouragez les membres de la famille à accepter et à vous soutenir. Il est important de répondre honnêtement aux questions sur la douleur et la séparation. Aussi, offrez des choix simples chaque fois que possible pour renforcer le sentiment d'indépendance et de contrôle du tout-petit.

Par exemple, laissez le tout-petit choisir son préféré parmi deux pansements adhésifs à utiliser après le retrait de la perfusion intraveineuse.

 

Enfants d'âge préscolaire

Les enfants d'âge préscolaire (3 à 5 ans) développent leur propre identité, sont très curieux et ont une imagination active. Les fantasmes et les idées fausses liés à la chirurgie sont courants. Offrez des explications et des descriptions simples, permettant à l'enfant de voir et de manipuler certains des équipements médicaux qui seront utilisés.

Bien que leur vocabulaire se développe rapidement, ils n'ont pas la pleine capacité de raisonner. Par conséquent, les explications sur une procédure doivent rester simples et réalistes, en se concentrant sur ce que l'enfant entendra, ressentira, sentira, goûtera et verra, ainsi que ce que l'enfant est censé faire. Démontrez avec des accessoires, des modèles et des images chaque fois que possible. Comme la conception du temps d'un enfant d'âge préscolaire est limitée, l'infirmière doit revoir et renforcer la séquence et la durée de tous les événements. Utilisez des concepts de temps avec lesquels l'enfant est familier: «L'opération prendra moins de temps que pour regarder un dessin animé».

La préparation chirurgicale à cette étape du développement est recommandée un jour ou deux à l'avance. 

 

Les enfants d'âge préscolaire fantasmes et peuvent penser que leur opération est une punition pour un mauvais comportement. Rassurez l'enfant qu'il n'est pas à blâmer et que la chirurgie consiste à réparer quelque chose de spécifique. Soyez honnête, surtout en ce qui concerne la séparation et la douleur potentielle. Jouer pendant la phase préopératoire peut aider à distraire les enfants en détresse. Comme pour tous les enfants, ce groupe d'âge bénéficiera d'un jouet familier, d'un animal en peluche ou d'une photographie. Offrez des choix dans la mesure du possible pour favoriser un sentiment de contrôle. 

Un exemple pourrait être le choix de préparations aromatisées pour les lèvres utilisées sur le masque d'anesthésie pour fournir un parfum plus agréable à l'enfant. Un autre choix pourrait être le type de transport à la chirurgie que l'enfant préférerait, comme marcher, monter dans un chariot ou être porté par l'infirmière.

 

Enfants d'âge scolaire

Les enfants d'âge scolaire (5 à 12 ans) consacrent l'essentiel de leur énergie à l'école et à leurs camarades. La maîtrise des compétences, des expériences et l'estime de soi sont des questions de plus en plus importantes pour ce groupe d'âge. Bien qu'ils soient toujours engagés dans une pensée imaginaire, ils sont capables de raisonner concrètement et logiquement et acquièrent une meilleure compréhension de la cause et de l'effet. Ils sont mieux à même de coopérer avec le traitement car ils peuvent réfléchir avant d'agir. 

 

Les enfants d'âge scolaire ont une conscience accrue des parties internes du corps et de la fonction corporelle. Ils sont également capables de comprendre une série d'actions et peuvent donc bénéficier de toutes les étapes impliquées dans le processus chirurgical.

La préparation doit commencer une semaine avant la chirurgie. Permettez à l'enfant d'âge scolaire de participer aux soins lorsque cela est possible. Par exemple, pour donner un sentiment de contrôle et encourager l'acceptation du traitement, demandez à l'enfant de l'aider à tenir le masque d'anesthésie. 

Proposez des choix lorsque cela est possible, par exemple en demandant: «Quel bras devons-nous utiliser pour mesurer votre tension artérielle?»

 

Offrez des explications simples sur les informations sensorielles et procédurales ainsi que sur ce que l'on attend de l'enfant. Lorsque vous commencez une perfusion intraveineuse, dites-lui que «votre travail consiste à maintenir votre bras très immobile». Essayez d'utiliser un langage précis, mais pas effrayant. Par exemple, «le médecin fera une petite ouverture» est moins effrayant que «le médecin fera une coupure». Soyez honnête si quelque chose vous fait mal. Lorsqu'on lui a demandé, l'infirmière peut répondre: «Certains enfants disent que cela ressemble à une pincée et certains enfants disent qu'ils ne ressentent rien du tout. Vous devrez me dire ce que vous ressentez. Ces enfants peuvent exprimer leurs sentiments avec des mots et avoir une meilleure compréhension du temps, de sorte que la séparation des parents a tendance à être moins problématique. 

 

Les enfants d'âge scolaire peuvent craindre que d'autres parties du corps soient blessées pendant l'opération. Donnez une explication simple de la partie du corps affectée par l'opération. Les contours du corps, les images ou les poupées peuvent être utiles.

Par exemple, peut évaluer rapidement la compréhension d'un site chirurgical d'un enfant en lui demandant de marquer le site sur la poupée. Toutes les idées fausses révélées peuvent alors être corrigées.

 

La peur de la mort est courante; l'expérience antérieure de l'enfant avec la maladie et la mort déterminera l'explication nécessaire pour se rassurer. Assurez-vous d'exprimer votre confiance au chirurgien et au personnel. 

 

Adolescents

À l'adolescence (12 à 18 ans), la pensée abstraite commence et les adolescents peuvent comprendre le fonctionnement du corps, la nature du problème et la raison de la chirurgie. Fournissez des explications honnêtes et détaillées sur le diagnostic et la nécessité d'une intervention chirurgicale, y compris ce que l'adolescent entendra, ressentira, sentira, goûtera et verra. Les adolescents veulent souvent connaître les résultats de la chirurgie et ce qui va se passer ensuite. Impliquez-les autant que possible dans les décisions concernant leur santé.

 

Les craintes courantes incluent le réveil pendant la procédure, la douleur et la possibilité de décès. Ils peuvent avoir besoin d'être rassurés quant à la capacité de leur fournisseur d'anesthésie et d'une explication qu'ils ne se réveilleront pas pendant la procédure mais se réveilleront ensuite. 

 

L'emplacement et l'étendue des cicatrices chirurgicales sont souvent une préoccupation majeure car les adolescents peuvent s'inquiéter de la façon dont la chirurgie affectera leur apparence. Si l'adolescent le souhaite, permettez-lui de voir tout changement après la procédure en utilisant des miroirs si nécessaire. Rassurez-vous que les changements sont temporaires si c'est vrai, mais si ce n'est pas le cas, soyez honnête.  Encouragez les parents à être disponibles pour parler après la procédure si l'adolescent le souhaite.

 

Les adolescents peuvent devenir peu coopératifs ou se retirer, alors accordez-leur autant d'indépendance que possible et faites-leur savoir ce que l'on attend d'eux. Offrir des occasions de faire des choix réalistes lorsque cela est possible peut aider à accroître leur sentiment d'indépendance. Par exemple, lorsque l'ado prêt à boire après l'opération, demandez quelle boisson ils préfèrent. 

 

Les auxiliaires de puériculture et puéricultrice doivent respecter le besoin d'intimité de l'adolescent. Frappez toujours à la porte ou annoncez votre présence avant d'ouvrir un rideau pour éviter de les embarrasser s'ils se déshabillent. Ce genre de courtoisie peut conduire à une coopération accrue. 

 

Pendant le contact préopératoire, encouragez la famille à emballer les articles de toilette, les vêtements et les pantoufles familiers de l'adolescent pour lui permettre de revenir à la normale pendant la phase postopératoire. Encouragez la famille à apporter le livre préféré de l'adolescent, des magazines, une recherche de mots, de la musique avec un casque ou un jeu vidéo portable pour aider à réduire l'anxiété. Planifiez des comportements d'adaptation utiles à l'avance, comme écouter de la musique ou imaginer un endroit préféré, et suggérez à la famille de planifier une activité préférée pour l'adolescent après l'opération.

Préparer les parents

Les processus de préparation préopératoire ont été affectés par les changements dans les systèmes de soins de santé et les contraintes économiques. Les visites préopératoires à l'hôpital sont désormais souvent remplacées par des informations partagées par téléphone ou sur des sites Web. Les parents sont de plus en plus responsables de la préparation de leur enfant à la chirurgie. Par conséquent, les parents devraient être des partenaires dans le processus de préparation, recevant non seulement des informations sur la procédure et la séquence des événements, mais également des conseils et des outils pour fournir un soutien et préparer l'enfant à l'expérience. Dans une étude, les parents qui ont reçu des informations écrites et verbales ont exprimé une préférence pour les documents imprimés, exigeant des conseils de l'infirmière pour les ressources écrites appropriées. Il est important d'encourager les parents à favoriser le développement normal de l'enfant malgré les limitations qui peuvent être imposées par une maladie ou une blessure

 

Enfants Klubhouse

L'intégration de tous les éléments qui ont un impact sur l'expérience chirurgicale d'un enfant dans un plan de soins optimal reste un défi pour les auxiliaires de puériculture et puéricultrice et les établissements chirurgicaux offrant des soins pédiatriques. En guise de solution, le Wolfson Children's Hospital de Jacksonville, en Floride, a récemment créé le Kids Klubhouse, un environnement pour les enfants nécessitant une visite à l'hôpital préopératoire pour apprendre par une participation active. Le Kids Klubhouse encourage les enfants à se familiariser avec des équipements médicaux sûrs, offre des opportunités éducatives à travers des jeux et du matériel audiovisuel, et propose des idées de stratégies d'adaptation que les patients et les parents peuvent utiliser pour réussir le processus périopératoire. Les enfants sont encouragés à choisir des activités à leur niveau d'intérêt et de préparation. Les parents reçoivent également des outils pour renforcer l'enfant.  préparation au moyen de cartes d'information imprimées créées pour chaque niveau de développement. Un livre de coloriage a été créé pour aider les parents à renforcer leurs informations lorsque l'enfant retourne dans un environnement familial moins stressant. Pour les patients ne nécessitant pas de rencontre préopératoire, les cartes d'information et le livre de coloriage sont disponibles sur le site Web de l'hôpital àhttp://www.wolfsonchildrens.org/your-visit/outpatient-surgery/index.html .

 

 Sophie chartier

Puéricultrice

LES RÉFÉRENCES

1. Browne NT, Flanigan LM, McComiskey CA, Pieper P. Soins infirmiers du patient en chirurgie pédiatrique . Boston, Mass: éditeurs Jones & Bartlett; 2007: 3-16. [Lien contextuel]

2. Kain ZN, Mayes LC, Caldwell-Andrews AA, et al. Anxiété préopératoire, douleur postopératoire et rétablissement du comportement chez les jeunes enfants subissant une intervention chirurgicale. Pédiatrie . 2006; 118 (2): 651-658. [Lien contextuel]

Date de dernière mise à jour : 20/03/2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam