Proposé par : Sultan.julien Infirmier DE Formateur IFSI

Bonjour M

Connexion membre

La regression

LA REGRESSION

Dans le cadre de ma formation d’AES (Accompagnant éducatif et social) en voie directe, j’effectue mon second stage au sein d’un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées) et principalement en secteur médico-psychologique  protégé dit : CANTOU (Centre d’activité Naturelle Tirée d’Occupations utiles), accueillant 20 personnes présentant une démence d’Alzheimer ou maladies apparentées.

Dans ce service j’ai fait la connaissance de Mme B. dame de 85 ans entrée dans l’établissement en Juin 2010. Mme B. présente une maladie d’Alzheimer au stade sévère.

Selon la psychologue de l’établissement la MMS (Mini-Mental-Score) est irréalisable du fait d’une détérioration cognitive trop sévère. La MMS est une évaluation rapide de l’état cognitif (d’orientation, apprentissages, attention et calcul, langage).

Mme B. était aide soignante, a élevé seule son fils unique. J’ai rencontré une de ses ancienne voisines qui la décrit comme une personne conviviale, communicative, amusante et aussi émotive.

Mme B. du fait de sa pathologie sévère, présente des troubles du langage important, celui-ci est très confus, constitué essentiellement de mots jargonnés. Par contre, cette résidente reste très sensible et réactive à la communication non verbale, notamment au regard au toucher. 

Lors de nos première rencontres Mme B. accepte facilement nos échanges elle est avenante voire drôle. Ainsi pour communiquer avec elle j’ai essentiellement utilisé la stimulation par le regard, le touché pour capter son attention. Il me semble que nos échanges peuvent  sembler incohérents, mais à moi ce contact me semble très important pour elle.

Depuis quelques semaines l’état de Mme B. s’est  détérioré sur le plan psychique et comportemental, elle passe beaucoup de temps à pleurer et a des phases d’agressivité, elle jette au sol tout ce qui est à portée de mains. J’ai tenté de passer plus de temps à ses côtés, en lui tenant la main. J’ai essayé de calmer son angoisse. Malgré l’incohérence de ses propos, ces échanges m’ont semblés avoir un effet positif sur son humeur.

Suite à la réunion avec l’équipe pluridisciplinaire le médecin traitant a décidé d’adapter son traitement dans le but d’apaiser son anxiété et les troubles du comportement associés. Suite à la mise en place de ce traitement Mme B. avait de rare moments de d’accalmie où elle semblait moins angoissée indépendant d’une présence ou non à ses côtés.

Le fils de Mme B. est très présent aux côtés de sa mère depuis son entrée dans la structure et encore plus depuis la dégradation récente de celle-ci. Il vient notamment souvent aux moments des repas Pour lui la phase que traverse sa mère est plus difficile à accepter encore que la maladie. Je l’ai rencontré à plusieurs reprises, dans nos nombreux échanges , il a pu m’expliquer que les repas ont toujours été des moments importants pour sa maman. Il m’a aussi confié être totalement démuni face à la souffrance et l’angoisse de sa mère. Il supporte mal de la voir pleurer constamment sans pouvoir comprendre les raisons.

            Moi-même je me suis demandé si un tel comportement reflétait plus de la douleur physique et/ou psychique pouvant éventuellement refléter une prise de conscience de Mme B. par rapport à son état, sa contention au fauteuil roulant alors qu’auparavant elle aimait « déambuler » dans le couloir et le patio?

            * Mme B. ressent-elle des douleurs qu’elle ne peut exprimer ?

            * Pour tenter de soulager Mme B. de cet état d’angoisse, nous l’incitons à se joindre au groupe lors des animations telles qu’écouter de la musique douce, participer aux divers jeux…

Ces échanges au sein du groupe permettent peut être à Mme B. de se changer les idées.

A ce jour 2 mois après le début de cette étude, l’état de Mme B. s’est encore détérioré elle a subi d’autres examens médicaux, il s’avère qu’elle est probablement atteinte d’un cancer du pancréas. Un traitement antalgique à base de morphine a été mis en place très rapidement mais Mme B. est toujours très angoissée et pleure toujours autant.

Dianne Frémont

étudiante IRTS

Accompagnant éducatif et social Valider le DC1-DC2-DC3-DC4

Consultation en illimitée 

Garantie "Satisfait ou Remboursé" 24h sans justification

Obtenez vos identifiants 7jours/7 24h/24  

  • 1 Cliquer sur acheter (paiement 100% sécurisé)
  • 2 Valider votre inscription 24h/24 7jours/7
  • 3 Commencez à réviser dès maintenant

F.A.Q foire aux questions►

Prix 9€99

Paiement sécuriséGarantie

En savoir plus

 

Menu

Etude de Situation n° 1

Des maux à la place des mots Depuis quelques mois, j'exerce la fonction d'A.M.P. dans une structure d'accueil spécialisée dans la maladie d'Alzheimer.

Etude de Situation n° 2

mon rôle d'Accompagnant éducatif et social n'est qu'une intervention dans la toilette et non pas une violation de son intimité et sa dignité que je respecte profondément ?

Etude de Situation

Est-ce que je dois être plus distante pour lui permettre d'accepter les autres soignants ? Est-ce que je ne rajoute pas de difficultés à son intégration

Etude de Situation n° 4

Quels autres moyens pouvons-nous envisager pour rompre l'isolement de Mme C. ? ces appels de sonnette ne cachent-ils pas une grande détresse morale ?

Je veux rentrer chez moi

Son regard est lourd de tristesse et de reproches. Elle m'avoue alors qu'elle a du mal à accepter de vivre ici, dans «cette unité fermée ».

histoire de vie

Quand je la vois se déplacer, heureuse, je me dis que tant qu'il y a de l'espoir, il faut essayer,il suffit de le vouloir pour le pouvoir.

Etude de cas AES

Etude de cas , en tentant d’aider Melle I. dans son projet de passer son permis de conduire, j’ai eu peur de la mettre en situation d’échec

différence/ routine et usure professionnelle

En tant que future accompagnant éducatif et social je me suis posé ces questions : L’appareil de Mme X est-il bien ajusté à sa mâchoire ?

La regression

l’état de Mme B. s’est encore détérioré elle a subi d’autres examens médicaux, il s’avère qu’elle est probablement atteinte d’un cancer du pancréas

Un acte masculin

je ne veux rien « bousculer », j’ai le sentiment qu’ils ont leurs habitudes, surtout dans les actes qui touchent à leur intimité.

Viens lire mes poémes

Ce qui je pense m’a retenu de venir plus tôt lire les poèmes de Mme M. c’est la peur de me rapprocher d’elle, d’avoir trop d’affect, ses joies souffrances.

Une longue épopée

Au bout d’un moment Mme C. me dit tout bas : « Annie ? Oui ? Tu crois que les toilettes sont accessibles ici ? »,

bientraitance2.jpg
Se voiler la face

je n'aurais pas trouvé les mots qu'il aurait peut-être voulu entendre, donc j'ai préféré faire l'ignorante. Cela est-il mal ? Ou bien ? Je ne sais pas.

m.jpg
Maltraitance

Un lundi où j'effectuais mon service avec ma co-équipière, nous entendons hurler des mots très durs dans la chambre de Madame A

b41.jpg
ne pas toujour faire

Car FAIRE peut rendre une personne dépendante, ne pas FAIRE c'est lui faire garder son autonomie.

images-21.jpg
la casquette

Il me répond : "pour moi si, car je suis israélite" et il m'explique que dans sa religion, garder sa casquette n'est pas de l'impolitesse

Et alors si on s'aime

ils se retrouvent dans le salon et échangent des gestes tendres. Une dame âgée, assise non loin d'eux, surprend un « baiser furtif »

La Petite Ballade

Il nous faudra à l'avenir plus le surveiller sans pour autant l'enfermer car cet homme a besoin de se promener, de faire son petit tour

Mon ennui me pèse

A la fin du repas, je vais le rejoindre dans sa chambre. Il est  allongé et calmé. Je lui demande ce qui ne va pas. A ce moment-là, il baisse la tête et me dit: « Mon ennui me pèse,

La Machine

Elle semble très agitée,. Je mets ma main sur son épaule pour essayer de la calmer Elle s'agite et me dis: « la machine, la machine, arrêtez-la ! »

Les Gifles

Il est 19 heures. Je suis dans la salle à manger du Foyer de Vie où je fais mon stage depuis 15 jours. Je suis entourée du groupe des résidents,

La Charge de Travail

Elle baisse la tête et me répond : « je sais ma petite, je sais... ah, je voulais pas vous déranger »

Citrouille 3
La Fête d'Halloween

Je réalise alors ma maladresse et celle de l'ensemble du personnel. Je me rends compte que tout ce décors l'affecte vraiment et le met mal à l'aise.

J'ai fait ça toute ma vie

Il semblerait qu'elle n'ait pas bien pris ses repères dans son nouveau lieu de vie. Elle est dans le déni, celui de la perte de sa position sociale.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 29/10/2018