différence/ routine et usure professionnelle

par annie L........

NOTE DE REFLEXION SUR LA PRATIQUE PROFESSIONNELLE

Sujet 1 : Peut-on différencier routine et usure professionnelle ?

Que pouvez-vous mettre en place pour les éviter ?

Illustrez vos propos par des exemples concrets.

La routine :

Arriver le matin, prendre le café avec les collègues, « attaquer » les toilettes, regarder l’heure pour savoir si on est « dans les temps ».

Mettre en place le petit déjeuner, puis le déjeuner, aller à la réunion de relève mais ne rien relever, se changer, partir. Bref une journée type répétitive, immuable.

Usure professionnelle :

La même journée type mais vécue différemment, avec ennuie et ras-le-bol. Le burn-out ou usure professionnelle arrive très souvent à certaines personnes étant depuis longtemps au sein d’une structure.

 

La maltraitance peut commencer par des actions ou non actions envers la personne dont on s’occupe. Les personnes vulnérables, mineures, personnes en situation de handicap physique ou mental, les personnes âgées dépendantes, malades, les femmes enceintes, sont dans ce cas soumis à des traitements contre leur grès.

Pour illustrer un exemple d’acte routinier.

Geste anodin en apparence, Madame X, résidente d’un EHPAD (Etablissement Hospitalier pour Personnes Agées Dépendantes), atteinte de la maladie d’Alzheimer (C’est une démence sénile caractérisée par la notion de perte : 4 A - Amnésie, perte de mémoire. - Apraxie, incapacité à effectuer des mouvements sur consigne (coordination des mouvements). - Aphasie, trouble du langage. - Agnosie, déficit de la capacité de reconnaissance et de compréhension). Madame X a une notification particulière dans son dossier, elle aime porter des collants et sa fille tient à ce que sa maman porte son appareil dentaire. Mme X est terrorisée pendant la douche. La soignante qui s’occupait d’elle ce jour là était passablement agacée par le refus catégorique de Mme X d’ouvrir la bouche. Mme X, ce midi là a dû mangé mixé ! Manger étant un bien grand mot puisqu’elle n’a rien touché de son repas.

Le lendemain matin j’ai demandé si je pouvais accompagner Mme X à la toilette, ce qui m’a été accordé. Avec beaucoup de douceur et un peu plus de temps que ma collègue, j’ai réussi à mettre collants et appareil dentaire à Mme X. Elle a ce midi là très bien mangé !

 

En tant que future AES je me suis posé ces questions : L’appareil de Mme X est-il bien ajusté à sa mâchoire ?  a-t-il été bien rincé ? (le produit dans lequel il trempe doit-être de mauvais goût). Le geste avec lequel il est mit est-il trop brutal ?

 

J’ai exposé lors de la réunion de relève le souci de cette pose d’appareil. Le médecin coordinateur est allé voir Mme X et a pris rendez-vous chez le dentiste prothésiste de Mme X, afin de vérifier si l’ajustement est normal.

 

Pour illustrer un exemple d’usure professionnelle.

Le soir dans l’EHPAD (secteur CANTOU - Centre d’activité naturelle tirée d’occupations utiles), j’ai aidé une soignante à coucher les résidents. Il semblait clair qu’il fallait faire vite… J’ai été très choquée de la façon de « manipuler » les personnes et la violence verbale avec laquelle elle tançait les résidents qui selon elle « n’y mettaient pas beaucoup du leur », faisaient exprès, malgré qu’elle ai dit qu’elle était pressée, fatiguée, et avait très mal au dos…

Je n’ai rien dit… je suis rentrée chez moi très en colère, heureusement nous étions veille de deux jours de repos pour moi. J’ai passé le weekend à réfléchir sur ce couché révoltant, odieux ! J’ai pris le temps de me calmer de relativiser peut-être. Quand le lundi j’ai pris mon poste je travaillais encore avec cette personne. J’ai décidé dans un premier temps, d’ignorer son attitude, par rapport à ma position de stagiaire et elle de sa grande expérience.

Le soir lors des « couchés » je me suis empressée d’accompagner les personnes avec lesquelles elle avait été « presque » violente, et ainsi de suite pendant plusieurs jours. J’ai fait constater à cette soignante que nous étions « dans les temps » malgré le fait que mon accompagnement était différent du sien. Normal tu débute m’a-t-elle répondu. Après quelques jours m’étant sans doute renforcée, j’ai agit autrement, j’ai décidé de l’accompagner, en étant près d’elle je pouvais empêcher sa brutalité en devançant ses gestes et avoir un petit mot gentil en éteignant la lumière et en fermant la porte.

 Pour conclusion à cette note de réflexion :

- Est-il nécessaire de poser la question du « Burn Out » chez cette soignante?

- Se rend-elle compte qu’elle est maltraitante ?

Les réunions pluridisciplinaires, les discutions possibles avec la psychologue, le passage de relais, sont des outils indispensables dans les établissement et structures, comment faire prendre conscience à cette soignante qu’elle doit y avoir recourt ?

L’éthique se distingue du droit qui fait appel aux citoyens que nous sommes, de la morale qui concerne notre appartenance à un groupe, une culture, de la déontologie qui implique le professionnel. Personnes âgées ou handicapées sont avant tout des personnes ayant les mêmes droits et devoirs que moi !

Kant a dit : « Agis toujours de telle sorte que tu traites l’humanité dans ta personne et dans celle d’autrui comme une fin et jamais un moyen » !

QCM et exercices du DC 1 + de 40 Exercices interactifs avec corrigés
QCM et exercices du DC 6 + de 50 questions à réponses courtes, avec corrigés interactifs

+ de 40 schémas légende à trouver,exercices interactifs les grandes fonctions,organes,système,appareil du corps humain

Le vocabulaire de l'aide médicaux psychologique sous forme de qcm lexique AMP 80 sigles,lexique psychiatrie 80 termes
Cours et qcm de biologie les fonction du corps humain,de nutrition,de reproduction,de relation,l'appareil respiratoire,digestif,urinaire,cardio-vasculaire,nerveux,le squelette et les muscles,la fécondation, la grossesse,l'infection,l'alimentation,les glandes ,les hormones

Mémo et QCM du DF5/DF6 l'essentiel résumé sous forme de fiche avec qcm de contrôle de connaissance

Prix 9 €99

PaypalTelechargement 1Telechargement 1 1Je teste

Autres pages cas concret

etude-et-cas-concrets-amp
Etude de Situation n° 1 AMP

Des maux à la place des mots Depuis quelques mois, j'exerce la fonction d'A.M.P. dans une structure d'accueil spécialisée dans la maladie d'Alzheimer.

etude-et-cas-concrets-amp
Etude de Situation n° 2

mon rôle d'A.M.P. n'est qu'une intervention dans la toilette et non pas une violation de son intimité et sa dignité que je respecte profondément ?

etude-et-cas-concrets-amp
Etude de Situation formation amp

Est-ce que je dois être plus distante pour lui permettre d'accepter les autres soignants ? Est-ce que je ne rajoute pas de difficultés à son intégration

etude-et-cas-concrets-amp
Etude de Situation n° 4 amp

Quels autres moyens pouvons-nous envisager pour rompre l'isolement de Mme C. ? ces appels de sonnette ne cachent-ils pas une grande détresse morale ?

etude-et-cas-concrets-amp
Je veux rentrer chez moi

Son regard est lourd de tristesse et de reproches. Elle m'avoue alors qu'elle a du mal à accepter de vivre ici, dans «cette unité fermée ».

etude-et-cas-concrets-amp
histoire de vie

Quand je la vois se déplacer, heureuse, je me dis que tant qu'il y a de l'espoir, il faut essayer,il suffit de le vouloir pour le pouvoir.

etude-et-cas-concrets-amp
Etude de cas AES

Etude de cas AMP, en tentant d’aider Melle I. dans son projet de passer son permis de conduire, j’ai eu peur de la mettre en situation d’échec

etude-et-cas-concrets-amp
différence/ routine et usure professionnelle

En tant que future AMP je me suis posé ces questions : L’appareil de Mme X est-il bien ajusté à sa mâchoire ?

etude-et-cas-concrets-amp
La regression

l’état de Mme B. s’est encore détérioré elle a subi d’autres examens médicaux, il s’avère qu’elle est probablement atteinte d’un cancer du pancréas

etude-et-cas-concrets-amp
Un acte masculin

je ne veux rien « bousculer », j’ai le sentiment qu’ils ont leurs habitudes, surtout dans les actes qui touchent à leur intimité.

etude-et-cas-concrets-amp
Viens lire mes poémes

Ce qui je pense m’a retenu de venir plus tôt lire les poèmes de Mme M. c’est la peur de me rapprocher d’elle, d’avoir trop d’affect, ses joies souffrances.

etude-et-cas-concrets-amp
Une longue épopée

Au bout d’un moment Mme C. me dit tout bas : « Annie ? Oui ? Tu crois que les toilettes sont accessibles ici ? »,

bientraitance2.jpg
etude-et-cas-concrets-amp
Se voiler la face

je n'aurais pas trouvé les mots qu'il aurait peut-être voulu entendre, donc j'ai préféré faire l'ignorante. Cela est-il mal ? Ou bien ? Je ne sais pas.

m.jpg
etude-et-cas-concrets-amp
Maltraitance

Un lundi où j'effectuais mon service avec ma co-équipière, nous entendons hurler des mots très durs dans la chambre de Madame A

b41.jpg
etude-et-cas-concrets-amp
ne pas toujour faire

Car FAIRE peut rendre une personne dépendante, ne pas FAIRE c'est lui faire garder son autonomie.

images-21.jpg
etude-et-cas-concrets-amp
la casquette

Il me répond : "pour moi si, car je suis israélite" et il m'explique que dans sa religion, garder sa casquette n'est pas de l'impolitesse

etude-et-cas-concrets-amp
Et alors si on s'aime

ils se retrouvent dans le salon et échangent des gestes tendres. Une dame âgée, assise non loin d'eux, surprend un « baiser furtif »

etude-et-cas-concrets-amp
La Petite Ballade

Il nous faudra à l'avenir plus le surveiller sans pour autant l'enfermer car cet homme a besoin de se promener, de faire son petit tour

etude-et-cas-concrets-amp
Mon ennui me pèse
etude-et-cas-concrets-amp
La Machine

Elle semble très agitée,. Je mets ma main sur son épaule pour essayer de la calmer Elle s'agite et me dis: « la machine, la machine, arrêtez-la ! »

etude-et-cas-concrets-amp
Les Gifles

Il est 19 heures. Je suis dans la salle à manger du Foyer de Vie où je fais mon stage depuis 15 jours. Je suis entourée du groupe des résidents,

etude-et-cas-concrets-amp
La Charge de Travail

Elle baisse la tête et me répond : « je sais ma petite, je sais... ah, je voulais pas vous déranger »

Citrouille 3
etude-et-cas-concrets-amp
La Fête d'Halloween

Je réalise alors ma maladresse et celle de l'ensemble du personnel. Je me rends compte que tout ce décors l'affecte vraiment et le met mal à l'aise.

etude-et-cas-concrets-amp
J'ai fait ça toute ma vie

Il semblerait qu'elle n'ait pas bien pris ses repères dans son nouveau lieu de vie. Elle est dans le déni, celui de la perte de sa position sociale.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

CLEMENT
  • 1. CLEMENT | 08/04/2012

Bonjour,
Je viens de lire les commentaires et j'aimerai comprendre comment les soignants en sont-ils arrivés là ?
Qu'est-ce que les routines pour eux et SONT-elles nécessaire ? Pourquoi ?
Merci
Muriel

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 23/09/2016