Axe 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents à la vulnérabilité des résidents

 

Thèmes à évaluer :

  • Le dépistage et la prise en charge de la douleur
  • La prévention et la prise en charge des chutes
  • La prévention et la prise en charge des escarres
  • La prévention et la prise en charge de la dénutrition
  • Le dépistage et la prise en charge des troubles de l’humeur et du comportement
  • L’analyse et la maîtrise du risque infectieux
  • La continuité des soins
 

LA DOULEUR 

ELABORER VOTRE QUESTIONNAIRE A PARTIR DU RECUEIL D'INFORMATION CI DESSOUS

  • Comment les recommandations existantes (HAS, BP DGAS, Mobiqual) sont-elles diffusées ?
  • Quelles sont les limites observées à leur appropriation ? Etc.
  • Comment sont utilisées les échelles d’autoévaluation ou d’hétéro-évaluation de la douleur (EVS, EVN, Doloplus, ECPA, Algoplus) ? 
  • Quand ? 
  • Pour quels résidents ?
  • Quels moyens thérapeutiques sont à disposition ? 
  • Médicaments antalgiques ?
  •  Autres moyens non-médicamenteux ?
  • Comment est assurée la diffusion des protocoles élaborés précisant les conduites à tenir avec un résident douloureux ?
  • Comment est organisée la coordination avec les acteurs libéraux (infirmière diplômée d’État IDE, kiné…), avec le médecin traitant ? 
  • Quelles modalités de transmission des effets constatés des thérapeutiques mises en place ?
  • Vers quelle « structure ressource » est-il possible de s’orienter dans les cas difficiles ?
  • Quels liens de partenariat ?
  • Quelles ressources ne sont pas disponibles ?

 

COMPTABILISER L'EXISTANT POUR MESURER LES ECARTS

  • Quel est le nombre de personnels formés ?
  • Sur l’évaluation de la douleur ?
  • Sur la prise en charge de la douleur ?
  • Quel est le nombre de professionnels qui connaissent et utilisent le(s) protocole(s) sur les conduites à tenir avec un résident douloureux ?
  • Quel est le nombre de résidents ayant un traitement médicamenteux antalgique ?
  • Combien ont une prise en charge complémentaire sur le plan de l’antalgie (psychomotricité, relaxation, kinésithérapie…) ?

 

ANALYSES

  • Identification des écarts
  • Explication des écarts identifiés
  • Points forts sur lesquels s’appuyer afin de les pérenniser 
  • Points sur lesquels un changement doit être conduit.
 

LE SUIVI


Une fois le thème évalué, le suivi porte sur l’indicateur de suivi :

  • Quelle est sa valeur ?
  • Comment l’interpréter et l’analyser ?
  • Quelles conséquences ? 

Si ce thème a donné lieu à un plan d’amélioration, le suivi porte également sur son état de réalisation :

  • Où en sommesnous ?
  • Quelles sont les nouvelles actions mises en place ?
  • Quelles difficultés rencontrées ?
  • Quelles adaptations
LES ACTIONS A METTRE EN PLACE
  • Former tous les professionnels au dépistage de la douleur.
    ➤ Évaluer régulièrement la douleur chez tout résident prenant un traitement antalgique.
    ➤ Transmettre les résultats de l’évaluation au médecin traitant.
    ➤ Développer le partenariat avec les structures ressources du territoire.

EXEMPLE pour 100 résident 

Taux d’évaluation de la douleur
 

Numérateur : Nombre de résidents pour lesquels, il existe au
moins un résultat de mesure de la douleur avec une échelle dans
le dossier du résident non-douloureux ou au moins deux résultats
de mesure de la douleur avec une échelle dans le dossier du
résident douloureux

________________________________________________________x100
Dénominateur : Nombre total de résidents inclus dans l’enquête


 

EXEMPLE DE GRILLE D'EVALUATION  

AXE 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents
à la vulnérabilité des résidents
THEME 1 Le dépistage et la prise en charge de la douleur OUI NON PLAN D'ACTION
 Q94 La douleur fait-elle l'objet : 

- d'une évaluation systématique (utilisation d'une
échelle visuelle analogique,... ) ?

- d'une prise en charge spécifique des résidents
(traitement systématique, suivi, ...) ?- d'actions de formation du personnel ?

% de personnes pour lesqueles est collectés une évaluation des risques et des fragilités lors de l’évaluation initiale ?

%du personnel ayant recu une formation sur la douleur et la fin de vie ?

L'ehpad est -t-il (inscrit dans un réseau sanitaire et médico-social de la filière gériatrique?

 l'ehpad à-t-il recours à des ressources externes(équipe mobile soins palliatifs)

   

 

Former tous les professionnels au dépistage de la douleur.
Évaluer régulièrement la douleur chez tout résident prenant un traitement antalgique.
Transmettre les résultats de l’évaluation au médecin traitant.
Développer le partenariat avec les structures ressources du territoire.

 

       

OU TROUVER L'INFORMATION:

 

TAUX INDICATEUR DE SUIVI DE LA DOULEUR:

 

 TAUX DE PRÈVALENCE EN EHPAD :

 

THÈME 2

Les chutes

ELABORER VOTRE QUESTIONNAIRE A PARTIR DU RECEUIL D'INFORMATION CI DESSOUS

Comment les professionnels sont-ils formés sur les conduites à tenir devant une  chute ?

Comment est assurée la diffusion des protocoles élaborés précisant les conduites à tenir avec un résident ayant chuté ou à risque de chutes ?


Comment est fait le bilan de la personne ayant chuté ?

Par qui ? Quel partage des informations en équipe pluridisciplinaire ?


Comment est organisée la rééducation de la personne ayant chuté ?

Quel apprentissage du « relever du sol » ?

Quelle adaptation du matériel de déambulation ?


Comment est organisé l’accès à une consultation spécialisée (gériatrie, neurologie, ORL…), à un pédicure-podologue ?


Comment compense-t-on les risques de chutes liés à l’environnement ? Sols glissants,  marches ? Luminosité ?


Comment prévient-on d’éventuelles fractures secondaires aux chutes pour les résidents à risque ?

Protecteurs de hanches ? Lits « bas » ? Matelas au sol ? Autres ?

Quelle réflexion pluridisciplinaire sur avantages/inconvénients ?


 Quelle réflexion éthique sur le « droit au risque » ? Quel accompagnement des


résidents, des proches sur ce thème ?

 

COMPTABILISER L'EXISTANT POUR MESURER LES ECARTS 

Quel est le nombre de professionnels qui connaissent et utilisent le(s) protocole(s) sur  les conduites à tenir avec un résident ayant chuté ou à risque de chute ?

Combien de résidents faisant des chutes répétées (plus de deux dans l’année) ont eu une consultation spécialisée ?

Combien de résidents ayant des risques de chutes bénéficient d’un aménagement de leur logement ? …/…

Les effets constatés pour les résidents

Quel est le nombre de résidents ayant fait une ou des chutes en un an ?

Quelles conséquences : nombre de fractures, nombre d’hospitalisations, nombre de régressions psychomotrices ? (lien avec mobilité).

ANALYSES

 L’identification des écarts :

− entre les objectifs et les effets constatés : par exemple, la proportion de résidents
ayant fait une chute due à un défaut d’aménagement ;
− entre les actions prévues et les pratiques observées : par exemple, l’atelier équilibre n’a pas pu se mettre en place ;
− entre les pratiques recommandées et les pratiques observées : par exemple, l’usage  de lits « Alzheimer » pour les personnes malades à risque de chutes ;
− entre les pratiques observées à un temps x et un temps y ou entre les effets  constatés à un temps x et un temps y : par exemple, le nombre de régressions  psychomotrices chez les résidents ayant chuté ;
➤ La recherche des éléments d’explication des écarts identifiés en se demandant s’ils sont liés :
− à une définition incomplète des actions à mettre en place ?
− aux modalités d’organisation et de transmission avec le médecin traitant ?
− aux moyens humains et matériels mobilisables ?
− à la formation des professionnels ?
− à l’évolution de la population accueillie ? À la modification du profil pathologique
(pathologies susceptibles d’entraîner des douleurs) des résidents ?− à d’autres facteurs explicatifs

 

LES ACTIONS A METTRE EN PLACE

Évaluer le risque de chute lors de l’élaboration et la réévaluation du projet personnalisé.
➤ Mettre en place des ateliers « équilibre ».
➤ Développer le partenariat avec les consultations spécialisées (gériatrie, neurologie, rhumatologie) du territoire.

LE SUIVI

L’incidence des chutes (nombre de chutes survenant en un an) en établissement d’hébergement et de soins pour personnes âgées dépendantes est évaluée à 1,7 par personne
et par an

Taux de résidents ayant chuté

Numérateur: Nombre de résidents ayant chuté au moins une fois  en 12 mois

____________________________________________________________________x100

Dénominateur: Nombre total de résidents

 

EXEMPLE DE GRILLE D'EVALUATION   

 

AXE 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents
à la vulnérabilité des résidents
THEME 2 Le dépistage et la prise en charge des chutes OUI NON PLAN D'ACTION
 

Q84 Les chutes font-elles l'objet

- d'une politique de prévention formalisée ?

- d'un signalement écrit systématique ?

 - d'une analyse des causes ? 

- d'un protocole (médicamenteux et non
médicamenteux) et prise en charge clairement
défini ?

Ce protocole inclut-il un suivi des personnes
ayant eu des fractures secondaires à une chute ?

     

Évaluer le risque de chute lors de l’élaboration et la réévaluation du projet
personnalisé.
Mettre en place des ateliers « équilibre ».
Développer le partenariat avec les consultations spécialisées (gériatrie, neurologie,
rhumatologie) du territoire

  
 Q128 Existe-t-il un plan d'action destiné à la prévention
des accidents (attention portée aux obstacles
divers, formation et réflexion collective des
intervenants,...) ?
   
 

Q129 Existe-t-il des systèmes d'appel pour les 

résidents :

- dans les chambre/logements,
- dans les cabinets de toilettes,
- dans les lieux communs ?
- portés par les résidents eux-mêmes ?
Existe t-il une organisation permettant de
s'assurer que le système de réponse aux appels
des résidents (sonnettes...) garantit une réponse
rapide ?

%du personnel ayant recu une formation sur la prévention des chutes chez la personne âgée

% de personnes pour lesqueles  une évaluation des risques et des fragilités est éffectué lors de l’évaluation initiale ?

Les risques potentiellement encourus par le résident  et les mesures prises pour les prévenir sont indentifié , et ont  fait l’objet d’un échange préalable avec la personnes de confiance et son entourage ?

   

OU TROUVER LES INFORMATIONS:

 

TAUX INDICATEUR DE SUIVI DES CHUTES:

 

TAUX PRÈVALENCE DES CHUTES EN EHPAD:

 

THÈME 3

La prévention et la prise en charge des escarres

ELABORER VOTRE QUESTIONNAIRE A PARTIR DU RECEUIL D'INFORMATION CI DESSOUS

 

Comment sont diffusées les recommandations de la HAS ?Comment est organisée la formation sur ce sujet ?

Existe-t-il une personne ou structure ressource (interne ou externe) référente pour la prise en charge des escarres constituées ?
Comment et par qui est faite l’évaluation du risque ? Avec quel outil ?Quelle périodicité ?
Comment est organisée la mise à disposition des matériels nécessaires au lit, au fauteuil ?
Comment les escarres constituées sont-elles prises en charge ? Existe-t-il un protocole  de soins ?

COMPTABILISER L'EXISTANT POUR MESURER LES ECARTS

 

Quel est le nombre de résidents pour lesquels on retrouve une évaluation du risque d’escarres dans leur dossier ?
➤ Combien de résidents à risque d’escarres disposent au jour de l’évaluation de matériel/prise en charge adaptés ?
➤ Pour combien d’escarres le protocole de soins est-il suivi ? Sinon pour quelles  raisons ?
Les effets constatés pour les résidents
➤ Quel est le nombre de nouveaux cas d’escarres apparus dans l’année et dans l’Ehpad ?
➤ Quel est le nombre de résidents présentant une ou des escarres au jour de l’enquête ? Combien ont été acquises dans l’Ehpad ?

ANALYSES

 

L’analyse a pour but de comprendre, d’interpréter les constats faits, d’élaborer le plan d’amélioration et de mobiliser
les différents acteurs sur les enjeux des changements à conduire.

LES ACTIONS A METTRE EN PLACE

 

La prévalence des escarres dans les Ehpad retrouvée dans différentes études locales va de 4,3 % à 10,1 %

Élaborer un protocole d’évaluation des risques d’escarres conforme aux recommandations.
➤ Élaborer un protocole de prévention des escarres chez les résidents à risque.
➤ Établir un partenariat avec une personne/structure ressource interne ou externe à l’établissement

LE SUIVI

 

Taux d’escarres acquises dans l’Ehpad

Numérateur: Nombre de résidents ayant une escarre acquise dans l’établissement

______________________________________________________________________x100


Dénominateur: Nombre de résidents inclus dans l’enquête

 

EXEMPLE DE GRILLE D'EVALUATION  

 

AXE 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents à la vulnérabilité des résidents
THEMA 3 La prévention et la prise en charge des escarres OUI NON PLAN D'ACTION

 Q95 Les escarres font-elles l'objet d'un suivi institutionnel ? Existe-t-il un protocole écrit et actualisé ? 

- de prévention des escarres ?  

- de leur traitement ?
Existe-t-il un suivi et une évaluation de leur
application ?

%du personnel ayant recu une formation sur la prévention des escarres?

% de personnes pour lesqueles  une évaluation des risques et des fragilités est éffectué lors de l’évaluation initiale ?

     

Élaborer un protocole d’évaluation des risques d’escarres conforme
aux recommandations.
Élaborer un protocole de prévention des escarres chez les résidents à risque. Élaborer un protocole de prise en charge et de suivi des escarres conforme aux
recommandations ci-dessous.
Établir un partenariat avec une personne/structure ressource interne ou externe
à l’établissement.

 

OU TROUVER LES INFORMATIONS:

 

TAUX INDICATEUR DE SUIVI DES ESCARRES DANS L'ETABLISSEMENT :

 

 TAUX DE PRÈVALENCE DES ESCRRES EN EHPAD :

 

THÈME 4

 

 

La prévention et la prise en charge de la dénutrition

 

La dénutrition protéino-energétique concerne prés de la moitié des résidents des EHPAD ,au moins deux tiers de ces résidents ne sont pas pris en compte dans le codage pathos ,montrant que dans le quotidien des EHPAD , la dénutrition n’est pas suffisament prise en compte.

 

ELABORER VOTRE QUESTIONNAIRE A PARTIR DU RECEUIL D'INFORMATION CI DESSOUS

COMPTABILISER L'EXISTANT POUR MESURER LES ECARTS

ANALYSES

LES ACTIONS A METTRE EN PLACE

LE SUIVI

 

EXEMPLE DE GRILLE D'EVALUATION 

 

AXE 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents
à la vulnérabilité des résidents
THEME 4 La prévention et la prise en charge de la dénutrition OUI NON PLAN D'ACTION

 Q33 Existe-t-il- un dispositif permettant de recueillir les attentes 

et souhaits des résidents et de leurs familles :
- bilan d'entrée comprenant les habitudes
alimentaires antérieures, les goûts et dégoûts, lescontraintes liées à une pratique religieuse ?- enquêtes périodiques de satisfaction et attentes ?

- recueil des satisfactions et réclamations ? CR commission
- répartition des horaires de repas dans la journée

- composition des repas et choix des menus ? Diffusion des
- temps consacré à chaque repas ? menus.
- aide apportée à la prise des aliments et desboissons ?

   

Recueillir les goûts et habitudes alimentaires.
Repérer les situations à risque de dénutrition lors de l’évaluation gérontologique
à l’entrée et annuellement.
Peser tous les résidents une fois par mois.
Suivre l’évolution du poids en réunion pluridisciplinaire.
Organiser des activités physiques adaptées.
Assurer une hygiène bucco-dentaire aux résidents.

               
 Q34 Existe-t-il une prise en compte de ce recueil d'informations ?    
 Q35 Existe-t-il une réponse alternative satisfaisante lorsque l'un des plats ne convient pas au résident ?
Menus Affichage
   
 Q36Tous les résidents non confinés au lit disposent-ils d'une place dans une salle de restaurant ou salle à manger ?
Plans de table
   
 Q37Le choix de la place et des voisins de table prend-il en compte les souhaits des résidents ?
Mode de recueil
d'information
   

 Q38 Quel est le délai maximal entre la fin du dîner et le début du petit déjeuner ? 

• A - 12 h ou moins.
• B - entre 12 et 13 h (inclus). 
• C - entre 13 et 14 h (inclus).
• D - plus de 14 h

   
 Q39Les résidents qui le souhaitent ont-ils une « collation » (tisane...) après le repas du soir ?    
 Q40 Existe-t-il un suivi des aliments effectivement absorbés par les résidents à risque de dénutrition ?
Existe-t-il un suivi des boissons effectivement absorbés par les résidents à risque de déshydratation
   
 Q41 Existe-t-il une procédure permettant de déterminer les personnes à servir en chambre (sur demande du résident et motif, état de santé défaillant...) ainsi que leur suivi ?    

 Q 42 L'état de nutrition fait-il l'objet d'un suivi Dossier individuel

- avec pesée systématique à l'admission ?du résident
- avec pesées régulières ?
• A - une fois par trimestre ou plus.
• B - moins d'une fois par trimestre.
• C - de façon occasionnelle ou uniquement en cas de problème de santé.
• D - jamais.

   
 Q 43 La composition des menus fait-elle l'objet d'un avis médical ou d'un autre professionnel compétent en nutrition ?    
 Q44 Les régimes font-ils l'objet d'une prescription et d'un suivi médical ?
Dossier individuel du résident
Les repas mixés font-ils l’objet d’un suivi médical
   
 Q45 Le dernier procès-verbal des services vétérinaires
a-t-il fait l'objet de réserves ?PV services vétérinaires
Si oui :
- ont-elles été levées ?
- font-elles l'objet d'un échéancier ?
   
 Q84 Existe t-il un calendrier alimentaire pour les
personnes à risque de dénutrition ?

En cas de survenue d'une dénutrition, celle-ci fait-elle l'objet d'une prise en charge adaptée s'appuyant sur un protocole ?prescription référent

Les sondes gastriques font-elles l’objet d’un suivi médical ?

Calendrier alimentaire

   
 

Q85 L'hydratation des résidents fait-elle l'objet d'une
surveillance régulière ?

- avec boissons à portée de main des résidents ? individuel
référent
- avec suivi systématique et individualisé des
apports hydriques des résidents à risque ?

%du personnel ayant recu une formation sur la prévention de la dénurition ?

% de personnes pour lesqueles  une évaluation des risques et des fragilités est éffectué lors de l’évaluation initiale ?

   

 OU TROUVER LES INFORMATIONS:

 

 TAUX INDICATEUR DE SUIVI DE L'ETABLISSEMENT:

 

 TAUX DE PREVALENCE EN EHPAD :

 

THÈME 5

La prévention et la prise en charge des troubles de l’humeur et du comportement

OBJECTIF

Améliorer le diagnostic et la prise en charge des résidents déprimés.
Améliorer le diagnostic et la prise en charge médicamenteuse et non-médicamenteuse des résidents ayant des troubles du comportement

ELABORER VOTRE QUESTIONNAIRE A PARTIR DU RECEUIL D'INFORMATION CI DESSOUS

COMPTABILISER L'EXISTANT POUR MESURER LES ECARTS

ANALYSES

LES ACTIONS A METTRE EN PLACE

LE SUIVI

 

 

EXEMPLE DE GRILLE D'EVALUATION  

 

AXE 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents
à la vulnérabilité des résidents
THEME 5 Le dépistage et la prise en charge des troubles de l’humeur et du comportement  OUI  NON  PLAN D'ACTION
 Q88 Les personnes atteintes de détérioration
intellectuelle ont-elles bénéficié d'un bilan diagnostic (bilan cognitif, recherche de cause curable) ? 
 
     

Dépister les troubles de l’humeur et du comportement dans le cadre de l’évaluation
gérontologique à l’entrée puis annuelle pour tous les résidents.
Évaluer régulièrement en équipe pluridisciplinaire les troubles de l’humeur et les troubles
du comportement des résidents dépistés avec les échelles recommandées.
Établir un partenariat avec des personnes ou structures ressources (équipe mobile
gériatrique, secteur psychiatrique).
Former les professionnels aux prises en charge non-médicamenteuses des troubles du
comportement des résidents ayant une maladie d’Alzheimer ou maladies apparentées.
Réévaluer, en collaboration avec les prescripteurs, les prescriptions de neuroleptiques et
des autres psychotropes (antidépresseurs, anxiolytiques/hypnotiques) pour les résidents
ayant ou non une maladie d’Alzheimer.

          
 Q89 Existe-t-il, au sein de l'établissement, des
prestations de type psychiatrique et/ou
psychologique :
- avec des moyens internes ? - avec des intervenants extérieurs ?
   
 Q90Les personnes atteintes de détérioration intellectuelle bénéficient-elles d'un projet de vie
spécifique visant au maintien de leur autonomie psychique et physique ?Ce projet individuel prend-il en compte la possibilité de déambuler
   

 Q91L'accompagnement et les soins aux personnes atteintes de détérioration intellectuelle sont-ils
prodigués au sein d'espaces spécifiques :

- la journée, y compris de façon temporaire ?
- 24 heures sur 24 ?

   
 Q92L’accompagnement et les soins aux personnes atteintes de détérioration intellectuelle sont-ils prodigués par du personnel compétent ayant reçu une formation spécifique ?
• A - l'ensemble du personnel a reçu une formation spécifique, Actions de formation 
• B - une partie du personnel a reçu une formation spécifique,
• C - un seul membre du personnel a reçu une formation spécifique,
• D - pas de formation spécifique
   
 Q93 Existe-t-il une prise en compte adaptée des problèmes psychiatriques, autres que ceux liés à
des détériorations intellectuelles, rencontrés par les résidents (psychoses, états dépressifs,...) ?
   

Q81 Les prescriptions des médecins sont-elles écrites, lisibles et signées ?

   

Q82 Existe t-il une liste type actualisée des
médicaments prescrits au sein de l'institution ?
A-t-elle été élaborée avec le médecin coordonnateur ?

   

Q83 Pour chaque résident, existe-t-il une procédure
permettant de vérifier le suivi des traitements
prescrits :
- prise effective ? Protocoles
- efficacité ?
- effets secondaires ?

 
   
 Q3Cc Les facteurs susceptibles de déclencher ou de majorer les troubles psychologiques ou comportementaux sont-ils explorés en équipe ?)    

 OU TROUVER LES INFORMATIONS:

 

 TAUX INDICATEUR DE SUIVIE :

 

 TAUX DE PREVALENCE EN EHPAD :

 

THÈME 6

L’analyse et la maîtrise du risque infectieux

 

OBJECTIF

Identifier et analyser le risque infectieux.
Gérer le risque infectieux.
Informer tous les acteurs concernés de la démarche de prévention du risque.

ELABORER VOTRE QUESTIONNAIRE A PARTIR DU RECEUIL D'INFORMATION CI DESSOUS

COMPTABILISER L'EXISTANT POUR MESURER LES ECARTS

ANALYSES

LES ACTIONS A METTRE EN PLACE

LE SUIVI

 

 

EXEMPLE DE GRILLE D'EVALUATION  

 

AXE 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents
à la vulnérabilité des résidents
 THEME 6 L’analyse et la maîtrise du risque infectieux OUI NON PLAN D'ACTION

Q124 Existe-t-il des protocoles : 
Protocole Sécurité - d'hygiène (lavage des mains, circuits propres et sales,...) ?
- sur les conduites à tenir en cas d'accident d'exposition au sang ?

     

S’assurer de la connaissance par les professionnels des règles d’hygiène standard dont l’hygiène des mains.
Mettre en place un relevé systématique des infections.
Inciter les résidents et les professionnels à la mise à jour des vaccinations nécessaires.
 Établir un partenariat avec une structure ressource en cas de nécessité de gestion de crise devant une épidémie.

 

OU TROUVER L'INFORMATION:

 

TAUX INDICATEUR DE SUIVI DE:

 

 TAUX PREVALENCE EN EHPAD:

 

THÈME 7

La continuité des soins

OBJECTIF

Organiser la continuité des soins au sein de l’établissement.
Développer un partenariat avec les établissements de santé de proximité, en particulier la filière gériatrique hospitalière.

ELABORER VOTRE QUESTIONNAIRE A PARTIR DU RECEUIL D'INFORMATION CI DESSOUS

COMPTABILISER L'EXISTANT POUR MESURER LES ECARTS

ANALYSES

LES ACTIONS A METTRE EN PLACE

LE SUIVI

 

EXEMPLE DE GRILLE D'EVALUATION  

 

AXE 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents
à la vulnérabilité des résidents
 THEME 7 La continuité des soins OUI NON PLAN D'ACTION

Q66  Existe t-il un médecin coordonnateur ? 

• A - oui, et compétent en gérontologie par diplômes ET expérience. 
CV, diplôme, attestation de formation continue.

• B - oui, titulaire d'un diplôme, OU expérimenté en gérontologie.
• C - oui, mais sans diplôme, ni expérience attestant d'une compétence en gérontologie.
• D - non.

     

Élaborer une procédure de préparation au transfert à l’hôpital et de l’hôpital.
Connaître les différents niveaux de la filière gériatrique.
Définir les limites de prise en charge médicale de la structure.
Mettre en place une commission de coordination avec les intervenants libéraux

                       
Q67 Le médecin coordonnateur participe-t-il : - 
à l'élaboration du projet institutionnel ? Compte-rendu de réunions.
- à des réunions de direction ?
   
Q68 Existe t-il une permanence des soins médicaux, 
interne ou externe, incluant les urgences ? 
Est-elle formalisée ?
   
 Q69 L'organisation des soins permet-elle un recours rapide, chaque fois que nécessaire : Délais de rendez-vous 
 - à l'oto-rhino-laryngologiste ? Procédure d'appel 
 - à l'ophtalmologiste ? d'urgence
- au chirurgien dentiste ?
   
 Q 70 Existe t-il un infirmier ou un cadre infirmier référent (tel que défini dans le cahier des charges)    

 Q 71 Le médecin coordonnateur contribue-t-il à la formation gérontologique des différents 
intervenants libéraux (médecins et paramédicaux) et salariés notamment en ce qui concerne : 
Actions d'information. Invitations. Compte-rendu
- les risques iatrogènes médicamenteux ? 
- la prévention des incapacités ou de leur aggravation ? 
- la prévention des infections ? 
- les règles d'hygiène générale et celles liées aux soins ? 
- les troubles du comportement ?
- la prévention des chutes ? 
- la nutrition ?

   
Q 72 Le médecin coordonnateur élabore-t-il un rapport 
d'activités médicales annuel ? 
Contenu du rapport 
Ce rapport d'activités contient des données sur : 
- les affections ? 
- la dépendance ? 
- l'évaluation des pratiques ? 
- l'organisation des soins ? 
Est-il utilisé pour détecter les points faibles et améliorer l’organisation des pratiques ?
   
 Q 73 Existe t-il un projet de soins ? 
Projet de soins 
de soins
Il est écrit et élaboré : 
- par le médecin coordonnateur ? 
- par l'infirmier référent ? 
- avec l'ensemble de l'équipe soignante ?
- avec les intervenants libéraux ?
   
 Q 74 Le projet de soins :
- précise-t-il les protocoles de prise en charge des résidents selon leurs grandes spécificités (mobilité, incontinence, états démentiels, diabète, douleur....) ?
- est-il basé sur des bilans individuels périodiques des résidents ? 
- précise-t-il l'organisation des soins et aides apportées aux résidents ? 
Prend-il en compte les règles d'hygiène générale et celles liées aux soins ? 
Prend-il en compte la prévention des risques iatrogènes médicamenteux ?
   

Q 75 Existe t-il une procédure formalisée et systématique à chaque changement d'équipe ?Cahier de transmission, Temps de recoupement du travail des "équipes

   
Q 76 Les locaux permettent-ils une organisation soins adaptée à l'état des résidents ? Descriptif des locaux ou plans    
Q 77 Les médicaments sont-ils rendus inaccessibles aux résidents et professionnels non concernés ?    
Q 78 Au sein de l'institution, tous les résidents ont-ils un (ou des) dossier(s) individuel(s) relatif aux : 
résident - éléments médicaux ? 
- éléments concernant les soins paramédicaux ? 
- éléments concernant les aides à la vie quotidienne ? 
- objectifs de soins ?
   

 79 Si oui, ce(s) dossier(s) individuel(s) contient-il notamment :
 - une identification du médecin traitant de la personne ? 
- les antécédents médicaux importants ? 
- les allergies et contre-indications médicamenteuses ?
- une évaluation globale de la personne ? 
- les affections dont elle est atteinte ? 
- l'état de dépendance ? 
- les traitements mis en oeuvre, leur suivi et évaluation ? 
- les protocoles de soins et d'aides mis en oeuvre, leur suivi et évaluation ? 
- des synthèses périodiques ?

   
 Q 80 Un dossier type existe-t-il ?individuel Si oui, a-t-il été élaboré avec : 

- le médecin coordonnateur ? 

- l'infirmier référent ? 

- l'équipe soignante ? 
- les intervenants libéraux

   
 Q 81Les prescriptions des médecins sont-elles écrites, lisibles et signées ?    
 Q 82 Existe t-il une liste type actualisée des médicaments prescrits au sein de l'institution ? 
Liste actualisée 
A-t-elle été élaborée avec le médecin coordonnateur ? 
en préciser le délai nécessaire (1 an, 6mois)
   
 Q 83 Pour chaque résident, existe-t-il une procédure permettant de vérifier le suivi des traitements prescrits : 
- prise effective ? Protocoles
- efficacité ? 
- effets secondaires ?
   
 Q 114 L’institution a-t-elle passé une convention avec au moins un établissement de santé, public ou privé, prévoyant les modalités :

- d'accueil et de prise en charge en service de médecine ou de chirurgie ? 

- du retour dans l’institution d’origine ?

   
 Q 115 Existe t-il une convention avec un service ou une consultation gériatrique permettant de bénéficier chaque fois que nécessaire d'une évaluation individuelle et/ou d'un suivi gériatrique ?    
 Q 116 Existe-t-il un recours au secteur psychiatrique ? Convention
• A - régulier avec une organisation formalisée projet)
• B - régulier mais sans organisation formalisée,Rapport de secteur
• C - occasionnel 
• D - jamais
   
 Q 117 Existe t-il une collaboration avec un ou des établissements de santé pour des problèmes spécifiques : Convention(s) ou projets

- prise en charge de la douleur ? 
- soins palliatifs ? 
- consultation mémoire ? 
- troubles du comportement ? 
- nutrition... ?
   
 Q 119 L'établissement fait-il partie d'un système de soins coordonnés ou d'un réseau ?    

 OU TROUVER LES INFORMATIONS:

 

 TAUX INDICATEUR DE SUIVI DE L'ETABLISSEMENT:

 

 TAUX DE PREVALENCE EN EHPAD :

 

evaluation-interne-ehpad
Évaluation interne des ehpad

Evaluation interne des ehpad

evaluation-interne-ehpad
diagnostic de pré-évaluation interne

diagnostic de pré-évaluation interne

evaluation-interne-ehpad
Organiser les équipes

Organisation des équipes autour de l'évaluation interne

evaluation-interne-ehpad
les thèmes à évaluer

les thèmes à évaluer autour de l'évaluation interne

evaluation-interne-ehpad
Construire le référentiel

Construire son référentiel évaluation interne

evaluation-interne-ehpad
Axe 1 la garantie des droits individuels et collectifs

Thème 1. La garantie des droits individuels évaluation interne des ehpad

evaluation-interne-ehpad
Axe 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents à la vulnérabilité des résidents

Axe 2 Prévention des risques liés à la santé inhérents à la vulnérabilité des résidents

evaluation-interne-ehpad
AXE 3 maintien des capacité

AXE 3 maintien des capacités de la vie quotidienne ,exemple de grille d'évaluation interne,

evaluation-interne-ehpad
AXE 4 La personnalisation de l’accompagnement

AXE 4 La personnalisation de l’accompagnement,exemple grille d'évaluation interne,

evaluation-interne-ehpad
AXE 5 Accompagnement de la fin de vie

AXE 5 Accompagnement de la fin de vie,exemple grille d'évaluation interne,

evaluation-interne-ehpad
Rapport d’évaluation interne esms

Rapport d’évaluation interne esms

evaluation-interne-ehpad
livre évaluation interne ESSMS

un vaste choix de livre au meilleurs prix, une sélection de soignante en EHPAD .fr sur l'évaluation interne des ESSMS

evaluation-interne-ehpad
modéle rapport evaluation interne

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Commentaires (1)

ghisla
  • 1. ghisla | 07/07/2012

bo

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 13/03/2016

Exercices corrigés du DEAS Module 1 à 8

Animaatjes dokter 70912+ de 230 exercices avec corrigés 

Contenue E.learning 

Obtenez un mot de passe aprés paiement et comencez à réviser 

Je teste