Bonjour M

Barre de recherche min

Connexion membre

Exemple dossier de pratique professionnelle

Sommaire

1 Présentation du lieu d'intervention

• Type de structure

• Population

• Mode d' accueil

2 Présentation du temps clefs du quotidien

• Motivations du choix

• Déroulement du temps clef

• Présentation des dimensions de ce temps clef: affective, sociale, éducative, culturelle

3 Présentation de I' accompagnement individualisé

• Présentation des personne dans ce temps clef

• Présentation de l' intervention de I' AES

4 Conclusion

• Réflexion sur le temps clef

• Proposition d' amélioration

 

1 Présentation du lieu d'intervention

Je travail dans un établissement pour personnes âgées dépendantes ou semi dépendantes, situer au coeur d'un petit village appelé xxxxxxxxxx.

Cet résidence est une maison de retraite médicalisée (EPHAD),conventionnée au titre de l'aide sociale selon la loi du 2 Janvier 2002.

En Janvier 1993,25 places de cures médicales se sont crées et 25 autres places supplémentaires en Juin 1997 portant la capacité à 128 lits dans l'établissement.

En décembre 2006,cette maison fut racheter par un groupe venu de Hautes Savoie nommé( xxxxxxxxx) et depuis Janvier 2007,l'entité chargée de la gestion des résidences est devenue xxxxxxxx.

Le 15 Avril 2008 cet maison signe une convention tripartie avec le préfet des 'xxxxxdépartementxxxx,et le conseil générale ceci a permis a cette maison de devenir un (EHPAD) et d'être conforme à la loi du 24 Janvier 1997.

J'ai intégré cet (ehpad) en Février 2005, ma fonction est celle d'AES et mon rôle et d'accompagné les personnes dans les gestes de la vie quotidienne.

Population accueillie

Le public que j'accompagne quotidiennement à l' EHPAD, ont un age compris entre 60 et 100ans,la plupart d'entre eux présente des signes de démences tels que la maladie d'Alzheimer ou la maladie de Parkinson, certains résidents sont aussi atteints d'hémiplégie à cause des (AVC) accident vasculaire cérébrale.

La maladie d'Alzheimer: Est une maladie cérébrale caractérisée par la dégénérescence et la mort des cellules nerveuses.

C'est une démence progressive,elle se manifeste par des troubles de la mémoire,du langage et de la pensée.

Les principales manifestations sont la désorientation temporo-spatiale et une altération des fonctions intellectuelles tels que:

aphasie: perturbation du langage.

Apraxie: Altération de la capacité à réaliser une activité motrice malgré des fonctions motrices intactes.

Agnosie: Impossibilité à reconnaître ou à identifier des objets malgré des fonctions sensorielles intactes.

Perturbation des fonctions exécutives (faire des projets ,organiser,ordonner le temps,avec une pensée abstraite.

Les avc: (accidents vasculaire cérébrale)

L'accident vasculaire correspond a un arrêt brutal de la circulation sanguine au niveau du cerveau.

Les (avc) sont la plupart du temps dus soit à un caillot dans l'artère,soit à une hémorragie du à une rupture des parois es vaisseaux. Certaines personnes ayant eu des (avc) peuvent subir certaines formes de paralysies qui peuvent être passagère ou définitive entraînant souvent une certaine dépendance au niveau des soins,des déplacements ou niveau de l'alimentation.

2 Présentation du temps clefs quotidien

Motivation du choix.

J'ai choisi comme temps clef le moment du coucher, car c'est un moment très important car il est nécessaire d'apaiser les tensions de la journée et de s'endormir dans une certaine harmonie du corps et de l'esprit,pour passer une nuit calme et sereine ,ce qui est parfois déterminant pour le bon fonctionnement du jour suivant.

Mon rôle est donc de veiller à ce que les résidents soient rassurés,accompagnés au moment du coucher,avec des gestes et des paroles délicates et que le rythme de chacun soit respecté.

J'ai choisi ce moment car je pense qu'il définit bien le rôle de l'accompagnant éducatif et social. Le moment du coucher permet un rapport privilégié avec les résidents,il crée un échange c'est aussi un moyen de faire le point individuelle sur ce que le résident a vécu de sa journée,c'est aussi l'un des moments ou nous leurs consacrons beaucoup plus de temps avec la toilette ce qui nous permet de discuter avec eux et nous permet aussi de recueillir des informations sur leurs état physique ou mentale.

Mais pour que se moment se passe bien je dois adapter mes paroles, mes gestes ,mon regard pour chaque personnes afin que ce moment puisse se passer dans les meilleurs conditions possible,car pour chaque résident l'accompagnement au coucher se fait de manières différentes.

Déroulement du temps clef.

 

Dans le service ou je travail les résidents prennent le dîner à 18h30, jusqu'à 19h00 pour ceux qui mange seule voir 19h15 pour ceux que nous devons aider car nous devons aller à leurs rythme car la plupart des personnes accompagnées ont des régimes spéciaux donc il faut prendre le temps avec eux car se sont des personnes sujettes aux fausse route.

Donc nous commençons à coucher les résidents pour ceux qui le désir entre 19h15 et 20 heures car c'est l'heure ou l'équipe de jour termine sa journée.

Dès que le dîner est terminer,ma collègue et moi allons cherché les résidents qui prennent leur dîner en salle à mangé afin de les transféré dans leurs chambre ou sur l'étage pour ceux qui le veulent. Une fois que tout les résidents sont arrivés sur l'étage nous commencions toujours par les résidents qui ont plus besoins de notre aide et ceux qui sont plus autonomes nous faisons plus un travail de surveillance afin de voir s'ils leurs manque rien,ou s'ils ont besoin de quelques choses de particuliers.

La plupart des résidents que j'accompagne au moment du coucher sont en chambre double,la majorité du temps j'effectue les derniers soins dans la salle de bain c'est a dire le brossage des dents et le nursing afin de préservé l'intimité de la personne ,car même si ce sont des personnes du même sexe il est primordiale de préservé cette intimité,car au moment du dernier change de la protection cela reste quand même un moment relationnelle très privilégié et pour que cet instant se passe bien il est important que le résident se sente en confiance et rassuré.

Une fois ses soins terminer,je l'accompagne jusqu'à son lit en la faisant participer le plus possible selon ses capacités,c'est une façon pour moi de les revalorisé,ensuite j'ai toujours tendance à rester 5 à 10 minutes avec eux afin de parler de leur journée de se qu'il son fait ou pas ou de faire le point sur leur état de santé,il y en a qui me parle des progrès qu'il on fait avec les intervenants extérieurs (kinésithérapeute,orthophoniste),d'autres qui me parle de leur angoisse,de leur crainte et bien sur d'autre qui me parle de leur douleur qu'ils ont ,car j'ai souvent remarqué qu'au moment du couché les résidents ont tendance à se décontracté car il se retrouve dans son espace à lui et que bien souvent c'est ainsi que nous détectons des signes de douleurs ou de mal être car souvent dans la journée les résidents sont tendus et stressé et ne laisse pas paraître ses signes.

Pour les résidents qui sont plus autonomes et que j'accompagne régulièrement j'ai pu observé qu'ils aiment qu'ont leurs accorde du temps et particulièrement au moment du couché,car sans même sans rendre compte dans notre rôle d' accompagnent y a un coté « maternant » même si se sont des personne âgées le fait de rester un instant auprès du résidents et lui montré de l'attention,que l'on veille a ce qui se couche dans de bonnes conditions,peut évoquer chez certains des souvenirs lointains ou ils avaient quelqu'un;peut être un membre de leur famille qui venait tout simplement leur dire bonne nuit.

En savoir plus

Accompagnant éducatif et social

Valider le DC1-DC2-DC3-DC4

Contenu E learning 

Consultation en illimitée 

Garantie "Satisfait ou Remboursé" 24h sans justification

Obtenez vos identifiants 7jours/7 24h/24  

  • 1 Cliquer sur acheter (paiement 100% sécurisé) (pas d'abonnement)
  • 2 Valider votre inscription 24h/24 7jours/7
  • 3 Commencez à réviser dès maintenant

F.A.Q foire aux questions

Prix 9€99

je teste
Etude de Situation n° 1

Des maux à la place des mots Depuis quelques mois, j'exerce la fonction d'A.M.P. dans une structure d'accueil spécialisée dans la maladie d'Alzheimer.

Etude de Situation n° 2

mon rôle d'Accompagnant éducatif et social n'est qu'une intervention dans la toilette et non pas une violation de son intimité et sa dignité que je respecte profondément ?

Etude de Situation

Est-ce que je dois être plus distante pour lui permettre d'accepter les autres soignants ? Est-ce que je ne rajoute pas de difficultés à son intégration

Etude de Situation n° 4

Quels autres moyens pouvons-nous envisager pour rompre l'isolement de Mme C. ? ces appels de sonnette ne cachent-ils pas une grande détresse morale ?

Je veux rentrer chez moi

Son regard est lourd de tristesse et de reproches. Elle m'avoue alors qu'elle a du mal à accepter de vivre ici, dans «cette unité fermée ».

histoire de vie

Quand je la vois se déplacer, heureuse, je me dis que tant qu'il y a de l'espoir, il faut essayer,il suffit de le vouloir pour le pouvoir.

Etude de cas AES

Etude de cas , en tentant d’aider Melle I. dans son projet de passer son permis de conduire, j’ai eu peur de la mettre en situation d’échec

différence/ routine et usure professionnelle

En tant que future accompagnant éducatif et social je me suis posé ces questions : L’appareil de Mme X est-il bien ajusté à sa mâchoire ?

La regression

l’état de Mme B. s’est encore détérioré elle a subi d’autres examens médicaux, il s’avère qu’elle est probablement atteinte d’un cancer du pancréas

Un acte masculin

je ne veux rien « bousculer », j’ai le sentiment qu’ils ont leurs habitudes, surtout dans les actes qui touchent à leur intimité.

Viens lire mes poémes

Ce qui je pense m’a retenu de venir plus tôt lire les poèmes de Mme M. c’est la peur de me rapprocher d’elle, d’avoir trop d’affect, ses joies souffrances.

Une longue épopée

Au bout d’un moment Mme C. me dit tout bas : « Annie ? Oui ? Tu crois que les toilettes sont accessibles ici ? »,

bientraitance2.jpg
Se voiler la face

je n'aurais pas trouvé les mots qu'il aurait peut-être voulu entendre, donc j'ai préféré faire l'ignorante. Cela est-il mal ? Ou bien ? Je ne sais pas.

m.jpg
Maltraitance

Un lundi où j'effectuais mon service avec ma co-équipière, nous entendons hurler des mots très durs dans la chambre de Madame A

b41.jpg
ne pas toujour faire

Car FAIRE peut rendre une personne dépendante, ne pas FAIRE c'est lui faire garder son autonomie.

images-21.jpg
la casquette

Il me répond : "pour moi si, car je suis israélite" et il m'explique que dans sa religion, garder sa casquette n'est pas de l'impolitesse

Et alors si on s'aime

ils se retrouvent dans le salon et échangent des gestes tendres. Une dame âgée, assise non loin d'eux, surprend un « baiser furtif »

La Petite Ballade

Il nous faudra à l'avenir plus le surveiller sans pour autant l'enfermer car cet homme a besoin de se promener, de faire son petit tour

Mon ennui me pèse

A la fin du repas, je vais le rejoindre dans sa chambre. Il est  allongé et calmé. Je lui demande ce qui ne va pas. A ce moment-là, il baisse la tête et me dit: « Mon ennui me pèse,

La Machine

Elle semble très agitée,. Je mets ma main sur son épaule pour essayer de la calmer Elle s'agite et me dis: « la machine, la machine, arrêtez-la ! »

Les Gifles

Il est 19 heures. Je suis dans la salle à manger du Foyer de Vie où je fais mon stage depuis 15 jours. Je suis entourée du groupe des résidents,

La Charge de Travail

Elle baisse la tête et me répond : « je sais ma petite, je sais... ah, je voulais pas vous déranger »

Citrouille 3
La Fête d'Halloween

Je réalise alors ma maladresse et celle de l'ensemble du personnel. Je me rends compte que tout ce décors l'affecte vraiment et le met mal à l'aise.

J'ai fait ça toute ma vie

Il semblerait qu'elle n'ait pas bien pris ses repères dans son nouveau lieu de vie. Elle est dans le déni, celui de la perte de sa position sociale.

11 votes. Moyenne 2.18 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 29/11/2018