Les risques liés à la prise des médicaments

Fiche repére

Pour les professionnels les signes d'alerte « LES SIGNES QUI DOIVENT M’ALERTER »

  • Médicaments retrouvés par terre ou qui traînent, sur une table, etc.
  • Retour d’une hospitalisation (souvent suivi d’un changement de traitement, de plusieurs ordonnances en cours, etc.).
  • Épisode aigu (grippe, pneumopathie, gastroentérite, etc.).
  • Plaintes par rapport à certains médicaments (« pas bon », « me fait mal », « celui lui là il est trop gros je n’arrive pas à l’avaler », « je n’arrive pas à l’attraper »).
  • La forme et le goût ne conviennent pas.
  • Rejet du traitement.

 

LES FACTEURS DE RISQUE

BON À SAVOIR

Facteurs socio-psychologiques et environnementaux :

  • problèmes de déglutition/fausse route ;
  • dépression;
  • déficience visuelle et tactile (ne peut pas bien attraper);
  • aggravation d’une pathologie ou l’arrivée d’une nouvelle pathologie.

Facteurs médicaux ou paramédicaux (lorsque ces éléments peuvent être connus du service) :

  • avoir plusieurs pathologies et voir plusieurs spécialistes (multiplicité des ordonnances);
  • consommer plus de 5 médicaments;
  • avoir une pathologie qui nécessite des horaires ou conditions de prise très précises (Parkinson, diabète, cardio-vasculaire, trouble circulatoire, etc.).

Recommandation

Pour la structure mettre en place un dispositif de veille permettant d'identifier les risques liés à la prises des médicaments

  • En vérifiant avec la personne qu’elle prend bien ses médicaments régulièrement et qu’elle sait pour quelle pathologie ils sont prescrits.
  • En encourageant la personne à exprimer ses attentes, besoins et difficultés.
  • En observant les évolutions dans sa manière de les prendre.
  • En échangeant, si la personne est d’accord, et selon les besoins, avec son entourage et les partenaires (IDE, AS, pharmacien) qui l’accompagnent, dont son médecin traitant afin d’élaborer en équipe ce qui peut être mis en place à partir des informations remontées par les professionnels notamment non soignants.

Partager l'analyse des signes repérés   

  • En échangeant avec la personne, son entourage, en équipe et avec les partenaires dans le respect des règles de partage d’informations (MT, MEDEC, IDEC, pharmacien, AS, etc.).
  • En prévoyant des temps et des outils spécifiques de partage d’informations, telles les Réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP)55.
  • En organisant les remontées d’informations entre les partenaires internes et externes.

Adapter les réponses lorsque les personnes accueillies montrent des risques liés à la prise des médicaments 

  • En recherchant des réponses en équipe, en accord avec la personne et en cohérence avec le projet personnalisé.
  • En impliquant la personne et ses aidants dans la recherche de solutions.
  • En sollicitant ou en orientant vers les partenaires et plus particulièrement le pharmacien, le médecin traitant, IDEC, MEDEC, etc.
  • En formalisant dans le projet personnalisé les solutions proposées et les éventuelles difficultés.
  • En évaluant en équipe les actions mises en place et leurs limites.
  • En vérifiant en équipe le circuit du médicament au sein de l’Ehpad.
  • En mettant en place des réunions de concertation pluridisciplinaires.

Sensibiliser et former les professionnels au repérage des risques liés à la prise de médicaments 

  • En présentant aux professionnels les principaux facteurs de risques liés à la prise des médicaments (iatrogénie médicamenteuse, non observance, etc.).
  • En formalisant ces éléments dans le projet de service.
  • En inscrivant cette thématique dans le plan de formation.
  • En encadrant l’éventuelle utilisation d’outils d’aide au repérage des signes d’un risque lié à la consommation des médicaments.
  • En organisant régulièrement des temps d’échanges, notamment pour la diffusion des recommandations de bonnes pratiques professionnelles relatives à la consommation médicamenteuse.

Source : https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2018-03/ane-rbpp_reperage_des_risques_personnes_agees-ehpad-pdf_interactif.pdf

Bon à savoir

Recherchez les signes de problèmes de médication chez les patients plus âgés.

L'évaluation des médicaments d'un patient doit inclure la prise d'antécédents médicamenteux.

Les médicaments doivent être rapprochés lors de l'admission, de la sortie et du transfert des soins pour éviter les erreurs.

Il est important de savoir que les médicaments d'un patient plus âgé peuvent les exposer à un risque de déclin. 

Considérez les signes de problèmes de médication.

Identifier les personnes à risque

Un patient est considéré à risque de problèmes de médication s'il:

  • sont âgés de plus de 65 ans
  • prendre cinq médicaments ou plus
  • souffrez d'affections qui sont généralement associées à des hospitalisations évitables liées aux médicaments - telles que l'asthme / la MPOC, la dépression, un événement cérébrovasculaire, des fractures de la hanche, une insuffisance rénale, une confusion aiguë, un trouble bipolaire et une hyperkaliémie .
  • sont identifiés comme à risque de chute ou ont une mobilité réduite - certains médicaments peuvent altérer l'équilibre et la coordination
  • avez une déficience cognitive ou sensorielle - le patient peut ne pas être en mesure de suivre les instructions de médication
  • sont identifiés comme étant à risque de sous-nutrition - la nutrition et l'hydratation jouent un rôle majeur dans l'absorption des médicaments
  • sont identifiés comme étant à risque d'incontinence - certains médicaments peuvent causer des problèmes de continence
  • sont identifiés comme étant à risque de délire - certains médicaments peuvent provoquer un délire
  • sont identifiés comme étant à risque de dépression - l'apathie peut avoir un impact sur la capacité du patient à prendre des médicaments avec précision
  • gérer leurs propres médicaments et vivre seuls ou sont socialement isolés. Ils peuvent prendre des médicaments de façon inexacte, ou ils peuvent avoir de la difficulté à accéder à des médicaments ou à demander de l'aide concernant leurs médicaments. À l'inverse, la connexion sociale aide à l'adhésion aux médicaments. 2
  • sont récemment sortie d'une hospitalisation - il s'agit d'une période à haut risque d'erreurs de médication en raison du nombre de changements de médicaments qui sont généralement effectués pendant un séjour à l'hôpital
  • ont un faible niveau d'alphabétisation ou ne sont pas francophones - cela peut avoir une incidence sur leur compréhension de la façon et du moment de prendre des médicaments et à quoi ils servent

L'évaluation peut éclairer la gestion des médicaments

Si une personne est identifiée comme étant à risque ou ayant des problèmes de médication, nous devons la référer au pharmacien et au médecin traitant pour une évaluation complète. Cela éclairera notre plan d'intervention. De plus, commencez par remplir le meilleur historique de médicaments possible.

 

Meilleur historique de médication possible (MHMP)

Il s'agit d'un historique complet des médicaments à prendre pour chaque patient identifié comme présentant un risque accru de problèmes de gestion des médicaments.

Obtenez des informations pour le MHMP en interviewant le patient et un membre de la famille ou un soignant.

Collectez les informations suivantes pour le MHMP:

  • calendriers de dosage actuels
  • durée du traitement
  • indications actuelles
  • allergies (y compris une description de la réaction)
  • les niveaux d'adhésion actuels (la mesure dans laquelle un patient suit les instructions ou recommandations convenues pour la prise d'un médicament données par le fournisseur de soins de santé).

Confirmer les informations par biais d'autres sources, telles que les conteneurs de médicaments et la liste des médicaments du patient, sa famille (en particulier si la personne ne se sent pas bien, a une déficience cognitive ou reçoit l'aide de quelqu'un pour prendre ses médicaments), le médecin généraliste, la pharmacie communautaire et d'autres services de santé prestations de service.

Rapprochement médicamenteux

Pour éviter les erreurs de transcription, vérifiez que tous les médicaments que les patients doivent prendre sont bien ceux qu'ils prennent.

Répétez ce processus lors de l'admission, de la sortie et du transfert des soins entre les établissements de soins de santé, par exemple, du service des urgences au service médical général.

Pour concilier les médicaments prescrits:

  • vérifier par rapport aux médicaments commandés sur le tableau des médicaments
  • comparer aux ordonnances d'admission, de transfert et de libération
  • résoudre toute divergence avec le prescripteur.

 

Révision de la liste des médicaments

Une fois terminée, la liste des médicaments doit être revue pour se concentrer sur les médicaments associés au développement de syndromes gériatriques.

Le fait de cibler les médicaments présentant le risque le plus élevé de causer des blessures pourrait empêcher la multiplication des événements indésirables liés aux médicaments et des visites aux urgences. 1,2,3 Ces médicaments comprennent la warfarine, l'insuline, la digoxine, les stupéfiants, les opiacés et les sédatifs. Si une personne âgée prend l'un de ces médicaments, discutez-en avec le médecin traitant et consultez le pharmacien de service pour une évaluation plus approfondie. En plus du jugement clinique de l'équipe, utilisez les critères de pertinence de la prescription et l'outil STOPP / START pour minimiser la prescription inappropriée pendant le processus d'examen

Gisèle Cabre 

Formatrice IFSI

Kalisch, L., Caughey, GE, Barratt, JD, Ramsay, E., Killer, G., Gilbert, AL, Roughead EE, Prévalence des hospitalisations liées aux médicaments évitables en Australie: une opportunité de réduire les méfaits ». Journal international pour la qualité des soins de santé

Menu aide soignante module 3

Raisonnement
L'utilisation des médicaments est devenue de plus en plus complexe ces derniers temps
L'erreur de médication est une cause majeure  
En tant que futurs agents de santé, vous aurez rôle important pour sécuriser l'utilisation des médicaments

Objectifs d'apprentissage de ce guide

  • Fournir un aperçu de la sécurité des médicaments
  • Encourager les élèves à continuer à apprendre et à mettre en pratique des moyens d'améliorer la sécurité de l'utilisation des médicaments
  • Exigences en matière de connaissances
  • Comprendre l'ampleur de l'erreur de médication
  • Comprendre les étapes d'un patient en utilisant des médicaments
  • Identifier les facteurs qui contribuent à l'erreur de médication
  • Apprenez à rendre l'utilisation des médicaments plus sûre
  • Comprendre les avantages d'une approche multidisciplinaire à la sécurité des médicaments

Reconnaître que la sécurité des médicaments est un sujet et une compréhension qui affectera la façon dont vous effectuez les tâches suivantes:
Utilisez des noms génériques le cas échéant
Adaptez votre prescription à chaque patient
Apprendre et pratiquer des antécédents médicaux approfondis
Savoir quels médicaments sont à haut risque et prendre des précautions
Soyez très familier avec les médicaments que vous prescrivez et / ou distribuez

Utilisez des aides à la mémoire
 N'oubliez pas les 5 B lors de la prescription et de l'administration
 Communiquez clairement
 Développer des habitudes de vérification
Encourager les patients à s'impliquer activement dans le processus
Signaler et apprendre des erreurs de médication

 

Définitions (1)
Effet secondaire: un effet connu, autre que celui principalement destinées, relatives aux propriétés pharmacologiques d'un des médicaments
• par exemple. l'analgésie aux opiacés provoque souvent des nausées
Réaction indésirable: préjudice inattendu résultant d'un une action justifiée lorsque le processus correct a été suivi pour le contexte dans lequel l'événement s'est produit
• par exemple. une réaction allergique inattendue chez un patient prenant un médicament pour la première fois
Erreur: non-exécution d'une action prévue comme prévu ou application d'un plan incorrect
Événement indésirable: un incident au cours duquel un patient est blessé

 Événement indésirable médicamenteux:
• Peut être évitable (par exemple, le résultat d'une erreur) ou
• Peut ne pas être évitable (par exemple, le résultat d'un médicament indésirable
réaction ou effet secondaire)
 Une erreur de médication peut entraîner…
• Un événement indésirable si un patient est blessé
• Un quasi-accident si un patient est presque blessé ou
• Ni préjudice ni possibilité de préjudice
 Les erreurs de médication sont évitables

 

Étapes à suivre pour utiliser des médicaments
 Prescription
 Administration
 Suivi
  Remarque: ces étapes peuvent être effectuées par les soins de santé les travailleurs ou le patient; par exemple. médicaments en vente libre auto-prescrits et médicaments auto-administrés à
Accueil

 

La prescription implique…
 Choisir un médicament approprié pour une clinique donnée situation, en tenant compte des facteurs individuels du patient, comme les allergies
 Sélection de la voie d'administration, de la dose, du temps et régime
 Communiquer les détails du plan avec:
• Quiconque administrera le médicament (transcription écrite et / ou verbal)
• Et le patient
 Documentation

 

Comment la prescription peut-elle mal tourner?
 Connaissance insuffisante des indications et contre-indications des médicaments
 Ne pas tenir compte des facteurs individuels du patient, tels que les allergies, grossesse, comorbidités, autres médicaments
 Mauvais patient, mauvaise dose, mauvais moment, mauvais médicament, mauvaise voie
 Communication inadéquate (écrite, verbale)
 Documentation - illisible, incomplète, ambiguë
 Erreur mathématique lors du calcul du dosage
 Saisie de données incorrecte lors de l'utilisation de la prescription informatisée, par exemple duplication, omission, mauvais numéro

 

Médicaments à l'apparence identique
  2 exemples:
 Avanza (mirtazapine, antidépresseur); Avandia (rosiglitazone, médicament contre le diabète)
 Celebrex (célécoxib, anti-inflammatoire); Cerebryx (fosphénytoïne, anticonvulsivant); Celexa (citalpram, antidépresseur)

 

Nomenclature ambiguë
 Tegretol 100 mg
 S / C
 1,0 mg
 .1 mg
 Tegreto 1100 mg
 S / L
 10 mg
 1 mg

 

Éviter la nomenclature ambiguë
 Évitez les zéros à la fin par exemple. écrire 1 pas 1.0
 Utilisez des zéros non significatifs par exemple. écrire 0,1 pas 0,1
 Connaître la terminologie locale acceptée
 Écrivez proprement, imprimez si nécessaire

 

L'administration implique…
 Obtention du médicament sous une forme prête à l'emploi; mai impliquent le comptage, le calcul, le mélange, l'étiquetage ou préparer en quelque sorte
 Recherche d'allergies
 Donner le bon médicament au bon patient, dans le bonne dose, via la bonne voie, au bon moment
 Documentation

 

Comment l'administration de médicaments peut-elle mal tourner?
 Mauvais patient
 Mauvais itinéraire
 Mauvais moment
 Mauvaise dose
 Mauvais médicament
 Omission, non-administration
 Documentation inadéquate

 

Les 5 R
 Bon médicament
 Bonne route
 Au bon moment
 Bonne dose
 Bon patient

 

Erreurs de calcul
Pouvez-vous répondre à la question suivante?
Un patient a besoin de 300 microgrammes d'un médicament qui vient dans une ampoule de 1 ml contenant 1 mg du médicament.
Quel volume prélevez-vous et injectez-vous?

 

Le suivi implique…
 Observer le patient pour déterminer si le médicament est travail, être utilisé de manière appropriée et ne pas nuire patient
 Documentation

 

Comment la surveillance peut-elle mal tourner?
 Manque de surveillance des effets secondaires
 Le médicament n'a pas cessé s'il ne fonctionne pas ou le cours est terminé
 Le médicament a cessé avant la fin du cours
 Taux de médicament non mesurés ou non suivis
 Échecs de communication

 

Savez-vous quels médicaments
besoin de tests sanguins pour surveiller les niveaux?

 

Quels patients sont les plus à risque de erreur de médication?
 Patients prenant plusieurs médicaments
 Patients avec une autre condition, par ex. insuffisance rénale, grossesse
 Patients qui ne peuvent pas bien communiquer
 Patients qui ont plus d'un médecin
 Les patients qui ne jouent pas un rôle actif dans leur propre utilisation de médicaments
 Enfants et bébés (calculs de dose requis)

 

Dans quelles situations le personnel est-il le plus susceptible de contribuer à une erreur de médication?
 Inexpérience
 Se précipiter
 Faire deux choses à la fois
 Interruptions
 Fatigue, ennui, être sur «pilote automatique» entraînant l'échec de vérifier et revérifier
 Manque d'habitudes de vérification et de double vérification
 Mauvais travail d'équipe et / ou communication entre collègues
 Réticence à utiliser des aides-mémoire

 

Comment la conception du lieu de travail peut-elle contribuer à erreurs de médication?
 Absence de culture de sécurité sur le lieu de travail par exemple. systèmes de notification médiocres et incapacité à tirer des enseignements du passé proche échecs et événements indésirables
 Absence d'aides à la mémoire pour le personnel
 Effectifs insuffisants

 

Comment la présentation des médicaments contribue aux erreurs de médication?
 Médicaments semblables 
 Étiquetage ambigu

 

Façons de rendre l'utilisation des médicaments plus sûre
Ce que vous pouvez faire pour rendre l'utilisation des médicaments plus sûre:
 Utilisez des noms génériques
 Prescrire sur mesure pour chaque patient
 Apprenez et pratiquez la collecte de l'historique complet des médicaments
 Connaître les médicaments à haut risque et prendre des précautions
 Soyez très familier avec les médicaments que vous prescrivez
 Utilisez des aides à la mémoire
 N'oubliez pas les 5 R
 Communiquez clairement
 Développer des habitudes de vérification
 Encourager les patients à s'impliquer activement
 Signaler et apprendre des erreurs

 

Utilisez plutôt des noms génériques que les noms commerciaux

 

Personnalisez votre prescription pour chacun patient individuellement
Considérer:
 Allergies
 Comorbidités (en particulier insuffisance hépatique et rénale)
 Autres médicaments
 Grossesse et allaitement
 Taille du patient

 

Apprenez et pratiquez la collecte complète des antécédents de médication
 Inclure le nom, la dose, la voie, la fréquence, la durée de chaque médicament
 Renseignez-vous sur les médicaments récemment arrêtés
 Renseignez-vous sur les médicaments en vente libre, les compléments médicaments complémentaires
 Assurez-vous que ce que le patient prend réellement correspond à votre liste:
• Soyez particulièrement prudent lors des transitions de soins
• Pratiquez le bilan comparatif des médicaments à l'admission et à la sortie de l'hôpital
 Recherchez tous les médicaments que vous ne connaissez pas
 Envisagez les interactions médicamenteuses, les médicaments qui peuvent être médicaments pouvant provoquer des effets secondaires
 Toujours inclure les antécédents d'allergies

 

Savoir quels médicaments sont à haut risque et prenez vos précautions
 Fenêtre thérapeutique étroite
 Interactions multiples avec d'autres médicaments
 Médicaments puissants
 Calendriers de dosage et de surveillance complexes
 Exemples:
• Anticoagulants oraux
• Insuline
• Agents chimiothérapeutiques
• Agents bloquants neuromusculaires
• Antibiotiques aminosides
• Potassium intraveineux
• Médicaments d'urgence (puissants et utilisés dans des situations de haute pression)

Utilisez des aides à la mémoire
 Manuels
 Assistant numérique personnel
 Programmes informatiques, prescription informatisée
 Protocoles
 Libérez votre cerveau pour la résolution de problèmes plutôt que se souvenir des faits et des chiffres qui peuvent être stockés autre part
 Regarder les choses en cas de doute est un marqueur de pratique sûre, pas de l'incompétence!

 

N'oubliez pas les 5 R lors de la distribution
Vous souvenez-vous de ce que c'est?
 Bon médicament
 Bonne dose
 Bonne route
 Au bon moment
 Bon patient

 

Communiquez clairement
 Énoncez l'évidence
 Écrivez clairement et lisiblement
 Les 5 B
 Fermer la boucle

 

Développer des habitudes de contrôle (1)
 Lors de l'administration de médicaments:
• Vérifiez les allergies
• Vérifiez les 5 B
 N'oubliez pas que les systèmes informatisés nécessitent encore une vérification
 Vérifiez toujours et cela deviendra une habitude!

 

Développer des habitudes de contrôle (2)
 Quelques maximes utiles…
 Les médicaments non étiquetés appartiennent au bac
 N'administrez jamais un médicament à moins que vous ne soyez à 100% vous savez ce que c'est
 La pratique rend permanent, la pratique parfaite 
  Commencez vos habitudes de vérification maintenant!

 

Encourager les patients à s'impliquer activement
Dans le processus
 Lors de la prescription d'un nouveau médicament, fournir aux patients avec les informations suivantes:
• Nom, but et action du médicament
• Dose, voie et calendrier d'administration
• Instructions spéciales, directions et précautions
• Effets secondaires et interactions courants
• Comment le médicament sera contrôlé
 Encouragez les patients à garder une trace écrite de leur médicaments et allergies
 Encourager les patients à présenter ces informations chaque fois qu'ils consultent un médecin

 

Signaler et apprendre des erreurs de médication

 

Compétences de pratique sécuritaire pour les étudiants développer et pratiquer…
 Chaque fois que vous apprenez et pratiquez des compétences l'utilisation de médicaments, tenez compte des dangers potentiels patient et ce que vous pouvez faire pour améliorer la sécurité des patients
 La connaissance de la sécurité des médicaments aura un impact sur la façon dont vous:
• Prescrire, documenter et administrer des médicaments
• Utilisez des aides-mémoire et effectuez des calculs de médicaments
• Effectuer l'historique des médicaments et des allergies
• Communiquer avec des collègues
• Impliquer et éduquer les patients sur leurs médicaments
• Apprenez des erreurs de médication et des quasi-accidents

 

Sommaire
 Les médicaments peuvent grandement améliorer la santé lorsqu'ils sont utilisés sagement et correctement
 Pourtant, l'erreur de médication est courante et cause souffrance humaine évitable et coût financier
 N'oubliez pas que l'utilisation de médicaments pour aider les patients n'est pas une activité sans risque
 Connaissez vos responsabilités et travaillez dur pour faire utilisation sécuritaire des médicaments pour vos patients

 

Pour discuter
 Connaissez-vous des incidents au cours desquels un patient a été malades par des médicaments?
 Décrivez ce qui s'est passé
 La situation était-elle le résultat d'un effet secondaire indésirable réaction ou erreur de médication

 

Erreurs de calcul (1)
 Pouvez-vous répondre à la question suivante?
Un garçon de 12 kg et 2 ans a besoin de 15 mg / kg de médicament qui vient comme un sirop avec une concentration de 120 mg / 5 ml. Combien de ml administrez-vous?

 

Erreurs de calcul (2)
 Pouvez-vous répondre à la question suivante?
Un patient a besoin de 300 microgrammes d'un médicament qui vient dans une ampoule de 1 ml contenant 1 mg du médicament.
Quel volume prélevez-vous et injectez-vous?

 

Exemple de cas (1)
 Un homme de 74 ans voit un médecin communautaire pour traitement de l'angine de poitrine stable
 Le médecin n'a jamais rencontré ce patient auparavant et prend un historique complet et historique des médicaments
 Il découvre que le patient est en bonne santé et seulement prend des médicaments pour les maux de tête
 Le patient ne se souvient pas du nom du mal de tête des médicaments
 Le médecin suppose que c'est un analgésique que le patient prend chaque fois qu'il développe un mal de tête

 

Exemple de cas (2)
 Mais le médicament est en fait un bêta-bloquant qu'il prend tous les jours pour la migraine; ce médicament était prescrit par un autre médecin
 Le médecin commence le patient sous aspirine et un autre bêta-bloquant pour l'angine de poitrine
 Après avoir commencé le nouveau médicament, le patient développe une bradycardie et une hypotension orthostatique
 Malheureusement, le patient a une chute trois jours plus tard en raison étourdissements en position debout; il se fracture la hanche à l'automne

 

Quels facteurs y ont contribué erreur de médication?
 Deux médicaments de la même classe prescrits sans le savoir avec potentialisation des effets secondaires
 Patient mal informé de ses médicaments
 Le patient n'a pas apporté de liste de médicaments avec lui consulter le médecin
 Le médecin n'a pas fait d'antécédents médicaux assez détaillés
 Deux médecins prescrivant pour un patient
 Le patient n'a peut-être pas été averti des effets secondaires potentiels et que faire en cas d'effets secondaires

 

Comment cette situation a-t-elle pu été empêché?
 Éducation des patients concernant:
• Médicaments réguliers
• Effets secondaires potentiels
• L'importance d'être activement impliqué dans leurs propres soins - par exemple. avoir une liste de médicaments
 Antécédents médicamenteux plus approfondis

 

Cas 1)
 Une femme de 38 ans vient à l'hôpital avec 20 minutes d'éruption cutanée avec démangeaisons rouges et gonflement du visage; elle a un antécédents de réactions allergiques graves
 Une infirmière aspire 10 ml d'adrénaline au 1/10 000 (épinéphrine) dans une seringue de 10 ml et la laisse au chevet prêt à l'emploi (1 mg au total) au cas où le le médecin le demande
 Pendant ce temps, le médecin insère une canule intraveineuse
 Le médecin voit la seringue de 10 ml de liquide clair que le l'infirmière s'est préparée et suppose qu'il s'agit d'une solution saline normale

 

Caisse (2)
 Il n'y a aucune communication entre le médecin et le infirmière à ce moment
 Le médecin donne les 10 ml d'adrénaline (épinéphrine) à travers la canule intraveineuse pensant qu'il utilise une solution saline pour vider la ligne.
 Le patient se sent soudainement terrible, anxieux, devient tachycardique, puis devient inconscient sans pouls
 On découvre qu'elle est en tachycardie ventriculaire, est ressuscité et heureusement fait une bonne récupération
 Dose recommandée d'adrénaline (épinéphrine) dans l'anaphylaxie est de 0,3 à 0,5 mg IM, ce patient a reçu 1 mg IV

 

Pouvez-vous identifier les facteurs contributifs à cette erreur?
 Hypothèses
 Manque de communication
 Étiquetage inadéquat de la seringue
 Donner une substance sans vérifier et vérifier à nouveau ce qu'elle est
 Manque de soins avec un médicament puissant

 

Comment cette erreur aurait-elle pu être évitée?
 Ne donnez jamais de médicament à moins d'être sûr de savoir ce que c'est; se méfier des seringues non étiquetées
 N'utilisez jamais une seringue non étiquetée à moins d'avoir le médicament vous-même
 Étiquetez toutes les seringues
 Communication - infirmière et médecin pour se garder mutuellement informés de ce qu'ils font par exemple. infirmière: "Je prends de l'adrénaline"
 Développer des habitudes de vérification avant d'administrer chaque médicaments… passer par les 5 B

 

Exemple de cas (1)
 Un patient est mis sous anticoagulants oraux en hôpital pour le traitement d'une thrombose veineuse profonde suite à une fracture de la cheville
 Le cours de traitement prévu est de 3 à 6 mois ni le patient ni le médecin communautaire ne sont au courant la durée prévue du traitement
 Le patient continue de prendre des médicaments pendant plusieurs années, exposés inutilement au risque accru de saignement associé à ce médicament

 

Exemple de cas (2)
 On prescrit au patient une cure d'antibiotiques pour une infection dentaire
 9 jours plus tard, le patient souffre de maux de dos et l’hypotension, résultat d’une réaction spontanée hémorragie rétropéritonéale, nécessitant une hospitalisation et une transfusion sanguine
 La lecture du rapport international normalisé (INR) est grossièrement effet anticoagulant élevé a été potentialisé par les antibiotique

 

Pouvez-vous identifier les facteurs contributifs cette erreur de médication?
 Manque de communication et donc continuité des soins entre l'hôpital et la communauté
 Patient non informé du plan de cessation des médicaments
 L'interaction entre l'antibiotique et l'anticoagulant n'a pas été prévu par le médecin qui a prescrit la antibiotique même si c'est un phénomène connu
 Manque de surveillance; des tests sanguins auraient détecté la effet anticoagulant exagéré à temps pour corriger le problème

 

Comment cette erreur aurait-elle pu être évitée?
 Communication efficace
• par exemple. lettre de congé de l'hôpital au médecin de la communauté
• par exemple. information patient
 Aides à la mémoire et systèmes d'alerte pour aider les médecins à remarquer l'interactions médicamenteuses indésirables potentielles
 Être conscient des pièges courants des médicaments que vous distrbuez
 Surveillance des effets des médicaments lorsque cela est indiqué

 

Comment le patient pourrait-il aider à prévenir cette erreur?
 Poser plus de questions:
• «Pendant combien de temps aurai-je besoin de ce nouveau médicament?»
• «Cet antibiotique interagira-t-il avec mes autres médicaments?»
 Comment le médecin peut-il encourager le patient à demander plus des questions?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 10/03/2020

Aide soignante exercices M1 à 8

Aide soignant exercices avec corrections min

Faire un essai gratuitement►