5 conseils de communication non verbale

Ne présumez pas qu’un patient qui ne communique pas est sourd ou ne peut pas comprendre.

Montrez que vous souhaitez communiquer avec eux. La communication peut être l’un des éléments les plus importants des soins aux patients, car elle permet d’offrir des soins qui sont vraiment nécessaires, plutôt que d’essayer simplement des tactiques aléatoires pour voir ce qui fonctionne.

Détecter les problèmes et les soigner en temps opportun peut faire toute la différence pour de nombreux patients. La communication, cependant, c’est plus que simplement parler à haute voix avec nos voix. Il existe de nombreuses façons non verbales de parler, telles que le langage corporel passif, l’écriture et la langue des signes.

Tous les patients n’ont pas la capacité ou le désir de parler. Certains troubles rendent la parole plus difficile tandis que d’autres peuvent être tellement contrariés qu’ils ne peuvent tout simplement pas parler. Cependant, avec un peu de patience et en utilisant différentes formes de communication, vous serez en mesure de communiquer efficacement avec vos patients qui ne communique pas.

1 Observez les indices non verbaux

L’une des choses les plus importantes que vous pouvez faire avec n’importe quel patient, mais surtout non verbal, est de faire attention aux indices non verbaux tels que le langage corporel. Les signaux non verbaux peuvent inclure des mouvements oculaires, de l’agitation, des expressions faciales, des membres rigides et même des gémissements.

Parfois, ces indices non verbaux peuvent vous donner encore plus d’informations sur ce dont votre patient a besoin plutôt que sur ce qu’il vous « dit ». Soyez à l’affût des signes non verbaux d’inconfort, de dépression et d’anxiété.

2 Utiliser les questions fermées

Poser des questions ouiou nonpermet au patient de simplement hocher la tête ou secouer la tête en réponse ou d’effectuer d’autres mouvements simples, comme lever les sourcils pour oui. Par exemple, demandez : « Est-ce que votre genou vous fait mal ? » plutôt que de demander : « Qu’est-ce qui vous cause de la douleur ? » Cela peut prendre plus de temps parce que vous devrez peut-être poser une série de questions, mais cela vous permettra d’être plus confiant dans les soins que vous fournissez.

3 Mettez-le sur papier

Certains patients peuvent être en mesure d’écrire ce qu’ils souhaitent vous dire. D’autres peuvent trouver plus facile de pointer des images. Lorsque vous travaillez avec ces types de patients non verbaux, assurez-vous d’avoir un stylo ou un marqueur et un bloc de papier à portée de main afin qu’ils puissent écrire ce dont ils ont besoin ou que vous puissiez dessiner des images parmi lesquelles ils peuvent choisir. Les patients qui sont non verbaux de façon permanente ou pendant de longues périodes de temps peuvent bénéficier d’avoir des livres d’images ou une application sur une tablette qui sont faits juste à cette fin.

4 Apprenez un peu de langue des signes 

Vous voudrez peut-être envisager d’apprendre la langue des signes ou au moins certains des signes les plus élémentaires, tels que ceux de la douleur, des humeurs et des émotions, de l’hygiène personnelle, de la soif, de la faim et d’autres activités quotidiennes. Il peut vous aider à communiquer plus facilement avec les patients qui connaissent déjà la langue des signes. Pour ceux qui sont nouvellement non verbaux ou non verbaux pendant de longues périodes, aidez-les à apprendre certains de ces signes de base pour les aider à communiquer plus facilement avec vous. ar-dessus tout,

5 Pratiquez la patience et la confiance

Sachez que communiquer avec des patients non verbaux peut prendre plus de temps. Il est important d’être patient avec eux. Ne montrez pas d’anxiété à l’idée de courir derrière parce qu’ils prennent plus de votre temps, cela ne fera que leur causer plus de détresse. Les patients non verbaux méritent les mêmes soins et la même attention que vos autres patients. Traitez-les avec respect et ne leur parlez jamais comme s’ils ne comprenaient pas ce que vous leur dites. Rappelez-vous que cela peut être tout aussi frustrant pour vos patients non verbaux lorsqu’ils essaient de communiquer leurs besoins avec vous.

Assurez-vous de faire preuve de confiance lorsque vous communiquez avec vos patients non verbaux. Si vous indiquez de quelque manière que ce soit que vous n’êtes pas confiant dans la communication, cela peut à son tour les rendre désespérés, ce qui provoque une rupture de la communication. Même si vous êtes frustré parce que vous avez du mal à comprendre, montrez à votre patient que vous vous souciez de vous et que vous êtes prêt à prendre le temps de comprendre. Une communication efficace est un effort d’équipe, alors n’oubliez pas de continuer à vous encourager, vous et votre patient. Lorsque vous et vos patients non verbaux pouvez communiquer efficacement les uns avec les autres, cela peut aider les patients à se sentir moins frustrés. Réduire les niveaux de stress peut abaisser la pression artérielle et stabiliser la respiration, aidant les patients à guérir plus rapidement ou à ressentir moins d’inconfort. Une communication efficace signifie également moins de risques d’erreurs médicales et que vous êtes en mesure de fournir des soins efficaces et significatifs à vos patients.

Date de dernière mise à jour : 18/07/2022

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam