Imagerie médicale en phatologie obstructive

Imagerie médicale en pathologie obstructive et rôle infirmier

Introduction
Ensemble des techniques utilisées par la médecine pour le diagnostic ou le traitement des pathologies
A révolutionné la médecine car accès Immédiat et fiable à des informationsnjusqu’alors « invisibles » au diagnostic clinique

Exploration Abdominale

1)Abdomen sans préparation = ASP
La radiographie standard :
Permet de visualiser les structures de l’organisme grâce à la capacité des rayons X de pénétrer les 
tissus humains différemment selon leur densité
Les effets délétères des rayons X (mutations génétiques, apparitions de cancer, malformations 
fœtales) étant établis, la prescription d'examen doit être dûment justifiée
L’ASP est une radiographie peu performante, utilisée 
surtout en urgence.
Examen de 1ère intention
Indications : suspicion :
D’obstruction
D’occlusion intestinale (ou iléus paralytique)
De perforation viscérale
D’abcès abdominal
De lithiases rénales
D’ingestion d’un corps étranger
CI : les femmes enceintes 
Déroulement : réalisé de face et de profil, en position couchée ou debout ou assise
De préférence à jeun
Rôle IDE : s’assurer qu’il n’y a pas d’éventuelle grossesse chez les femmes et jeunes filles en état de procréer
1, 11ème côte.
2, Corps vertébral (TH 12).
3, Gaz situé dans l'estomac.
4, Gaz situé dans l'angle colique gauche.
5, Gaz situé dans le colon 
transverse.
6, Gaz situé dans le sigmoïde.
7, Sacrum.
8, Articulation sacroiliaque.
9, Tête fémorale.
11, Crête iliaque.
12, Gaz situé dans l'angle colique droite
 
Radiographie à venir

2) La radiographie de contraste
2.1 La cholangiographie IV
2.2 Le Transit oeso-gastro-duodénal
2.3 Le transit du grêle
2.4 Le lavement baryté
Permet de visualiser certains organes ou parties creuses habituellement invisibles aux rayons X en les « remplissant » d’un produit de contraste, opaque aux rayons X
Produits à base : 
D'iode (Intrabilix®,radioselect®, biligram®) …) De baryum (produits barytés)

 
Principe : Elle consiste à injecter dans une veine un produit iodé (éliminé par le foie et les voies biliaires) permettant ainsi, lors des clichés, la visualisation de la voie biliaire principale
(canaux hépatiques et canal cholédoque), et de la vésicule 
Examen concurrencé par l‘échographie, plus anodine (car ne présente pas de problème d'allergie à l'iode) et plus facile à réaliser.
Indications :
Opacification biliaire associées au scanner.
Chirurgie sous coelioscopie de la vésicule biliaire et des voies biliaires 
Lithiases hépatiques
CI : Allergie à l’iode, insuffisance hépatique, 
ictère , insuffisance rénale
Diabétiques de type 2 (DNID) traités par 
METFORMINE , biguanides(GLUCOPHAGE ®, 
GLUCINAN®,STAGID ®, ), Suspendre le TRT le jour de l’examen et pendant 48 heures (reprise après contrôle de la fonction rénale)
Risque d’accumulation d’acide lactique (acidose lactique) dans l’organisme en cas de perturbation 
même transitoire de la fonction rénale en lien avec les produits iodés
Déroulement : perfusion, de 1 à 2 heures d'un produit opaque dilué dans 100 à 300 ml 
de sérum salé.
Puis, 2 heures après le début de l’injection, clichés avec tomographies centrés sur la voie biliaire principale, en décubitus dorsal, en légère oblique postérieure
Rôle infirmier : préparation du malade
Le matin de l’examen : 
Malade à jeun 
Prescription médicale ou bon de radiologie
Dossier et étiquettes du patient
Surveillance
Rechercher les signes d’intolérance au produit iodé en surveillant pendant et après l’examen :le 
faciès, Le pouls, la TA, l’état général du patient.
Incident/accident
Manifestations digestives : Sensation de chaleur abdominale, nausées, vomissements
Manifestations respiratoires : Picotement du nez, éternuement, toux, sensation de constriction laryngée.
Manifestations nerveuses :céphalées , anxiété
Manifestations cutanées :prurit, urticaires 5 à 10 min après l’injection du produit iodé
Et peuvent apparaître avec 24h de décalage
Le collapsus lié à l’intolérance à l’iode (1 sur 8000)
L’oligo-anurie 24h après l’examen s’il a été pratiqué chez un insuffisant rénal ou si l’opacifiant a été surdosé.
2 : Voies biliaires intra-hépatiques droites.
3 :Voies biliaires intra-hépatiques gauches.
4 : Cholédoque.
Flèche : défaut de remplissage pouvant correspondre à un calcul.
 
Radiographie à venir

Permet de visualiser le transit dans l'œsophage, l’estomac et l'intestin après ingestion d'un produit de contraste généralement baryté parfois à la gastrografine (produit iodé hydrosoluble) sous contrôle radioscopique télévisé
Indications :
Lésions de l'œsophage, de l'estomac et du duodénum.
Origine de dysphagies : une hernie hiatale, un reflux gastro-œsophagien
Bilan pré-opératoire du cancer de l’oesophage 
Surveillance des résultats d'une intervention chirurgicale : anastomoses, anneaux gastriques.
CI
Troubles de la vigilance 
Absorption de produit radio-opaque dans les 
dernières 72 heures
Intolérance à la baryte
Déroulement : environ 30 minutes
Le patient est en position debout, puis allongé sur la table 
d’examen.
Le TOGD consiste en ingestion de 50 à 200 g de produit baryté, suivie de la prise de plusieurs séries de clichés de durée brève. 
Le but : suivre le trajet du produit dans la partie haute du tube digestif ; Certaines manœuvres (toux, compression du ventre,…) sont parfois nécessaires pour mieux mettre en évidence un reflux.
Incidents / accident
Les complications sont exceptionnelles.
Les réactions allergiques au produit de contraste sont rares,de même que les risques de fausses routes au moment de l’ingestion.
Rôle IDE :
Patient à jeun strict depuis la veille 
(nourriture, boisson, tabac)
Pas de surveillance particulière
Reprise alimentaire normale après l’examen 
sauf si avis médical contraire
 
 

Permet de visualiser le transit de l'intestin aprèsn ingestion d'un produit de contraste baryté.
Principe :
La progression de la baryte est suivie du duodénum jusqu’à la valve iléo-caecale : point de jonction entre la dernière partie de l'intestin grêle (iléon) et la première partie du gros intestin (caecum)..
L’examen dure + de 6 heures et les clichés sont pris à plusieurs moments de la journée
Indications : pour l’exploration du grêle qui est difficilement accessible 
La maladie de Crohn est l'indication principale d'un transit du grêle, diagnostic précoce, précise les lésions et leur étendue..
Les lésions tumorales
La maladie coeliaque
La pathologie congénitale : chez l'adulte le diverticule de 
Meckel
Le contrôle post chirurgical de l'intestin grêle.
L'ischémie mésentérique non gangreneuse.
C.I 
le pneumopéritoine 
l'ischémie aiguë
la sténose colique en raison des risques de dessiccation de la baryte dans le côlon. 
Les intolérances à la baryte sont exceptionnelles
Déroulement :
Après l'absorption de trois verres contenant chacun 300 mL de suspension barytée ou par sonde gastrique de sulfate de baryum 
Pendant l'examen, le patient est allongé dans différentes positions. 
La durée de l'examen dépend de la progression du produit de contraste dans l'intestin et varie de 
30 minutes à 1 h 30.
Incidents ou accidents :
Complications du transit du grêle sont exceptionnelles :
Réaction allergique au produit de contraste
Passage du produit de contraste dans les voies aériennes supérieures, ce qui peut être responsable
de symptômes respiratoires
Passage du produit de contraste à travers la paroi du tube digestif en cas de perforation.
Rôle IDE
Prévenir le patient d’être à jeun strict (sans boire, ni manger, ni fumer) durant les 6 heures précédant 
l'examen.
Contrôler le dossier 
Après l’examen :
Reprise alimentaire normale selon avis médical
Prévenir le patient : selles blanches

Principe : permet de visualiser le côlon lors du remplissage d'une canule de lavement placée dans le rectum par un produit de contraste baryté. 
Indications : recherche des tumeurs, polypes, diverticules, inflammations (colites) , rectorragies
Contre Indications:
Femme enceinte (sauf avis médical) 
Colites en poussée
Insuffisance sphinctérienne 
Traumatisme abdominal
Préparation du patient
Quelques jours avant l’examen
Informer le malade du jour et de l’heure du R.V de l’examen 
4 jours avant l’examen, éviter les médicaments radio opaques Ex : Bismuth 
3 jours avant l’examen : régime sans résidus. 
(Viande grillée, Poisson maigre ,oeufs, Lait, yaourt, Jus de fruits..)
La veille de l’examen
Donner un laxatif par voie orale (souvent prescrit par le médecin) 
Faire un lavement évacuateur (2l) 
Le matin de l’examen
Donner un deuxième lavement évacuateur (2 l) 
Selon les habitudes du service : on peut donner au malade un thé ou un café léger sucré avec biscottes.
Attention :Les lavements évacuateurs doivent être gardés au moins 20 min. en changeant de position du malade. (Le second lavement doit revenir clair.)
Le lavement baryté en double contraste associe à la baryte fluide, une injection d’air par voie rectale 
pour déplisser les parois du côlon afin de mettre en évidence des polypes coliques.
Déroulement
L’examen se fait essentiellement en position couchée. 
Il consiste à prendre plusieurs clichés radiologiques après avoir rempli l’intestin avec un liquide opaque aux rayons X
La durée moyenne de l’examen est de 30 minutes.
Incidents et accidents
Le lavement baryté est un examen qui n’est pas dangereux. 
Les accidents sont exceptionnels. Cependant on peut voir parfois :
Un réveil douloureux chez les malades atteints de colites. 
Une incontinence sphinctérienne chez la personne âgée. 
Une opacification d’organe voisin (vessie) par fistule
Une aggravation des phénomènes inflammatoires.
Surveillance
Surveiller le transit intestinal après l’examen
Le lendemain, donner un peu d’huile de paraffine ou un petit lavement (selon les habitudes du service)
Remarque
Le lavement baryté ne permet pas d’examiner le rectum pour lequel sera préconisée une rectoscopie.

Principe : Une sonde émettant des ultrasons 
est dirigée et "promenée" sur la région à
examiner après avoir appliqué un gel ou une 
pâte afin de permettre la transmission des 
ultrasons (faute de quoi ils seraient arrêtés 
par l’air).
Les ondes sonores émises par la sonde 
d'échographie se propagent à travers les tissus.
La vitesse de propagation de ces ondes sonores 
dépend essentiellement des caractéristiques du 
tissu.
La réception des échos va subir une succession de 
traitements pour aboutir à la formation d'une 
image en échelle de gris.
Examen non invasif
L'échographie abdominale permet d'étudier en 
temps réel l'aspect des organes et des vaisseaux de
la cavité abdominale (foie, rate, vésicule biliaire,
pancréas, …). 
Les intestins ne sont en revanche pas visibles à
l'échographie abdominale, l'examen est plus centré
sur un organe spécifique,
L'échographie examen non douloureux, non 
dangereux (pas de rayons X, pas de champ 
magnétique) et non coûteux. 
L'échographie est donc bien souvent utilisée 
comme examen de «débrouillage». 
Il peut être répété autant de fois que la 
clinique l'exige.
Indications : très larges
Tumeurs bénignes (adénomes)
Kystes ou abcès du foie
Cirrhose hépatique (d’origines éthylique ou 
toxique)
Tumeurs malignes (hépatocarcinome, 
métastases…)
Pathologie des voie biliaires ou du 
pancréas:
Pancréatite chronique
Cancer des voies biliaires
Kystes biliaires
Lithiases biliaires uniques ou multiples
Cholécystite
CI :
L'examen échographique est sans danger
Cette méthode est utilisée comme outil 
diagnostique chez la femme enceinte. 
La présence d'un stimulateur cardiaque ou 
d'une pompe à insuline n'est pas une contre-
indication à une échographie.
Le patient est allongé sur le dos. 
La partie haute de l'abdomen est recouverte 
d’un gel conducteur hydrosoluble.
La sonde est placée en regard des organes à
explorer
Faut-il prendre des précautions particulières 
avant ou après l'examen ?
Il faut être à jeun, 3 heures avant l'heure de 
l'examen.
Quand l'examen porte spécifiquement sur la 
vésicule biliaire, il faut être plus strictement à jeun 
(6 heures de jeûne et ne pas mâcher du chewing-
gum, ni fumer 3 heures avant) afin de ne pas vider 
la vésicule ce qui rendrait son étude impossible.
 
 

Définition : L'endoscopie est une technique d'exploration visuelle directe
Elle consiste à introduire, par voie naturelle, un appareil optique rigide ou souple pour explorer les organes, et éventuellement pratiquer des gestes médicaux.(biopsie, exérèse…)
L'endoscope est un tuyau souple de petit diamètre qui 
contient:
Des fibres optiques
Une lumière froide
Un petit canal dans lequel sont introduites des pinces permettant de réaliser des biopsies.
Fibroscope: endoscopes à gaine souple,d’une grande maniabilité etsimples d'utilisation, ils sont adaptés à l'exploration de cavités à accès sinueux ou de géométrie complexe, inaccessibles avec les endoscopes rigides
Les différents types d’endoscopie
La fibroscopie oeso-gastro duodénale qui consiste à explorer l'œsophage, l'estomac et le duodénum La coloscopie pour l'exploration du côlon
La rectoscopie
L’anuscopie
a) la fibroscopie gastro-duodénale
Indications :
• Diagnostique : devant tout malade présentant des symptômes pathologiques des voies digestives hautes :
· épigastralgie
· dysphagie
· pyrosis (reflux gastro- oesophagien)
· hématémèse
· méléna
· altération de l’état général
Indications
– Thérapeutique : 
· dilatation de sténose oesophagienne
· sclérose ou ligature des varices oesophagiennes
· électrocoagulation
· extraction de corps étrangers
Contre-indications :
• Hémorragie trop importante
• Obstacle à la progression du fibroscope
Rôle IDE :
Avant l’examen :
• Informer par rapport au déroulement : rapide, indolore mais désagréable
• Dure entre 15 et 30 minutes
• Patient à jeun strict depuis au moins 6 heures
• Faire retirer les prothèses dentaires si besoin
• Si traitement anticoagulant : arrêt
Avant l’examen
• Pas de pansement gastrique depuis au moins 48 heures
• Résultats du bilan sanguin de coagulation
• Attendre 3 jours pour faire passer une fibroscopie si le patient a passé un examen avec un produit de contraste
Prémédication si besoin
 
Pendant l’examen :
Patient en décubitus latéral gauche
Faire déglutir au moment de l'introduction du tube pour faciliter son passage
Introduction progressivement du tube qui est muni d'un cale dent pour ne pas le mordre
 
Après l’examen
le patient doit se reposer sur le côté (++ si anesthésie générale)
Prévoir un bassin réniforme en cas de vomissements + compresses
Surveiller les constantes 
Surveiller la conscience et l’apparition d’éventuels saignements ou hémorragies
Attendre au moins 1 heure avant de reprendre l’alimentation 
(+ si anesthésie générale)
Incidents/ accidents : possibles mais de plus en plus rares :
- Douleurs pendant l'exploration
- Petite hémorragie
- Gêne abdominale car il y a eu insufflation d'air pour dilater pour une meilleure visibilité
- Douleur abdominale pendant la biopsie
- Perforation de l'oesophage
b) la coloscopie ou colonoscopie
Examen visuel du côlon à l’aide d'un coloscope 
permettant l'exploration du rectum et de la totalité
du côlon jusqu'à la jonction iléo-caecale (intestin 
grêle).
La longueur de tube digestif exploré est de l'ordre d'1m50.
La sigmoïdoscopie est un examen plus rapide mais moins complet qui utilise un coloscope plus 
court et qui permet l'exploration du rectum et du colon sigmoïde, soit 60 cm de tube digestif.
Le coloscope est pourvu d'une source de lumière froide couplée à un système optique (fibres optiques ou caméra vidéo), et de plusieurs canaux permettant d'insuffler de l'air, d'aspirer l'eau ou de 
laver, de faire passer des instruments pour les biopsies de muqueuse ou les exérèses (à titre thérapeutique)
Indications :
• Les lésions tumorales
• Les polypes
• Diarrhées, constipation,
• Contre-indications
• Patient sous anti-coagulants
Un coloscope
Visualisation d’1 polype
Illustration à venir
 
L'examen, de courte durée, se déroule sous AG de courte durée
L’analyse des images par le médecin varie de 15 à 45 minutes.
Les résultats de cette technique sont encourageants: le taux de détection des polypes de 10 mm, seuil à risque, est de l'ordre de 95%, 
La découverte de cancers infiltrants est proche de 100%.
 
La préparation la veille et le jour de  l'examen :
La préparation pour l’examen est astreignante mais indispensable pour un examen de qualité.
Le côlon doit être parfaitement propre, pour permettre un examen précis et réaliser les gestes 
thérapeutiques utiles.
La veille de l'examen, absorption d’un liquide dontle but est de nettoyer le côlon :le polyéthylène 
glycol ou PEG
Il existe en pharmacie sous le nom commercial de COLOPEG®, FORTRANS® ou KLEAN PREP®
4 sachets diluésdans 4 litres (1 sachet dilué dans 1 litre d'eau)
Soit en une prise unique la veille au soir 
Soit fractionnée (2 litres la veille au soir et 2 litres le matin).
Le volume de 2 litres doit être pris en moins de 1 heure pour avoir l'efficacité escomptée.
Incidents/accidents
– Agitation du patient anxieux
– Mauvaise préparation colique
– Perforation intestinale 
– Hémorragies digestives par lésions des muqueuses par l’endoscope ou après ablation d’un polype
Rôle infirmier :
Prévoir une chambre avec des toilettes ou très proche des toilettes·(éviter 
chambre à 2 lits)
Avant l’examen :
 Vérification de la préparation colique +++ 
 Lavements évacuateurs sur prescription médicale (à la fin, le liquide évacué dans les toilettes doit être clair)
 Bilan de coagulation
 Prémédication
 Malade à jeun depuis au moins 6 heures
 Enlever les prothèses dentaires et bijoux
 Faire revêtir la blouse de bloc
Pendant l’examen 
Patient en décubitus latéral gauche
Pose de VVP si injection d’iode
• Après l’examen :
Désinfection du matériel
Fiche de liaison
Questionnaire de Creutzfeldt Jacob pour la traçabilité
Surveillance des constantes
Reprise alimentaire normale
Décontamination/stérilisation
Entre chaque patient et suivant la réglementation en vigueur, l’endoscope est décontaminé dans un bac, puis lavé en machine et les accessoires utilisés (pinces à biopsies ...) sont stérilisés ou jetés (matériel à usage unique).
Incidents/ accidents 
Les complications sont extrêmement rares :
La perforation de la paroi intestinale peut rendre une opération nécessaire.
Le saignement, lors de l'ablation de gros polypes, 
D'autres complications sont possibles mais restent exceptionnelles: cardiovasculaires, respiratoires, infectieuses.
Peuvent se révéler dans les jours qui suivent :violentes douleurs abdominales, émission de sang rouge, fièvre, frissons
c) Rectoscopie et anuscopie
Buts : exploration du rectum et du canal anal
– Indications : recherche de lésions, de tumeurs, d’obstacles, de pathologies hémorroïdaires
– Aucune contre-indication
Rôle infirmier :
• Avant l’examen :
– Pas de préparation colique : juste un lavement type 
NORMACOL 1 heure avant l’examen
– Bilan de coagulation
– Pas besoin d’être à jeun
– Information au patient car sa coopération est essentielle pendant l’examen
– Vérifier l’intégralité du dossier
 
 
5)Le scanner ou tomodensitométrie
Utilise les rayons X mais les ils sont traités par un ordinateur afin de restituer des images en 3 D, des organes ou des tissus
Le scanner explore un volume du corps : c’est en quelque sorte une « endoscopie virtuelle » qui visualise une modification de volume ou une anomalie de structure (tumeur, embolie, anévrisme…)
Les images numériques obtenues sont des images « de coupe » , voire des images en 3D. 
Avantage de la numérisation des images, les résultats peuvent être mis sur CD-ROM (facilite le stockage).
Ses limites : il ne permet pas d’en préciser la nature des lésions (inflammation, cancer, etc.).
Ainsi, il tend de plus en plus à être remplacé, lorsque cela est possible, par l’IRM.
Indications
A visée diagnostique
Bilan d’extension d’un cancer 
Surveillance thérapeutique (cancérologie)
Pour l'étude de certains organes, il peut être nécessaire d'injecter (par voie intra-veineuse ) 
ou d’ingérer un "produit de contraste " à base d'iode = scanner injecté
Contre-indications :
Allergie à l’iode et insuffisance rénale si injection d’iode 
Déroulement 
Patient placé dans 1 cylindre ouvert aux 2 extrémités
Examen non douloureux
Pose d’une VVP , lors de l’ injection d’iode sensation désagréable de chaleur interne
Déroulement
Le patient est allongé sur le dos, les bras placés derrière la tête.
Le scanner de l'abdomen nécessite le + souvent une injection intra-veineuse de produit de contraste iodé. 
L'examen dure moins de 5 minutes (temps d'installation non compris)
Rôle IDE
Patient à jeun
Pas d’allergie à l’iode ou préparation anti allergique (un anti-histaminique associé à un corticoïde pendant 3 jours avant, et le jour de l’examen)
Pas de surveillance particulière après l’examen
Le patient peut s’alimenter normalement tout de suite après l’examen
 
6 ) La résonance magnétique nucléaire RMN
IRM
Cette technique est basée sur l’analyse du champ 
magnétique (aimantation) de l’atome d’hydrogène 
présent partout où il y a de l’eau (80% du poids 
corporel) ou de la graisse
Elle permet de visualiser la structure 
anatomique de l’ensemble du corps
Technique très sensible qui permet de préciser la 
nature d’une tumeur
Cet examen dure 20 à 90 minutes
Il est indolore mais nécessite :
Une immobilisation forcée pendant tout le 
temps de l’examen
Une injection d’un produit de contraste : le 
Gadolinium (agents paramagnétiques)
Le patient est allongé à l’intérieur d’un 
cylindre métallique
 
Salle IRM illustration à venir
Contre indications :
Claustrophobie (possibilité de sédation 
profonde) 
Patient porteur de prothèse métallique ou de 
stimulateurs cardiaques (car risque de 
dysfonctionnement voire arrêt du 
fonctionnement !)
Allergie au Gadolinium (rare)
Rôle infirmier
Avertir le patient qu’il s’agit d’un examen très bruyant 
(bruit en discontinu à type de marteau piqueur)
Faire retirer tout élément métallique (montre, stylo, bijoux, 
épingle à cheveux, prothèse dentaire, piercing,) car risque 
de brûlure par échauffement des tissus, suite au 
déplacement de l’élément 
Eventuellement prémédication
Dossier complet + questionnaire médical spécifique afin 
d’éliminer les CI
7) Les isotopes radioactifs
La scintigraphie
Mise au point en 1958, la scintigraphie utilise une
petite quantité de radioactivité pour réaliser des 
images (d'où le nom de médecine nucléaire). 
La scintigraphie est un examen qui explore les 
différents organes du corps humain grâce à
l’administration préalable, dans l’organisme, d’un 
traceur radioactif qui se fixe sélectivement sur 1 
type de tissu ou d’organe; 
Les zones de fixation sont révélées par la 
GAMMA-CAMERA
Les différents marqueurs :
Thallium 201 pour l'étude du tissu myocardique
Technétium 99 pour l'étude des cavités cardiaques
Albumine marquée au technétium pour les poumons
Iode 131 pour la thyroïde
Technétium pour l'os, le rein et la thyroïde.
Ces substances ne représentent aucun danger pour 
la personne car elles sont administrées en très 
petites quantités pour aller se fixer sur l'organe
étudié.
Les informations sont ensuite présentées sous la 
forme d'un document photographique, en noir et 
blanc, parfois artificiellement colorisé pour 
augmenter les contrastes.
Les grandes indications en scintigraphie
Les organes susceptibles d'être exploités par cette
technique sont nombreux :
Du squelette
Du coeur
Des poumons
De la thyroïde
Des reins
Du foie et des voies biliaire
Du cerveau
CI :
Déconseillé aux femmes enceintes.
En cas d’allaitement, la patiente devra interrompre 
celui-ci pendant 24 heures 
Précautions à prendre :
Il est conseillé d’éviter les contacts prolongés 
avec les jeunes enfants et les femmes enceintes 
pendant les 12 heures qui suivent l’examen..
Déroulement de l’examen 
Injection IV du produit radio actif. 
Après l’injection, il peut être nécessaire 
d’attendre que le produit atteigne l’organe 
cible avant de prendre les clichés. Durant 
cette attente, le patient est libre de sortir 
mais il doit boire fréquemment afin 
d’éliminer le produit
Pendant l’examen, il est allongé sous une 
gamma caméra et doit rester immobile, 
pendant que le détecteur se déplace de la 
tête aux pieds. Le rayonnement émis par 
l’organe étudié est alors détecté par la 
machine, qui reproduit une image sur un 
écran
Quelques heures après l’injection du produit 
radioactif entraîne une irradiation comparable à
celle d’examens courants de radiologie donc 
inoffensive.
Le patient doit boire fréquemment et uriner 
fréquemment durant les 3 à 4 heures suivant 
l’examen ,dans les toilettes spécifiques du service.
Il élimine ainsi plus vite sa radioactivité.
Incidents/ accidents. : rares
Sensation de malaise
Nausées 
Eruption cutanée
 
Illustration à venir
 
1) Urographie Intraveineuse

Je teste le semestre 3 et 4 Menu semestre 3 et 4 UE 4.2 Soins relationnels UE 4.6.Soins éducatifs et préventifs UE 3.5 Encadrement des professionnels de soins Fondamentaux en soins infirmiers

Date de dernière mise à jour : 23/10/2020

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam